Suivez-nous

Tests

Test du Galaxy Note 20 : Samsung fait sa rentrée sur une mauvaise note

Ah le Galaxy Note 20 ! Dès le jour de l’annonce, le plus « abordable » des deux nouveaux haut de gamme faisait parler de lui. « Trop cher », « inutile », « du plastique à 1000 euros ! » : l’accueil réservé au plus petit des deux Note n’a pas été des plus chaleureux. À juste titre ? Réponse dans ce test complet.

Il y a

  

le

 
test samsung galaxy note 20
© Presse-citron

La gamme Galaxy Note a toujours eu une place particulière dans le coeur de Samsung. Destinée à la base à une cible professionnelle, la première mouture a finalement séduit le grand public. À tel point qu’elle a même initié une tendance sur le marché des smartphones, celle des modèles toujours plus grands, à la fois pratiques pour travailler et confortables pour se divertir.

Et puis le stylet. Ce fameux stylet que Steve Jobs moquait à la sortie du premier iPhone a lui aussi trouvé son public. Et alors que le marché regorge de smartphones géants, ce S-Pen porte à lui seul l’originalité de la gamme Note. Cette année, comme l’année dernière, Samsung lance donc deux modèles. Si le Galaxy Note 20 Ultra incarne tout le côté grandiose d’un smartphone, le Note 20 se fait plus discret, plus passe-partout, avec au passage quelques compromis.

Le risque pour Samsung est donc d’en faire trop. Trop de sacrifices, pour un tarif, lui, qui culmine toujours aux sommets. 1059 euros, voilà ce que vous demande le coréen pour le moins cher de ses nouveaux Galaxy Note (en version 5G, 959€ pour la 4G). Le prix à payer est-il trop élevé ? Je l’ai testé pendant plusieurs semaines. Voici mon avis.

Design et écran

Comme tous les smartphones de la gamme Note, ce Note 20 est un modèle imposant. Ses dimensions XXL (161,6 x 75,2 x 8,3 mm) en auraient fait un mastodonte si Samsung n’avait pas lancé la version Ultra, son smartphone de la démesure. D’ailleurs, si les anciens Galaxy Note se distinguaient par leur gabarit de géant, ce Note 20 nage comme un poisson dans l’eau cette année, la plupart des concurrents ayant eux aussi lancé des modèles que je qualifierais de « costauds ».

test samsung galaxy note 20 prix

© Presse-citron.net

Malgré sa grande taille, le Note 20 reste un smartphone léger (toute proportion gardée, bien sûr). Avec ses 192 grammes sur la balance, il ne franchit donc pas le seuil psychologique des 200 grammes, et cela se ressent en mains. Cette cure de minceur, le Galaxy Note 20 la doit aux matériaux utilisés par Samsung.

Le coréen a donc choisi d’habiller son modèle haut de gamme, commercialisé à plus de 1000 euros, de… plastique. Si certains vous vanteront sans doute les vertus de cette matière, force est de constater qu’elle reste tout de même très cheap et que les sensations procurées ne trompent pas. Bien que les finitions soient d’une qualité irréprochable, la pilule « Plastique-1000 » (en référence à son prix) a du mal à passer. On se consolera avec l’absence de traces de doigts toujours appréciable.

Pour le reste, le Note 20 ressemble en tous points au modèle Ultra. Samsung soigne le positionnement des touches pour rendre l’ensemble ergonomique malgré la grande taille du téléphone. Les touches de volume et d’alimentation sont placées sur la bordure droite, le slot double nano-SIM sur la tranche supérieure, à l’opposé de l’USB-C, du haut-parleur et du S-Pen qui a basculé à gauche.

Petite parenthèse concernant le stylet. Si Samsung améliore légèrement la latence par rapport au S-Pen du Galaxy Note 10 (26 ms contre 42 ms), il n’atteint pas la précision de la version Ultra (9 ms). Reste qu’il se montre toujours aussi efficace et agréable à utiliser au quotidien. Après tout n’est-il pas la véritable raison d’être de la gamme Note ?

À l’arrière le module photo imposant au look industriel participe – malgré sa protubérance – à l’aspect premium de l’appareil. Rien à dire non plus sur l’intégration de l’écran, tout bonnement exemplaire. Samsung opte ici pour une dalle plate que j’apprécie tout particulièrement puisqu’elle évite les touches involontaires très nombreuses sur des smartphones d’un tel gabarit. Notez enfin que le Galaxy Note 20 est certifié IP68, un must-have dans cette tranche de prix.

Écran : du 60 Hz, vraiment ?

Vous avez bien lu. En septembre 2020, Samsung commercialise un smartphone à 1000 euros équipé d’une dalle de 60 Hz. Un choix d’autant plus critiquable que le coréen équipe la plupart des modèles intégrant des dalles 90 ou 120 Hz, modèles commercialisés pour certains à moins de 500 euros (OnePlus Nord par exemple). Ce faux pas est à la fois incompréhensible et impardonnable. D’aucuns en déduiront que le coréen rogne sur ses marges, je ne m’aventurerai pas dans ce type de déductions.

En revanche, je ne me priverai pas d’insister sur le gâchis que représente cette dalle 60 Hz. Car si l’on se réfère uniquement à la qualité d’affichage, l’écran OLED Full HD+ de 6,7 pouces du Galaxy Note 20 est une petite merveille. Il se paie même le luxe d’être un peu mieux calibré que son pendant Ultra, déjà presque parfait. Seul petite ombre au tableau : il éprouve parfois quelques difficultés à chasser les reflets de lumière, notamment lorsqu’on l’utilise en plein soleil.

Performances et interface

Les (dés)accords de licences entre Samsung et Qualcomm obligent le coréen à équiper ses smartphones européens de puces maison. Le Note 20 hérite donc de l’Exynos 990 sur lequel nous ne reviendrons pas puisqu’il alimente également la version Ultra. Retenez simplement que si elle fournit des performances dignes d’un smartphone haut de gamme, elle est loin d’atteindre le niveau d’une puce Snapdragon 865, d’une A13 d’Apple et encore moins d’une Snapdragon 865 Plus. Les benchmarks ne me contrediront pas.

S’il ne gagne pas au concours de kikalaplusgrosse, le Galaxy Note 20 reste efficace en toutes circonstances, bien aidé par ses 12 Go de RAM (8 Go sur la version 4G) et ses 256 Go de stockage. Rapide et fluide, il enchaîne les tâches sans broncher et supporte aisément la multiplication d’applis ouvertes en toile de fond. Rien à signaler non plus en jeu, domaine dans lequel le Note 20 assume parfaitement son statut de smartphone haut de gamme, tous les derniers jeux 3D à la mode tournant comme des horloges.

The One UI that I want

Je ne m’attarderai pas non plus sur la partie logicielle de ce Note 20 pour la bonne et simple raison qu’il dispose du même attirail que la version Ultra. Aussi je vous invite à consulter le test du Galaxy Note 20 Ultra de Vincent.

test samsung galaxy note 20 design face

© Presse-citron.net

Ici, on retrouve donc Android 10 surplombé de l’interface One UI 2.5 que l’on ne présente plus. Élégant, intuitif, ergonomique, One UI figure sans doute parmi mes surcouches favorites. Samsung allie parfaitement simplicité, personnalisation et fonctionnalités. Si Bixby est toujours aussi agaçant, Always-on Display et surtout Samsung Pay sont sans doute les meilleurs atouts de One UI.

Cette année, le Note 20 se pare de nouvelles fonctions liées au S-Pen, fonctions que Vincent détaille également dans son test du modèle Ultra. Autre nouveauté, l’intégration de xCloud, le service de gaming en streaming de Microsoft, donnant accès au Gamepass pour jouer directement depuis son mobile en WiFi ou en 5G.

Vous l’aurez compris, l’interface et l’écosystème Samsung figurent parmi les gros atouts de ce Galaxy Note 20. Mais ce n’est pas vraiment une surprise.

Autonomie et recharge

Comme la version Ultra, le Note 20 ne brille pas par son endurance. On pouvait s’en douter en découvrant sa fiche technique et sa batterie de 4300 mAh seulement. S’il fait mieux que son grand frère, le Note 20 dépassera difficilement la journée d’autonomie chez les utilisateurs les plus connectés. Pour les autres, comptez une journée et demie en usant des fonctionnalités d’économie d’énergie.

test samsung galaxy note 20 autonomie

© Presse-citron.net

Samsung se rattrape en fournissant un chargeur de 25 W qui lui donnera toute sa vitalité en une petite heure. Le Note 20 est également compatible avec la recharge sans fil et inversée.

Appareil photo

Personne ne s’étonnera d’apprendre que le Galaxy Note 20 n’embarque pas le même arsenal photographique que la version Ultra. Néanmoins, pour justifier son prix, Samsung se devait de fournir un matériel digne de sa réputation. Aussi, le Note 20 embarque :

  • un grand-angle : objectif de 26 mm (f/1,8) ; capteur de 12 MP (1/1,76’’ ; photosite de 1,8 µm) ; Dual Pixel ; PDAF, OIS
  • un ultra grand-angle : objectif de 13 mm (f/2,2) ; champ de vision de 120° ; capteur de 12 MP (1/2,55’’ ; photosite de 1,4 µm)
  • un téléobjectif de 27 mm (f/2) ; capteur de 2 MP (1/1,72’’ ; photosite de 0,8 µm) ; PDAF ; OIS ; zoom hybride 3x
test samsung galaxy note 20 appareil photo

© Presse-citron.net

Contrairement à de nombreux concurrents, Samsung ne prend pas de risques et mise sur le trio grand-angle / ultra grand-angle / téléobjectif. À raison. En ne s’encombrant pas d’artifices (aucun objectif macro ne s’est montré convaincant jusqu’à maintenant), le coréen voit juste.

Dans de bonnes conditions de lumière, le Galaxy Note 20 capture des photos dignes de son statut. Riches en détails, elles brillent par leurs très bons contrastes et leur excellente luminosité. Comme toujours, Samsung y va de son traitement maison saturant les couleurs. Certains adorent, d’autres moins. Cela n’enlève rien à la qualité des clichés.

Ces petits défauts sont plus visibles dans des conditions de basse lumière. Néanmoins, on ne peut que s’émerveiller des excellents résultats obtenus de nuit par le Note 20. En choisissant d’allonger le temps de pose (3 secondes environ), Samsung ne force pas sur l’exposition et réduit le bruit numérique. Et si les plus tatillons rouspèteront (verbe plus utilisé depuis 1928) devant les contrastes parfois trop marqués, c’est une petite faiblesse plus qu’acceptable tant les clichés sont convaincants.

L’objectif ultra grand-angle assure lui aussi lorsque les conditions de lumière sont favorables. En revanche, comme la plupart des objectifs du genre, il montre ses limites en basse lumière avec une grosse perte de détails et du bruit numérique. Le mode portrait, lui, se montre convaincant. Samsung propose même deux types de portraits (à plus ou moins longue distance). Dans les deux cas, les résultats sont corrects, même si le plus « zoomé » est bien meilleur puisqu’il exploite le téléobjectif.

Ce téléobjectif, justement, n’est mis à contribution qu’à partir du zoom 10x avec des résultats acceptables. En revanche le zoom 20x et 30x reste anecdotique voire gadget. Pour tenir la promesse d’un zoom hybride 3x, Samsung taille dans l’image photographiée par le capteur de 64 mégapixels pour obtenir un résultat en 12 mégapixels. Combiné à l’algorithme de traitement de Samsung, cette technique permet d’obtenir des clichés en zoom 3x très réussis de jour, beaucoup moins de nuit.

Ultra grand-angle

À l’avant, le Note 20 embarque un capteur frontal de 10 mégapixels avec un objectif de 26 mm (f/2,2). Il permet de shooter des selfies et autoportraits de bonne qualité, même si Samsung se laisse un peu aller sur le lissage de la peau.

Enfin, le coréen persiste et signe avec la possibilité de tourner en 8K à 24 im/s. Il peut aussi filmer en 4K à 60 im/s. Dans ces deux configurations, le Note 20 impressionne par sa stabilité. Si vous passez en Full HD à 30 im/s vous pourrez même activer la Super stabilisation qui vous fera faire des merveilles.

Mon avis sur le Samsung Galaxy Note20

En soi, le Galaxy Note 20 n’est pas un mauvais smartphone. Très élégant, il se montre performant, particulièrement doué en photo et Samsung livre un logiciel aux petits oignons, trois critères de choix chez la plupart des consommateurs. Le problème de ce Note 20 réside principalement dans ce que j’appellerais le bon équilibre. Si les consommateurs ne cherchent pas forcément le prix le plus abordable, leur limite s’arrête au prix juste (ou au juste prix, c’est comme vous voulez). Et à ce petit jeu, le Galaxy Note 20 fait figure de cancre. Vêtu de plastique, équipé d’un écran (certes très joli) de seulement 60 Hz, il manque d’endurance et ne se distingue pas de la concurrence, à commencer par son prédécesseur, le S20. Aujourd’hui, des modèles vendus deux fois moins cher disposent de technologies plus avancées. Difficile alors de digérer les 1059 euros demandés par Samsung.

Samsung Galaxy Note 20

959 €
7

Design et écran

7.0/10

Performances

8.0/10

Autonomie et recharge

7.0/10

Appareil photo

9.0/10

Rapport qualité-prix

4.0/10

On aime

  • Très bon en photo
  • Le S-Pen toujours aussi plaisant
  • One UI l'une des meilleures versions d'Android
  • Écran bien calibré
  • Trio de recharge

On aime moins

  • Performance en deçà de la concurrence
  • Écran 60 Hz seulement
  • Autonomie plus que médiocre
  • Design en plastique !
  • Prix bien trop élevé
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *