Connect with us

Sciences

Sur Mars, le sismomètre français SEIS fonctionne bien

Après avoir atterri sur Mars en novembre, le sismomètre français SEIS a été testé sur la planète rouge avec succès. Le cœur de la mission InSight va bientôt pouvoir débuter.

Il y a

le

Mars sonde InSight sismomètre SEIS
© NASA

Comme l’indique le Centre national d’études spatiales (CNES) dans un communiqué daté du 9 janvier, le sismomètre SEIS fonctionne bien sur Mars. C’est la première fois au monde qu’un tel instrument réussit ce genre de tests.

Plus qu’une étape à réaliser et SEIS débutera ses analyses de Mars

Le 26 novembre, les collaborateurs de la NASA et du CNES assistaient avec angoisse à l’atterrissage de la sonde InSight sur Mars, soit l’accomplissement de sept ans de travail et six mois de voyage. Après environ sept minutes durant lesquels la Terre n’a pas eu de nouvel de l’engin, celui-ci a finalement pu communiquer avec notre planète et montrer qu’il avait réussi son atterrissage sur le sol de Mars. InSight est alors devenu la huitième sonde au monde à visiter la planète rouge.

Si la sonde a ensuite envoyé des photos et partagé un enregistrement audio du vent sur Mars, elle a surtout déployé le sismomètre français SEIS environ trois semaines après son arrivée sur la planète. Un bras automatique s’est donc saisi du précieux instrument pour le déposer au sol à quelques mètres de la sonde avant d’enlever le grappin. Dès lors, quelques photos ont été prises pour vérifier l’emplacement du sismomètre et les réchauffeurs ont été allumés pour que SEIS n’ait pas froid avant d’exploiter son bouclier de protection.

> Lire aussi :  La Chine est le premier pays à se poser sur la face cachée de la Lune

Maintenant que le sismomètre fonctionne, il va bientôt pouvoir commencer à écouter « battre le cœur de Mars », une mission qu’aucun appareil n’a jamais réalisée avant lui. En 1975, les missions Viking 1 et 2 avait débuté un tel projet, ce qui avait permis l’installation du premier sismomètre au monde sur la planète, mais il n’a jamais fonctionné en raison du bruit de l’atterrisseur.

Avant d’être totalement efficient, le sismomètre SEIS va devoir déployer le bouclier de protection qui le protégera. Un large dôme blanc le recouvrira donc, sans le toucher pour autant. Cette étape devrait avoir lieu durant la deuxième quinzaine de janvier, indique le CNES. Une fois ce cap franchi, « SEIS sera alors en configuration finale pour écouter battre le cœur de Mars et nous révéler, séisme après séisme, son intérieur ».

Source

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests