Test Nokia 8 : un smartphone performant, mais qui manque de personnalité ?

Officialisé à l’occasion d’un évènement dédié à Londres, le Nokia 8 est passé entre les mains expertes de Presse-Citron. Notre test de ce nouveau flagship Nokia, aux performances impeccables, mais un peu trop timide toutefois. Explications.

Nokia de retour chez les grands !

Le 17 août, Presse-Citron s’envolait direction Londres, à Tower Bridge précisément, pour assister à la présentation en live du tout nouveau Nokia 8. Après s’être acoquiné auprès de Microsoft et Windows Phone (avec la gamme Lumia), le groupe Nokia a décidé de se reprendre en mains il y a quelques mois déjà, sous la tutelle du groupe finlandais HMD Global. Avec son Nokia 8, le constructeur souhaite effectuer un retour en force sur le marché des smartphones, conscient de la popularité que conserve la marque dans les esprits du grand public. Bien sûr, pour revenir sur le devant de la scène, Nokia se devait de proposer un smartphone à la pointe de la technologie.

A ce niveau, le Nokia 8 peut compter sur une fiche technique particulièrement avantageuse, avec ici un large écran LCD 5,3″ en qualité QHD, soit 2560 x 1440 pixels. Sous le capot, on retrouve évidemment l’indispensable Qualcomm, avec ici une puce SnapDragon 835 couplée à 4 Go de RAM, sans oublier une mémoire interne de 64 Go. Côté photo, à l’instar de nombreux autres smartphones disponibles sur le marché, on retrouve un système Dual Lens composé de deux capteurs de 13 mégapixels, avec bien sûr un capteur RGB et un capteur monochrome. Pas de jaloux en ce qui concerne la caméra frontale, puisque cette dernière affiche également 13 mégapixels. Une section photo signée qui plus est du spécialiste en la matière : Zeiss. Bref, de quoi attirer l’attention du technophile. Mais que vaut réellement ce tout nouveau Nokia 8 ?

Un smartphone au look très (trop ?) classique…

Pas de surprise côté packaging, le Nokia 8 reprend globalement le même écrin que les récents Nokia 3, 5 et 6. A bord, on retrouve évidemment le précieux smartphone (en Acier, Bleu Poli, Bleu Trempé et Cuivre Poli), ainsi qu’un câble de recharge USB Type-C, sans oublier un kit oreillettes. Bref, du classique. Une fois extirpé de son boitier, le Nokia 8 dévoile une silhouette relativement fine (7,3 mm), avec des bordures joliment arrondies pour faciliter la prise en main. L’antenne trouve sa place à la fois en haut et en bas du smartphone, et l’ensemble fleure bon la qualité d’assemblage. On regrette toutefois l’absence ici du moindre effet « wow », avec un design somme toute assez classique, contrairement à un Galaxy S8 (pour ne citer que lui) qui interpelle forcément de par son écran Infinity assez sublime.

En effet, même si la préhension est impeccable, difficile d’être charmé par ce Nokia 8 d’un point de vue strictement visuel. Pas d’écran borderless ici, pas d’originalité spécifique en ce qui concerne le look, pas de spécificité esthétique lui permettant d’être immédiatement reconnaissable… On dispose au final d’un smartphone au look assez traditionnel, même si, on le répète, l’assemblage est vraiment très qualitatif. Toutefois, comme l’a expliqué Juho Sarvikas lors de la présentation londonienne, ce Nokia 8 souhaite clairement se démarquer par ses performances, par quelques nouveautés plutôt étonnantes, mais aussi par un Android très pur, pour une vélocité optimale.

…mais fichtrement performant !

Ainsi, même si on peut rester de marbre face au classicisme (en terme de design) de ce Nokia 8, difficile de ne pas ressentir la puissance de la machine au bout de quelques minutes d’utilisation. D’une part, on profite d’un écran QHD au rendu assez impeccable, avec en prime une réactivité elle aussi exemplaire. L’autre excellente nouvelle, c’est cet « Android très pur » mentionné plus haut, soit un OS totalement dénué de la pollution logicielle qui frappe d’autres smartphones. Ici, pas de jeux préinstallés, pas de surcouche disgracieuse, mais une interface très sobre, très épurée, soit un bonheur pour la plupart des utilisateurs, qui n’auront pas à faire la moindre forme de ménage ici pour retrouver une interface claire et précise. Un très bon point.

Rapidement, au-delà même de la qualité de l’écran de ce Nokia 8, on ne peut qu’être bluffé par les performances techniques du smartphone. Certes, ceux qui disposent déjà d’un smartphone haut de gamme (Galaxy S8, iPhone 7, Xperia XZ Premium…) profitent eux aussi d’une interface impeccable, mais pour son retour, Nokia a décidé de frapper fort d’emblée, avec un SnapDragon 835 très véloce, même si ce dernier a tendance à chauffer quelque peu lorsqu’il est un peu sollicité. Il suffit par exemple d’une session photo d’une dizaine de minutes à peine pour ressentir une petite chauffe à l’arrière du terminal et ce, malgré la présence d’un système de refroidissement optimisé.

Exit le Selfie, place au Bothie !

A ce sujet, Nokia a fortement mis l’accent sur la section photo de son nouveau-né, avec en premier lieu le retour du partenaire allemand Zeiss. Un partenariat visible sur la partie arrière du smartphone, avec la mention Zeiss présente sous le double capteur photo. Ce dernier se compose de deux capteurs (RGB + monochrome) de 13 mégapixels chacun, et promet bien sûr d’enregistrer des clichés impeccables de netteté, de piqué et de profondeur. En pratique, le Nokia 8 dispose d’une section photo à l’image du smartphone en lui-même, à savoir assez sobre. Cette dernière permet de réaliser très simplement des clichés de très bonne qualité, avec la possibilité de définir très aisément si l’on souhaite employer les deux capteurs, ou bien uniquement le capteur RGB ou monochrome. A noter toutefois que si les clichés en plein jour donnent des résultats très agréables (comme souvent désormais), les prises de vue dans des environnements plus sombres sont un peu moins réussies globalement, plutôt étonnant quand on sait à quel point certains Lumia excellaient dans ce domaine…

Contrairement à un Sony Xperia, pas de cascade d’options ici, mais simplement la possibilité de basculer en mode Manuel, de disposer d’un effet Bokeh, sans oublier l’indispensable Panorama et TouchUp. Un mode HDR est évidemment de la partie. Côté vidéo, le Nokia 8 permet de capturer de la vidéo en Ultra HD 4K, via son double capteur dorsal bien sûr, mais aussi depuis la caméra frontale de 13 mégapixels. Côté audio, Nokia promet également une capture vidéo on ne peut plus immersive, grâce à la technologie sonore 360° Nokia OZO. Le mode Audio Focus va ainsi permettre d’accentuer les sons, tout en réduisant le bruit ambiant.

La section Photo/Vidéo de ce Nokia 8 est efficace globalement, et dispose d’une interface très sobre, très simple, à l’image du smartphone.

Avec ce même capteur frontal, on pourra évidemment réaliser ces bons vieux Selfies, mais Nokia a souhaité créer une révolution dans le domaine, en inventant le « Bothie ». Sous cette appellation un poil pompeuse se cache une fonctionnalité visant à faire travailler de concert le capteur frontal et les capteurs dorsaux, de manière à capturer des photos ou de la vidéo simultanément, avec la possibilité bien sûr de diffuser le tout en direct sur Youtube ou Facebook.

Le fameux Bothie, qui fonctionne évidemment à la verticale et à l’horizontale

Pour Nokia, il s’agit ici de permettre à l’utilisateur de « partager les deux côtés de l’histoire« . Le concept est plutôt original, en plus de fonctionner de manière impeccable, et il est possible avec un peu d’imagination de créer des bothies très insolites, mais on a un peu du mal à imaginer que cette seule fonction sera un réel déclencheur d’achat chez le client.

Le Nokia 8 au jour le jour

En ce qui concerne son utilisation de tous les jours, même s’il manque un peu de « sex appeal« , le Nokia 8 nous a réellement séduits de par son côté épuré et sa très grande facilité d’utilisation. La présence d’un Android très propre n’y est pas étrangère, et la puce SnapDragon 835, bien que couplée à « seulement » 4 Go de RAM, permet de disposer d’un smartphone très véloce en toute circonstance. Comme énoncé un peu plus haut, la prise en main est impeccable, mais comme souvent, la conception même du smartphone (coque unibody en aluminium poli) fait que ce dernier est très sujet à la glisse. Gare aux chutes donc !

