Tesla a-t-il contraint des employés à s’opposer à la formation d’un syndicat ?

Une plainte visant Tesla cherche à déterminer si l’entreprise et son PDG ont violé une loi afin d’empêcher la création d’un syndicat.

Tesla syndicat

© Unsplash / Matt Henry

Au mois de juin 2017, le NLRB (National Labor Relations Board) déposait une première plainte contre Tesla, affirmant que la société avait promis à ses employés de répondre à leurs sollicitations si ceux-ci s’abstenaient de créer un syndicat. Il y a quelques jours, l’agence indépendante chargée de faire appliquer les lois du travail américaines a modifié sa plainte pour y ajouter de nouveaux éléments. Elle a ainsi précisé qu’il y avait une violation de la loi qui indique qu’un employeur ne peut interférer, restreindre ou contraindre « les employés dans l’exercice des droits garantis », soit l’organisation d’un syndicat.

Selon Jalopnik, la NLRB a ajouté des allégations portant sur une réunion qui s’est tenue avec des employés de la firme à la date du 7 juin 2017. Lors de ce rendez-vous qui s’est tenu à l’usine de Fremont, Elon Musk aurait « implicitement promis de remédier à leurs plaintes en matière de sécurité s’ils s’abstenaient de participer à leurs activités syndicales », indique l’organisation américaine. De plus, le PDG aurait indiqué aux employés qu’il serait inutile pour eux de choisir un syndicat, mais que la firme leur permettrait d’en avoir un dans le cas où elle échouerait à répondre à leur problématique portant sur la sécurité.

Musk et les syndicats, une histoire qui ne date pas d’hier

Elon Musk s’était déjà opposé au syndicat UAW (United Auto Workers) lorsque ce dernier avait évoqué l’implantation d’un syndicat dans l’entreprise. Il avait alors indiqué demi-mot qu’il retirerait les stock-options aux salariés adhérant au projet de création d’un syndicat.

Pour sa part, un porte-parole de Tesla a nié les accusations qui étaient faites à l’entreprise, précisant que « non seulement toutes ces allégations sont fausses, mais la plainte modifiée de la NLRB était inappropriée pour un certain nombre de raisons ».

Alors que Tesla a finalement atteint son objectif de production de 5 000 véhicules par semaine il y a peu, plusieurs employés avaient indiqué que les règles de l’entreprise avaient été modifiées pour atteindre ce résultat. De fait, certains ont évoqué qu’il allaient devoir travailler jusqu’à 12 heures par jour, une règle transgressée alors qu’elle avait été mise en place par la société elle-même.


2 commentaires

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.