Vous allez être viré et vous ne le savez pas ? Voici quelques indices…

Changer de job, contraint ou forcé, n’est plus forcément synonyme de catastrophe industrielle et personnelle, et peut même représenter une formidable opportunité de changer d’orientation.A condition d’anticiper et de se préparer à rebondir (voilà que je parle comme un coach en développement personnel, maintenant). Voici 10 signes avant-coureurs généreusement distillés par eWeek, indiquant que le

Changer de job, contraint ou forcé, n’est plus forcément synonyme de catastrophe industrielle et personnelle, et peut même représenter une formidable opportunité de changer d’orientation.
A condition d’anticiper et de se préparer à rebondir (voilà que je parle comme un coach en développement personnel, maintenant).

Voici 10 signes avant-coureurs généreusement distillés par eWeek, indiquant que le temps n’est plus au beau fixe pour vous et qu’il est peut-être temps de changer de crèmerie (traduction et adaptation libres par votre humble serviteur).

1. il vient d’y avoir une relève de la garde dans votre entreprise et votre boss ne tarit pas d’éloges sur les nouvelles recrues.
2. votre bureau a été réduit à un cube près du vestiaire
3. d’un coup tout se fait par écrit à votre sujet
4. votre équipe est présente à des réunions sans vous
5. on vous refile des projets sur lesquels tout le monde a échoué (bon en même temps si par chance vous réussissez vous pouvez retourner la situation à votre avantage en faisant passer les autres pour des tocards…)
6. vous constatez que votre boîte recrute pour le même poste que le vôtre. Au poil près.
7. vous bénéficiez d’une promotion mais vous perdez des responsabilités. La promotion bidon y a rien de pire. Ici on appelle ça le placard doré. Si vous êtes footballeur professionnel ou présentateur à France 2, c’est pas pire : vous êtes (bien) payé à rien foutre. Sinon, bad news, la porte n’est pas loin, vous sentez déjà le bon air du palier.
8. vous n’avez plus la côte au bureau, et pas seulement auprès de vos chefs.
9. votre société vient d’être vendue. Vous appellerez pudiquement cela une "fusion". Jusqu’à ce que vous receviez votre lettre de licenciement. Là vous comprendrez qu’il s’agissait bien d’un rachat. Les rachats ne font pas de prisonniers, juste des morts.
10. on vous demande de postuler de nouveau à… votre propre poste. Pratique apparemment connue aux USA, moins par ici me semble-t-il.

Question crédibilité, faites-moi confiance : moi aussi ça m’est arrivé d’être viré (pour cause de rachat) et je reconnais quelques-uns de ces symptômes.
Vous en voyez d’autres ? Vous avez déjà vécu cela ?


Nos dernières vidéos

19 commentaires

  1. Votre patron est tout le temps sur votre dos et cherche la moindre petite faute professionnelle pour vous faire dégager. Ou sinon il vous augmente d’un coup et vous convoque le mois suivant pour dire que vous coutez trop cher à l’entreprise attention aux promotions bidon lol.

  2. Le problème avec la démission, c’est les ASSEDIC. Plus de droits, non? Perso, j’ai opté pour un temps partiel… on m’a clairement dis que je n’étais pas une femme, que c’était pas bien normal, que ça faisait du mal au service etc… ils ont acceptés quand même tout en me donnant des tâches à la c… M’en fou, je suis peinard et je peux penser au développement de mon site!

  3. 4 il me semble et 6 de lundi à mercredi : date d’arrivée du remplaçant.

    Prévenu vendredi soir à 16h30
    (en fin de période d’essai)

  4. C’est pour ça qu’il faut toujours garder un oeil sur la boîte dans laquelle on travaille histoire d’y savoir tout ce qui s’y passe ^^ Et garder un oeil à l’extérieur également, pour savoir si la concurrence offre de bons postes égalements 😉

  5. Chaud de démissionner, sauf si je suis entendu un jour : ctoutcom.blogspirit.com/a…
    En attendant cela, je retrouve des symptomes bien réels qui pirent qu’annoncés un licenciement, sont faits dans l’espoir de vous dégouter et vous faire partir ! C’est un harcèlement moral bien difficile à prouver… soyons solidaires et courageux 🙂

  6. OUi, j’en ai une autre :
    Ca fait 6 mois que vous profitez de la T1 de votre boite pour jouer à des mmorpg multiples et divers. Parce que… la prod n’a pas de boulot ou presque.

    Et le jour ou la réunion d’information sur la situation de la société arrive, éclatez de rire quand vos patrons vous disent :
    On ne vous en a pas parlé plutôt pour ne pas vous alarmer…

  7. T’as peut-être des lecteurs qui viennent de réaliser qu’ils vont se faire jeter salement en procrastinant sur ton blogue.. LA honte!!

  8. Le "tout formalisé par écrit" m’a l’air bien courant. Y’a pas mieux pour contrer les prud’hommes et éviter le verdict de licenciement abusif.

    Et comme de par hasard tout le monde est au courant … sauf le licencié qui l’apprend en dernier.

  9. Le 10 est plutôt sadique il me semble … d’ailleurs, c’est mise en forme de quelle manière ???
    – Well hum… John, you should repostulate for your … hum … post .
    – But I’m already in ?!
    – Yes, you’re in …

  10. Vous êtes enceinte …

    Ca c’est un vrai signe avant-coureur de licenciement …

    Ensuite on prend au hasard un des points de 1 à 10 et on applique !

  11. Lafrisouille on

    Quelque chose qui ressemble à la 7 mais en plus hypocrite c’est le propre d’un certain nombre multinationales qui pratiquent « l’épuration ethnique ». Au final une négociation, un chèque et un nouveau départ.
    Aujourd’hui ma petite entreprise avec des soucis mais avec une liberté de conduire les actions comme bon me semble.
    Un nouveau sens à la vie professionnelle.
    Une vraie résurrection.

  12. rescapée coacheuse chez pressecitron on

    – votre responsable est sans cesse sur votre dos pour relever la moindre faute
    – mails hypers courts, violents, CC au super directeur
    – vs vs faites engueuler en pleine réunion
    – on vs met sur un projet qui ne sert à rien
    – tout est fait pr vs faire craquer : objectif demission de votre part

    Contre cette spirale négative, soyez en position de force pour VOUS. Qd on est faible, on est démuni, perdu, comme par hasard personne ne vs aide. mes conseils :

    – Engagez un avocat pour qu’il vs épaule et défende vos droits. Les employeurs peu scrupuleux profitent de votre état de faiblesse pour encore + enfoncer le clou

    – Gardez TOUTE trace écrite de tout ce qu’on vous dit, fait, écrivez les noms des témoins, essayez d’avoir le maximum d’éléments écrits, factuels, mesurables et tangibles (attestation medecin, temoignage écrit, documents où st décrits des objectifs innatteignables, etc..)

    – Si probleme de santé ALLEZ VOIR DE SUITE la medecine de travail qui constatera votre état, lié aux conditions de travail et vs delivrera un bon de visite

    – Si discrimination, faites un report auprès de la HALDE

    – Reportez tout premier signe de traitement pas normal du tout auprès des délégués du personnel. Ils st des témoins également.

    – Enfin gardez votre énergie et essayez de comprendre ce qu’il se passe. Ne perdez pas votre temps là où "ça sent pas bon"

    – Dès le moindre signe, ne laissez pas votre santé en prendre plein la gueule et posez vs les VRAIES questions "pkoi j en suis arrivé là?" "ai je des perspectives ds cette entreprise" "est ce bon pr mon bien etre, celui de mon couple/ma famille, que de rester ds ce boulot mm avec 10.000 euros/mois" "le remboursement de mon credit immo vaut il que je me ramasse à la pelle ts les soirs?"

    etc…

    j ai subi le licenciement, suite à harcelement et un rachat… il m a fallu 4 ans pour m’en relever : retrouver confiance en moi, comprendre ce que je voulais ds ma vie, quels savoir-faire je voulais vendre, professionnaliser ces dites compétences. apres plusieurs experiences et contrats, je suis heureuse aujourd’hui, enfin.

    dernier mot : quand on sait ce qu’ont veut on gagne un temps fou.

  13. 1. il vient d’y avoir une relève de la garde dans votre entreprise et votre boss ne tarit pas d’éloges sur les nouvelles recrues.

    Et le boss vous en parle en entretien privé. Histoire de renverser la vapeur, lui dire oralement qu’en fait ces nouvelles recrues pensent déjà à se casser :ppp

  14. Philippe87 on

    Tu apprends un dimanche, aux infos télévisées, le "rapprochement" entre ta boîte et son concurrent, leader européen sur le secteur. Le lundi, au bureau, et dans les semaines qui suivent, il est question de "mariage", de "valeurs communes", de "renforcement de position"… la devise du moment est "nous ne perdrons pas un franc (c’était avant 2002), pas un client, pas un collaborateur". Mort de rire, avec le recul.

    Six mois après, l’enseigne sous laquelle tu bossais depuis des années a disparu partout en France, et on t’informe au cours d’une réunion téléphonique du plan social en cours, parce que tous les services de siège en double, non vraiment, c’est plus possible…

  15. J’ai vécu une "fusion".

    D’accord sur tous les points mais j’ai pu noter quelques trucs supplémentaires à l’approche de la "réunion d’information" (2 semaines avant de se faire virer) :

    – Le responsable informatique remplit son coffre de PC tous les soirs pendant une semaine à partir de 20h00 (quand le boss rentre chez lui).

    – Quelqu’un que vous ne connaissez pas vient prendre les mesures de votre bureau en se demandant s’il mettra une plante verte à l’entrée ou plutôt un porte-manteau.

    – Le DRH veut faire ami-ami avec tout le monde alors qu’il était odieux jusque là… (on ne sait jamais. Il y a toujours de futurs entrepreneurs chez les virés).

    – Il n’y a plus de PQ depuis deux semaines et la vidange de la fosse septique est repoussée à plus tard (pourtant ça urge).

    Voilà. Il y en a d’autres mais c’est ce qui me paraît le plus flagrant… 😉

  16. La personne au chômage intermittent depuis 2 ans qui vient ici et peut lire que ce n’est plus "forcément synonyme de catastrophe industrielle et personnelle" de perdre son emploi à vraiment de quoi être limite dégoutée par de tels propos.
    Heureusement, j’ai le recul nécessaire et je sais qu’il n’y a pas lieu de s’offusquer.

    Aux vues de ces quelques exemples, on en vient à se demander si "faire gaffe à ne pas perdre sa place" ce n’est pas comme faire des heures sup pour paranoïa fondée…

Répondre