Tesla licencie plusieurs centaines de salariés

Tesla a licencié plusieurs centaines d’employés à son usine automobile de Fremont cette semaine, alors même qu’elle tente d’augmenter sa production.

Tesla

Qui l’eut cru ? Même chez les super champions des nouvelles technologies il peut arriver que l’on procède à des licenciements aussi massifs que rapides. Crise ? Pas vraiment. Plutôt « ajustement » de productivité.

Le fabricant de voitures électriques de luxe Palo Alto a licencié environ 400 à 700 employés, selon le Mercury News. Une estimation fondée sur les indications fournies par les travailleurs de Tesla, anciens et actuels, dont la plupart s’exprime sous couvert d’anonymat. Parmi les collaborateurs licenciés, des cadres, des ingénieurs et des ouvriers de l’usine.

Des ajustements de productivité ?

Un porte-parole Tesla, tout en ne confirmant pas le nombre de licenciements, a déclaré que l’entreprise procède à des évaluations annuelles du rendement, récompensant certains employés et réduisant les effectifs parmi les autres. Selon lui, « Comme dans toute entreprise, en particulier une entreprise qui compte plus de 33 000 employés, les évaluations du rendement entraînent parfois des départs d’employés ».

Avec l’arrivée de la Tesla Model 3, le constructeur est en pleine accélération de sa production, avec des projets de production d’un demi-million de voitures l’an prochain. Mais cette expansion ne s’est pas faite sans heurts. La société a annoncé ce mois-ci qu’elle n’avait construit que 260 unités de sa dernière voiture au cours du dernier trimestre, ce qui est bien en deçà de sa prévision de 1 500 voitures. Coucou, ceux qui (comme moi) ont commandé un Model 3 en espérant le recevoir fin 2017, comptez plutôt 2019 maintenant, hein…

Dans le même temps, Tesla fait face à des plaintes de la part de certains employés qui dénoncent le fait que l’entreprise aurait tenté de contrer leurs efforts pour adhérer à un syndicat. Toujours selon le Mercury News, certains des salariés licenciés cette semaine pensent qu’ils ont été pris pour cible en raison de leurs opinions pro-syndicales.

Source


Nos dernières vidéos