Un Glance Screen très pratique, qui peut être configuré à sa guise via les options d’affichage (voir le screenshot ci-dessous)

Aucun souci donc en terme d’utilisation, avec en prime un mode Glance Screen très pratique, puisque ce dernier permet de bénéficier, sur l’écran de veille, de l’heure, ainsi que de quelques notifications. On peut par exemple décider d’afficher les appels en absence, les mails/messages non lus ou encore les rappels d’agenda. De cette manière, inutile de rallumer le smartphone pour visualiser l’heure par exemple, puisque l’information sera directement affichée sur l’écran, tout en minimisant l’impact sur la batterie. Un mode Glance Screen que l’on peut décider de faire durer jusqu’à 20 minutes après la mise en veille du terminal, et qu’il est possible de rappeler simplement en bougeant légèrement le smartphone. Excellent.

Côté pratique, le Nokia 8 se recharge évidemment via la désormais très répandue connectique USB Type-C (pas de recharge sans fil ici), et on profite d’un panel de connectivités complet, avec la compatibilité 4G bien sûr, les modules WiFi, Bluetooth et NFC, sans oublier la présence d’un capteur d’empreintes sur le bouton principal en façade. Un capteur d’empreintes plutôt efficace et réactif dans l’ensemble, mais on a déjà vu mieux du côté de la concurrence. En ce qui concerne l’autonomie, on reste dans la moyenne haute du marché, avec un Nokia 8 qui est parvenu sans trop de peine à tenir plus de deux jours de notre côté, dans le cadre d’une utilisation mixte, et avec la luminosité réglée aux trois quarts. Aucun souci également au niveau de l’accroche réseau, ni même de la qualité des communications, sans compter un surf web lui aussi assez fulgurant. Du tout bon donc à ce niveau.

Notre avis sur le Nokia 8

Bref, on ce qui nous concerne, vous l’aurez compris, hormis un look qui manque (selon nous) d’originalité, d’identité, d’ambition, ce Nokia 8 est une vraie réussite. Le smartphone est très agréable en mains, on profite d’un très bel écran QHD, ainsi que d’une réactivité à toute épreuve. L’interface Android (7.1.1) embarquée est à l’image du design, à savoir sobre, mais aussi bigrement efficace. Tout est pensé de manière à rendre l’utilisation aussi simple et agréable que possible, et force est d’admettre que le contrat est largement rempli. De notre point de vue, malgré toutes les qualités du smartphone, on reste un chouia sceptique toutefois face au positionnement tarifaire de ce Nokia 8, qui devrait être affiché au prix de 599 euros en boutiques lors de sa sortie, prévue pour le mois de septembre. Un prix qui le place en concurrence frontale avec le OnePlus 5 par exemple, qui ne bénéficie pas non plus d’un design très novateur, mais qui exhibe fièrement ses 8 Go de RAM, son double capteur Sony (16 et 20 mégapixels) ou encore un écran 5,5″ AMOLED (mais Full HD). Sans compter le Samsung Galaxy S8 qui se trouve chez quelques marchands web à un tarif similaire désormais…

On aime :

  • Un smartphone aux performances impeccables
  • La section logicielle très pure, sans fioriture aucune
  • Le Bothie, plutôt cool, même s’il semble difficile d’en faire un réel argument de vente
  • De la vidéo 4K à l’arrière et à l’avant
  • L’autonomie
  • Enfin le retour de Nokia parmi les grands !

On aime moins :

  • Le look finalement très « déjà vu« 
  • Quelques (rares) ratés au niveau du capteur d’empreintes
  • Légère tendance à la surchauffe
  • Le prix ?


Nos dernières vidéos

3 commentaires

  1. le look, est classique…surtout si vous avez le modele gris/silveravec leur bleu metallisé ca devrait bien donner quand meme
    a voir aussi la decote en neuf…600euros en sortie, combien dans 2-3 mois ?
    les gs8 et op5 ont baissés de prix par rapport a leur sortie

  2. Stéphane Ficca

    C’est ça ;). Très bon smartphone, très sobre côté logiciel (un très bon point), très efficace, mais qui manque d’un petit quelque chose d’un point de vue esthétique finalement pour se démarquer. Côté prix, il arrive quelques mois après les OP5 et GS8, dont les prix ont déjà baissé… A voir donc si le nom "Nokia", associé à un très bon smartphone, parviendra à faire écouler des palettes de Nokia 8 ou non .

  3. Victor Lokeo on

    Apparemment pas terrible niveau qualité des photos et des finitions. Le bouton d’alimentation sur le côté (quelle idée…) qui bouge un peu quand on secoue le téléphone, pas terrible. Par contre au niveau de l’écran, pas mal du tout !
    Merci pour cet article

Répondre