Suivez-nous

Mobile

Test iPad Pro M1 12,9” (2021) : le presque MacBook ?

L’iPad Pro M1 12,9” (2021) bénéficie d’un nouvel écran, d’un processeur M1 et d’une connexion 5G. Nous l’avons testé en avant-première.

Publié le

 
iPad Pro M1 12,9''
© Presse-Citron

Depuis quelques mois, les rumeurs sur un nouvel iPad Pro allaient bon train, puis Apple l’a finalement annoncé lors d’un keynote dont il a le secret. Comme d’habitude Tim Cook, le grand manitou d’Apple, a utilisé tous les superlatifs qu’il connaissait afin de présenter le nouveau venu (et il en connaît un paquet).

L’iPad Pro cuvée 2021 bénéficierait donc d’un écran amaaaaaazing et serait l’iPad le plus puissant jamais commercialisé (jusqu’au prochain, bien entendu). Sans oublier une fantaaaaaaastic caméra frontale et plein d’autres trucs tous aussi cools les uns que les autres. Bref, de quoi exciter notre curiosité !

Alors quand Apple nous a proposé de prendre en main l’iPad Pro 12,9” dans sa version Wifi + cellulaire, on n’a pas hésité une seconde. Et comme on est taquins chez Presse-Citron, plutôt que de vous proposer un test traditionnel, on a préféré reprendre les trois points vantés par le big boss et vérifier si par hasard il ne péchait pas par excès d’optimisme.

Pendant qu’on y était, on a aussi regardé les aspects un peu moins mis en valeur. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le nouvel iPad Pro est étonnant à plus d’un titre !

Prix et disponibilité de l’iPad Pro M1

L’iPad Pro M1 2021 sera disponible courant mai à partir de 1219 euros (version 128 Go Wifi) ou 1389 euros si l’on y ajoute une connexion 5G. Il aussi décliné en versions 256 Go, 512 Go, 1 To et 2 To, avec et sans connexion 5G. La configuration que nous a confié Apple pour ce test comporte 1 To de stockage et une connexion 5G. Elle est disponible au prix de 2159 euros.

Les (trop) chers accessoires de l’iPad Pro M1

Selon l’usage que l’on fait de la tablette, il est presque indispensable d’opter pour quelques accessoires qu’Apple se fait un plaisir de vendre au prix fort. Mais le valent-ils vraiment ?

L’Apple Pencil 2 est sans conteste le plus populaire. Capable de gérer 4096 niveaux de pression ainsi que l’inclinaison, il offre une latence quasi nulle. Selon l’application utilisée, une double pression sur sa zone tactile permet de changer d’outil.

S’il est incontestablement cher (135 euros quand même), il faut reconnaître qu’il est sûrement le stylet le plus agréable à utiliser du moment. Nous l’avons adopté afin de prendre des notes, de griffonner et surtout pour retoucher précisément des photos.

iPad Pro M1 12,9''

© Presse-Citron

Les inconditionnels de la saisie de texte ont le choix entre le Smart Keyboard Folio ou le Magic Keyboard. Si le premier est très cher, le second a un prix que nous n’hésitons pas à qualifier d’indécent : il faudra débourser la modique somme de 219 euros pour l’acquérir ! On est en droit d’attendre pour ce prix des performances irréprochables. Elles sont très satisfaisantes pour le moins cher des deux et excellentes pour l’autre.

Le Smart Keyboard Folio dispose de touches à la course limitées, mais agréables. Un mécanisme magnétique assure le contact avec la tablette, celle-ci reconnaissant automatiquement sa présence. Lorsqu’il est replié, il fait office d’étui de protection et de transport pour la tablette. Pour l’avoir pris en main pendant de longs mois sur l’iPad Pro 2020, on peut conseiller ce clavier pour une utilisation semi-intensive. Outre son prix, son principal défaut est l’absence de rétroéclairage des touches.

iPad Pro M1 12,9''

© Presse-Citron

Le Magic Keyboard est quant à lui proche de la perfection. Son clavier confortable dispose de touches rétroéclairées et d’un trackpad. Un mécanisme aimanté, associé au support inclinable permet d’ajuster son angle d’utilisation. Il donne alors l’impression de flotter dans l’air tout en restant très stable.

Il dispose en plus d’un trackpad évitant d’avoir à toucher l’écran afin de valider les boîtes de dialogue. Comme son petit frère, il se replie sur l’écran afin de le protéger pendant le transport.

Les concepteurs du Magic Keyboard ont eu la bonne idée de l’équiper d’une prise USB-C. Celle-ci autorise uniquement la connexion d’un chargeur, ce qui laisse le port Thunderbolt libre afin d’y brancher par exemple u support de stockage.

Un écran beau à en pleurer ?

Plutôt que d’opter pour l’OLED et ses dérivés, Apple est fidèle depuis le premier iPad à la technologie LCD. Petit à petit, le constructeur fait évoluer la définition et les technologies équipant les dalles de ses tablettes, mais toujours en LCD. A priori, cela pourrait sembler étonnant puisque la famille iPhone bascule lentement mais sûrement vers l’OLED.

iPad Pro M1 12,9''

© Presse-Citron

Pas de ça sur l’iPad, donc. Apple concocte au fil des générations des technologies de plus en plus performantes. La dernière en date répond au nom de « Liquid Retina XDR » et ressemble comme une sœur à celle équipant le Pro Display XDR conçu pour accompagner le Mac Pro de dernière génération. Avant d’aller plus loin, précisons que seul l’iPad Pro 12,9” bénéficie de cette techno, l’iPad 11’’ se contentant d’une dalle LCD plus classique.

D’après Apple, l’écran de l’iPad Pro 12,9’’ n’aurait rien à envier à une dalle OLED : taux de contraste de 1 000 000:1, luminosité de 1000 nits (1600 nits en pointe sur des images HDR) et noirs profonds sont de la partie. Dans les faits, force est de constater que le constructeur n’exagère pas. Le rétroéclairage de type mini-LED embarque plus de 10 000 LEDs regroupées en 2500 zones, chacune étant pilotée indépendamment des autres.

iPad Pro M1 12,9''

© Presse-Citron

Les noirs sont nettement plus profonds et surtout totalement noirs, là où subsistait sur le modèle précédent un léger halo. La colorimétrie est tout simplement excellente dès la première utilisation, l’iPad étant calibré en usine. On n’oubliera pas de mentionner la fréquence de rafraîchissement de 120 Hz qui assure une grande fluidité aux images animées.

Nous avons comparé l’image de l’iPad à celle produite par le Galaxy Tab S7 Plus de Samsung. Celui-ci est notre référence absolue en matière d’affichage sur tablette, sa dalle Super Amoled étant époustouflante. Difficile de déceler une différence notable dans le rendu, si ce n’est une colorimétrie un poil plus juste sur l’iPad que sur la tablette de Samsung, les couleurs de cette dernière étant par défaut boostées afin de les rendre plus flatteuses à l’œil.

À n’en pas douter, l’écran Liquid Retina XDR de l’iPad Pro tient largement les promesses faites par la Pomme.

Un moteur de M1

L’iPad Pro 12,9’’ embarque un SoC Silicon M1 conçu par Apple. Celui-ci n’est pas exactement un inconnu puisqu’on l’a déjà croisé sur le MacBook Pro 13’’ M1 et sur le MacBook Air M1. Basé sur une architecture ARM, il comporte un processeur principal et une puce graphique chacun dotés de 8 cœurs ainsi qu’un moteur neuronal à 16 cœurs.

Le tout est servi par 16 Go de mémoire unifiée et dispose d’un stockage interne allant de 128 Go à 2 To selon le modèle (non extensible). On l’a dit et redit lors de nos tests, le Silicon M1 à la sauce MacBook est impressionnant de rapidité. Fort logiquement, on retrouve un niveau de performance aussi élevé sur l’iPad Pro.

La version 2020 de la tablette embarquait le SoC A12X Bionic, déjà très performant. À en croire Apple, le Silicon M1 est 50 % plus rapide en puissance de calcul pur, le processeur graphique étant quant à lui 40 % plus véloce. Précisons au passage qu’avec un score de 1 107 425 points, l’iPad Pro M1 est le premier appareil mobile dont le score Antutu dépasse allègrement la barre du million. En comparaison, l’iPad Pro 12,9’’ de 2020 atteignait 743 121 points, ce qui en faisait jusqu’ici la plus puissante des tablettes disponibles.

iPad Pro M1 12,9''

© Presse-Citron

Au moment où ce test est rédigé, aucune application disponible sur l’iOS App Store ne permet d’exploiter pleinement cette incroyable puissance de calcul. Ce n’est qu’une question de semaines avant qu’elles soient disponibles, notamment en matière de jeux. Certains titres populaires sur PC sont ainsi en cours de portage pour fonctionner sur la tablette d’Apple. Même chose pour les applications « lourdes », qui bénéficient pour l’instant d’une vitesse de traitement accrue, ce que nous avons constaté en édition photo et en montage vidéo.

En matière de capacité de calcul, l’iPad Pro M1 est effectivement un monstre de puissance. Si Apple n’exagérait pas en l’affirmant, nous attendons tout de même les applications exploitant entièrement ces ressources afin de voir les gains réels apportés par le processeur Silicon M1.

Des appels vidéo entièrement repensés

Devenues des applications très utilisées depuis le début de la crise sanitaire, les applications de visioconférence ont toutes plus ou moins évoluée. On ne peut pas en dire autant des images qu’elles transportent. L’iPad Pro M1 embarque une caméra frontale panoramique construite autour d’un capteur de 12 Mpxl et d’un objectif dont l’angle de vision atteint 122°.

Par défaut, seule la portion de l’image où se trouve l’utilisateur est affichée. Dès qu’il bouge, l’IA adapte le cadrage de façon à ce qu’il reste au centre de l’image. Et si une autre personne s’approche, l’IA dézoome de façon à ce que l’image la prenne en compte.

iPad Pro M1 12,9''

© Presse-Citron

Cette fonction, baptisée « Cadre centré », n’est pas nouvelle : Facebook l’a déjà exploitée avec sa caméra Portal. Mais c’est à notre connaissance la première fois qu’elle est intégrée à un appareil mobile et qu’elle procure une expérience aussi fluide. Lors de nos tests, nos interlocuteurs ont été impressionnés par la fiabilité du suivi du sujet et sa fluidité. L’élargissement de l’angle de vue est tout aussi spectaculaire.

Intégrée dans iPadOS, la gestion de Cadre centré fonctionne bien évidemment avec FaceTime, mais aussi avec d’autres logiciels de visioconférence (nous l’avons testé avec WebEx et Zoom, par exemple). À en croire Apple, tous devraient à terme profiter de cette étonnante fonction de suivi de cadrage. Espérons qu’elle apparaîtra rapidement sur les ordinateurs de la marque, mais aussi sur l’iPhone tant son implémentation nous semble ici convaincante.

Et sinon…

Au-delà des aspects mis en avant par Apple, nous nous sommes bien entendu penchés sur les autres caractéristiques de l’iPad Pro M1. Voici ce que nous en pensons.

Design de l’iPad Pro M1 : presque rien ne change

Il est pratiquement impossible de différencier d’un simple coup d’œil le nouvel iPad Pro M1 du modèle précédent. Si l’on excepte une épaisseur augmentée de 0,5 mm et un surpoids de 42 grammes dus à l’emploi d’un écran micro-LED (685 grammes contre 643 grammes pour la version 2020) le nouveau venu est strictement identique à son prédécesseur. Toutefois, ce léger épaississement peut rendre incompatibles certains accessoires conçus pour la génération précédente.

Bonne autonomie, charge lente

Apple annonce que l’iPad Pro M1 dispose d’une batterie pouvant lui fournir jusqu’à une dizaine d’heures d’utilisation continue. Bien sûr, l’autonomie varie grandement en fonction de l’utilisation faite de la machine.

Dans notre cas, nous avons tenu plus d’une journée et demie en faisant de la tablette notre outil de travail principal. Nous lui avons pour cela adjoint le très efficace et horriblement cher Magic Keyboard (399 €) ainsi que le très onéreux Apple Pencil de seconde génération (135 €). Ainsi équipé, nous avons essentiellement saisi du texte, consulté des emails et des sites web, effectué pas mal de retouche photographique, visionné des vidéos et joué.

Apple fournit avec la machine un bloc secteur 20 Watts. Nous l’avons vite abandonné, sa puissance n’autorisant pas une charge très rapide. Nous avons utilisé à la place celui d’un MacBook Pro 16’’ qui a entièrement regonflé la batterie en moins de 90 minutes. Il serait temps que le constructeur soit moins pingre su un produit de ce prix.

Audio : quatre haut-parleurs dans le vent

L’iPad Pro M1 embarque quatre haut-parleurs. Qu’il s’agisse de conversation vidéo, d’écoute musicale ou de visualisation de films, le son produit est très honorable. Même si elles ne feront pas vibrer la machine, les basses sont correctement représentées malgré sa faible épaisseur.

iPad Pro M1 12,9''

© Presse-Citron

On constate une spatialisation de bonne tenue, quelle que soit la position d’utilisation (portrait ou paysage). Les basses proviennent de tous les haut-parleurs tandis que les médiums et les aigus sont automatiquement diffusés par la paire se trouvant en position haute. Enfin, la captation audio est assurée par cinq microphones qui produisent un son stéréophonique de bonne qualité.

Connectique haut de gamme

Ce n’est peut-être pas le point le plus visible, mais le connecteur présent à la base de l’iPad est désormais de type Thunderbolt 3/USB-C 4, ce qui lui procure un débit théorique maximum de 40 Gb/sec. Cela ne change pas grand-chose si l’on se contente de connecter une clé USB ou un SSD traditionnel.

En revanche, Thunderbolt 3 permet l’utilisation d’un écran comme le Pro Display XDR dont la résolution atteint 6K. On pourra aussi utiliser un stockage ultrarapide compatible Thunderbolt 3 ou éventuellement un adaptateur Ethernet 10 Gigabits.

Notre modèle de test était équipé d’une connexion cellulaire 5 G. Nous n’avons pas pu la tester faute de réseau compatible. Nous nous sommes donc contentés de la 4G qui nous a procuré d’excellentes performances sur les réseaux d’Orange et de SFR. Enfin, la puce WiFi intégrée est compatible Wifi 6 et peut donc supporter un débit théorique maximum descendant de 1,2 Gb/sec grâce à ses antennes de type MIMO.

Notre avis sur l’iPad Pro M1 12,9’’ 2021

S’il n’est pas révolutionnaire, le nouvel iPad Pro M1 12,9” dispose d’atouts pour le moins intéressants. Certes, son design ne bouge pas d’un iota, mais pourquoi s’en plaindrait-on ? Fin et fonctionnel, il offre tout ce qu’il faut afin de faciliter la vie de l’utilisateur.

Nous avons été conquis par quasiment tous les aspects de la machine. Son écran, basé sur une dalle LCD mini-LED, est une merveille si l’on est attentif à la qualité d’image. Le SoC Silicon M1, identique à celui équipant les nouveaux MacBook Pro et Air, est un monstre de puissance. On apprécie bien entendu la présence d’une connexion 5G, la très bonne autonomie électrique ainsi que la présence d’un connecteur Thunderbolt 3 permettant d’intégrer la machine à un flux de travail professionnel.

Nous regrettons en revanche qu’Apple ne juge pas utile de fournir un adaptateur secteur plus puissant afin de procurer une charge plus rapide. Dans la même veine, on aurait apprécié de trouver dans la boîte l’excellent Appel Pencil 2 qui devient vite indispensable pour les professionnels de la création.

Dommage enfin que son prix mette l’iPad Pro M1 hors de portée de beaucoup d’utilisateurs potentiels. Le ticket d’entrée pour le modèle de base est tout de même de 1219 euros (128 Go de stockage, connexion Wifi), soit 90 euros plus cher qu’un MacBook Air M1. Notre configuration de test (1 To Wifi + 5G) vaut quant à elle 2159 €. De quoi faire sérieusement réfléchir avant de passer à l’achat…

iPad Pro M1 12,9'' 2021

1219€
9

Design et ergonomie

8.5/10

Ecran

9.5/10

Performances

9.5/10

Autonomie

9.0/10

Rapport techno/prix

8.5/10

On aime

  • Qualité de l'écran
  • Performances globales
  • Caméra frontale
  • Bonne autonomie

On aime moins

  • Adaptateur secteur rachitique
  • Stylet optionnel
  • Prix très élevé
2 Commentaires

2 Commentaires

  1. Tof

    20 mai 2021 à 11 h 30 min

    Toujours le même foutage de gueule Apple pour ses prix avec une absence de réelle innovation comme depuis quelques années chez eux. Ohhhh un nouveau processeur.. amazing…

    • Zineke

      24 mai 2021 à 8 h 01 min

      Je te repondrai comme tout le monde du « mobile » depuis des annees , waaw un capteur photo de 100 trilliard de pixel ,un proco de 100 petaflop etc etc
      Maintenant à dècharge d apple tu met 1200 € tu as des updates pour les 5 prochaines annees , la s7 plus ds 3 ans elle est « dépassée » .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *