Connect with us

Objets connectés

Un smartphone pour diagnostiquer la dépression

Un étude récente montre que l’utilisation d’un smartphone pourrait permettre de diagnostiquer les symptômes de la dépression.

Il y a

le

Un smartphone pour diagnostiquer la dépression

Analyser la voix et le visage

On vous expliquait qu’il serait désormais possible d’utiliser un wearable pour lutter contre l’overdose. Un problème très américain dans sa configuration actuelle avec une crise des opioïdes.

Une étude mise en place par l’université de Stanford en Californie montre qu’il est possible d’utiliser des logiciels analysant le visage et la voix afin de déceler les symptômes de la dépression. Il faut c’est vrai un peu plus que ça. Ce sont surtout les avancées en intelligence artificielle qui permettent de créer ce type d’usages innovants.

Les chercheurs ont misé sur le machine learning en nourrissant l’IA avec des vidéos d’interviews de personnes souffrant d’une dépression et d’autres non. Le logiciel a analysé les expressions faciales, les mots utilisés ou encore le ton de la voix.

Un clinique contre la dépression dans la poche

Résultat ? L’IA a été capable de différencier les personnes souffrant de dépression des autres avec un taux de succès supérieur à 80%.  Une avancée importante puisque selon les chercheurs, 60% des personnes se trouvant en situation de maladie mentale ne se font pas accompagner à cause du regard extérieur et des stigmates associés.

> Lire aussi :  Le PDG de Gionee perd tout au casino et met en danger l'entreprise

Bien sûr, les chercheurs soulignent que ce genre de tests ne pourrait pas valoir de diagnostic exact à 100%. Rien ne vaut encore un vrai diagnostic par un médecin dans un hôpital, mais l’idée est bien d’alerter. Selon les chiffres, il y aurait environ 300 millions de personnes touchées par la dépression dans le monde. En France, cela concerne tout de même environ 20% de la population qui sera touchée à un moment ou un autre de la vie.

Ce genre de technologie dans un usage généralisé pourrait bien inciter les assurances à continuer à offrir des tarifs plus intéressants à leurs clients qui partagent leurs données.

Source 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests