WhatsApp : les publicités devraient débarquer dans les statuts dès 2019

Annoncées il y a plusieurs mois, les publicités se préparent peu à peu à faire leur arrivée sur WhatsApp. Elles devraient d’abord s’immiscer dans les Statuts, l’équivalent des Stories, avant de débarquer plus largement sur l’application de messagerie.

cofondateur WhatsApp

© Pexels / Acton

Selon le site web spécialisé WABeta Info, les publicités ne vont pas tarder à débarquer sur la version Android de WhatsApp. Comme expliqué dans un tweet : « WhatsApp a implémenté les publicités aux Statuts dans cette version », soit la version bêta 2.18.305 destinée à Android.

Néanmoins, aucune information supplémentaire concernant iOS n’a été transmise, mais l’on peut supposer que Facebook planche également sur le sujet afin que la publicité débarque sur les deux OS en même temps.

Générer des revenus avec WhatsApp, l’objectif de Facebook

Facebook avait été transparent sur le sort de l’application de messagerie qu’il a racheté pour 22 milliards de dollars en 2014. De fait, les contours du business model de WhatsApp se dessinent peu à peu, laissant entrevoir la publicité qui y sera bientôt présente. Outre le lancement d’une version payante destinée aux entreprises, les publicités s’immisceront donc dans les Statuts des utilisateurs, soit l’équivalent des Stories. Par la suite, elles devraient sortir de ces derniers pour se propager sur l’application, si bien qu’elles pourraient aller jusqu’à la boîte de messagerie.

> Lire aussi :  WhatsApp va également afficher des publicités sur les Statuts (l’équivalent des Stories)

Lors du Ey Digital Summit se déroulant à Capri, le directeur de Facebook Italie, Luca Colombo a détaillé, précisant que la publicité serait « intelligente » plutôt que « nécessairement intrusive». Il a ajouté à cela que le réseau social souhaitait que les marques puissent renouer le dialogue avec les utilisateurs.

Nul doute que cette décision stratégique a contribué au départ des deux cofondateurs de l’application de messagerie, Brian Acton et Jan Koum. Lors du rachat, l’application est entièrement gratuite, sans publicité et défend la vie privée des utilisateurs. Quelques années plus tard, Facebook en fait une application payante et avec publicité avec une utilisation des données personnelles qui se fait au détriment de l’utilisateur, selon les cofondateurs. Dans une récente interview, Brian Acton confiait ses regrets, ajoutant alors : « J’ai vendu la vie privée de mes utilisateurs pour un plus grand profit. J’ai fait un choix et un compromis, et je dois vivre avec cette décision chaque jour ».


Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.