Connect with us

Actualités

Uber facture de fausses « fraudes au vomi » jusqu’à 150 dollars

Plusieurs passagers ont rapporté qu’Uber avait augmenté leur facture jusqu’à 150 dollars pour « fraudes au vomi », des actes que la majorité des utilisateurs se défend pourtant d’avoir commis.

Il y a

le

Uber fraudes

Dans un article daté du 22 juillet, le Miami Herald explique que des passagers américains se sont plaints du fait qu’Uber les avait accusés d’avoir rendu leur repas dans un des véhicules sans que ceci ne soit vrai. Compte tenu du fait que les frais de nettoyage facturé au client sont majoritairement remis au chauffeur, il est facile de comprendre comment fonctionne cette nouvelle arnaque des « fraudes au vomi ».

Concernant le fonctionnement de l’escroquerie, il suffit qu’un passager envoie une photo des dégâts à la direction pour que celle-ci facture le clients concerné. Là où un liquide renversé (ou régurgité) est facturé 80 dollars s’il se situe sur une surface difficile à nettoyer, la facture peut s’élever jusqu’à 150 dollars. Un montant qui concerne les « quantités importantes de liquides corporels (urine, sang ou vomissements) à l’intérieur du véhicule ».

Des « fraudes au vomi » constituées de toutes pièces

Après que le cliché de la scène ait été envoyé à la direction, le client se voit donc informé d’un « ajustement » du montant de sa facture initiale. Lorsqu’il contacte Uber par le biais de la section Aide de l’application, il est simplement informé de sa prétendue fraude, photos à l’appui. Plusieurs utilisateurs expliquent avoir tenté d’expliquer à la compagnie qu’ils étaient sobres lors du trajet, mais dans la majorité des cas, l’entreprise a pris position en faveur des chauffeurs. Certains déclarent également qu’ils se sont fait facturer un trajet qu’il n’avait jamais fait, à l’exemple d’un utilisateur qui s’est plaint d’être facturé 16 dollars pour un voyage ne s’étant jamais produit, 6 dollars pour l’annulation et 150 dollars pour la « fraude au vomi ».

> Lire aussi :  Uber veut désormais punir les mauvais clients

Pour mettre l’arnaque sur pied, il semblerait que les chauffeurs reconstituent une scène pour que celle-ci ressemble à ladite fraude, ou qu’ils utilisent des clichés trouvés sur Internet.

Suite à l’affaire, Uber a déclaré : « Participer à une activité frauduleuse, quelle qu’elle soit, constitue une violation flagrante de nos règles générales. Nous évaluons constamment nos processus et notre technologie en fonction des réclamations et nous prendrons les mesures appropriées chaque fois qu’une fraude peut être détectée ».

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests