Suivez-nous

Auto-Moto

Comme Tesla par le passé, le constructeur Nikola se fait des ennemis en bourse

La marque de véhicules électriques est accusée d’être « une fraude », par un vendeur à découvert. L’action plonge, de 54 à 30 $.

Il y a

  

le

 
Nikola Corporation
© Nikola Corporation

Le transport et la mobilité sont des secteurs bien représentés à Wall Street, mais voilà qu’à l’image des autres entreprises cotées, les déboires apparaissent une fois exposés à la finance mondiale. Nikola, qui grimpait mardi en bourse après avoir reçu une participation (11 %) de General Motors pour son activité de fabrication de véhicules électriques, vient de voir le cauchemar de ses propres yeux, lors de la dernière séance.

Son titre reculait de 12,27 % (puis 17 % aujourd’hui) après qu’Hindenburg Research, une société d’investissement, accusait la startup d’être « une fraude ». Le vendeur à découvert a voulu dénoncer la présence même de Nikola à Wall Street, alors que la marque n’a pas encore commercialisé de véhicules électriques. Les critiques allaient tout droit en direction de Trevor Milton, l’entrepreneur et créateur de Nikola, qui aurait mis en place « une fraude complexe fondée sur des dizaines de mensonges » pour Hindenburg Research.

Ces déboires font suite à l’exposition de Nikola en bourse après son partenariat avec General Motors. La société d’investissement jugeant par exemple que Nikola avait « induit ses partenaires en erreur […] en prétendant faussement disposer d’importantes technologies ». Du côté de sa direction, il est reproché au fondateur de Nikola d’avoir nommé son frère à un poste technique « sans que ce dernier n’ait l’expertise requise », rapporte AFP sur les critiques d’Hindenburg Research.

Une critique difficilement acceptable

Nikola a ressenti les conséquences de ces accusations, avec une baisse de son cours qui atteignait 37,17 dollars peu avant 15 heures hier à Wall Street, et 30 $ à l’ouverture aujourd’hui. Mais malheureusement pour Hidenburg Research, la casquette de vendeur à découvert n’est pas la plus écoutée quand il s’agit de révélations d’affaires. À la suite de son pointage de doigt, la société d’investissement a placé des « short », une position de vente pariant sur la baisse d’une valeur, dans le but de se faire de gains. Un conflit d’intérêts qui vient quelque peu remettre en question son point de vue sur Nikola.

Par conséquent, Nikola a publié différents communiqués pour sa défense, jugeant en revanche qu’ils ne vacilleront pas « à cause d’un rapport rempli d’informations trompeuses visant à manipuler notre action ». General Motors s’est également exprimé, apportant toute sa confiance dans la marque de véhicules électriques. Par le passé, c’est son concurrent Tesla qui avait fait les frais de tels critiques. Au centre des critiques, sa capacité à trouver l’équilibre, puis la rentabilité. Un témoin qui est au vert pour le quatrième trimestre consécutif à l’heure actuelle.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

1 commentaire

1 Commentaire

  1. Moi

    11 septembre 2020 at 21 h 01 min

    Rien à voir avec TESLA. Nikola fait que de la CGI. 😂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top forfait mobile

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests