Suivez-nous

Fintech

Voici les grands enjeux et défis de la fintech en 2020

En 2020, la révolution du secteur financier devrait connaître de nouveaux défis et enjeux. La fintech s’installera de plus en plus dans notre quotidien.

Il y a

  

le

 
Samsung Pay banque en ligne
© Samsung

Alors que les nouvelles banques en ligne et néobanques investissent des sommes considérables, que le secteur de l’assurance rencontre l’intelligence artificielle et que les crypto-monnaies veulent concurrencer les placements boursiers et les devises nationales, le paysage fintech vient tout juste de débuter une nouvelle décennie, sa deuxième.

En 2019, chaque marché financier a connu sa transition du numérique, avec des acteurs prônant plus de liberté, et un service davantage disponible et ludique. Cette année, une seconde étape pour le paysage fintech arrive. Désormais, certains services seront bien plus que des simples alternatives aux modèles traditionnels. Certains sont en phase de devenir des offres grand public, connues de toutes et tous. Les acteurs des nouvelles technologies financières ont pris en maturité.

Faire face aux défis d’aujourd’hui

Cette maturité prend tout son sens, alors que certains services drainent une partie importante de la demande, avec un public de moins en moins spécifique. Chez les banques, N26 ou encore Revolut sont en pleine expansion, et certains clients ont ainsi pour dire « abandonné » leur banque principale (la traditionnelle), pour la remplacer par leur application mobile et leur carte bancaire internationale et pas chère.

Maintenant qu’ils ne sont plus des alternatives pour outsiders, les acteurs de la fintech vont devoir se frotter à la réalité, et faire face à des défis qui marqueront certainement l’année tech 2020. On pense notamment à la cybersécurité. Selon un rapport de FireEye de novembre dernier, 2020 sera une année sombre, alors que les tentatives malveillantes augmenteront, et que la sécurité du web ne sera pas encore très efficace. On espère que la fintech fera en sorte de prendre conscience de cet enjeu, et mener une transition sans scandale, et donc sans vulnérabilité.

Sur le sujet de la crypto-monnaie, toujours vis-à-vis de la cybersécurité, 2020 pourrait être l’année d’une hausse du développement du procédé de « tokenisation ». Pour garantir la sécurité informatique, cette méthode pourra rendre plus sûrs les clients de jetons numériques, et solidifier la croissance des plateformes en lien avec la blockchain.

En parlant économique cette fois-ci, 2020 pourrait aussi être une année transitoire pour les institutions financières. L’essor de la « regtech », un terme pas très connu, tant la fintech a en majeure partie été médiatisée sur son arrivée chez le grand public, mais les administrations vont elles aussi pouvoir bénéficier d’un virage technologique. Selon nos confrères du site Paperjam, au Luxembourg, 40 % des institutions continuent encore d’effectuer certaines des tâches les plus importantes de façon totalement manuelle. Un bel exemple pour montrer la hausse soudaine de la demande qui est annoncée.

Des enjeux pour une adoption sereine

Au CES de Las Vegas, qui s’est tenu au début de ce mois de janvier, les acteurs de la tech ont pu dresser un aperçu global des principaux enjeux auxquels l’actualité s’attardera cette année. L’intelligence artificielle en fait bien évidemment partie. Elle est au même titre, l’une des technologies les plus controversées du moment, allant de pair avec la reconnaissance faciale.

Mais au sein du paysage fintech, il est certain que l’apprentissage automatique sera fondamental. L’industrie des services financiers devra ainsi réussir à optimiser ses nouveaux services « dopés » à l’IA, (pour une plus grande efficacité, et une réduction des coûts), tout comme conserver une part de confiance et de transparence dans l’utilisation de ces technologies auprès des clients.

Enfin, la monnaie et les échanges monétaires ne seront pas épargnés par les crypto-monnaies et la technologie blockchain. Pendant les dernières semaines de 2019, le terrain a été préparé, avec des banques comme ING qui ont affirmé travailler sur des nouveaux services de stockage, ou encore la startup Ripple, qui a levé 200 millions de dollars, et affirmé que « la moitié des 20 plus grandes banques du monde » se mettront à échanger sérieusement des jetons numériques dès 2020. Une décennie qui démarre sur les chapeaux de roues.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

BanqueLien
Voir
Voir
Voir

Actualités