Connect with us

Actualités

A cause du RGPD, certains (gros) sites américains ne sont plus accessibles en Europe

Le RGPD affecte les médias américains. Certains ont décidé de bloquer les visiteurs de l’Union Européenne.

Il y a

le

Même si le RGPD est un règlement européen, celui-ci a un impact dans le monde entier dans la mesure où une entreprise est concernée à partir du moment où son site ou son application ont des utilisateurs habitant dans l’UE.

Contenu indisponible dans l’UE

Et afin d’éviter les problèmes, des sites américains ne sont plus accessibles dans l’Union Européenne depuis vendredi. Comme le rapporte notre confrère The Verge, le Los Angeles Times, le Chicago Tribune, le New York Daily News et d’autres journaux en ligne, qui appartiennent à la société “Tronc”, ont décidé de bloquer les lecteurs européens.

« Malheureusement, notre site est actuellement indisponible dans la plupart des pays européens », lit-on sur le message qui s’affiche à la place du contenu normal. « Nous travaillons sur ce problème et nous sommes engagés sur la question et nous nous sommes engagés à examiner les options qui soutiennent notre gamme complète d’offres numériques sur le marché de l’UE ». Actuellement, la société est à la recherche de solutions techniques pour se conformer au RGPD pour rendre son site web de nouveau accessible en Europe.

> Lire aussi :  Twitter visé par une enquête liée aux données personnelles

D’autres éditeurs ont été moins radicaux. Par exemple, NPR demande au lecteur d’accepter le tracking (les cookies) ou alors, ils accèdent à un site web en « plain text » (texte brut).

Quant à USA Today, il a créé une version de son site web baptisé « European Union Experience » pour les lecteurs européens. Cette version ne collecte pas de données pouvant identifier des personnes et n’offre pas d’expérience personnalisée.

Et Gizmodo annonce avoir bloqué toutes les publicités (et les vidéos, qui peuvent afficher des publicités) pour les visiteurs européens. Mais cette solution est provisoire. Le site compte offrir une solution plus élégante, comme le framework compatible avec le RGPD de l’IAB (International Bureau of Advertising).

Sinon, Instapaper n’est plus accessible en Europe. L’outil, qui permet de sauvegarder des pages web, l’a annoncé à ses utilisateurs européens, il y a quelques jours. Le service est cependant à la recherche d’un moyen d’être en conformité avec le RGPD.

> Lire aussi :  4 mois après l'entrée en vigueur du RGPD, la CNIL fait le bilan

Pendant ce temps, Facebook et Google sont déjà poursuivis par un activiste autrichien.

2 Commentaires

2 Commentaires

  1. [email protected]

    27 mai 2018 at 9 h 55 min

    qu’ils aillent se faire foutre

  2. Patrick Huet

    27 mai 2018 at 17 h 52 min

    Je lance un coup de chapeau à USA Today.
    Citation : « Cette version ne collecte pas de données pouvant identifier des personnes « .

    Bravo ! Enfin des acteurs commencent à revenir à ce qu’était le Web à l’origine.
    Un moyen de communiquer avec chaque personne de cette planète.

    Alors qu’aujourd’hui c’est devenu en grande partie un système d’espionnage de chaque citoyen.
    Revenons au but fondamental d’Internet !
    Pas aux buts mis en place par ceux qui ont voulu s’approprier Internet à leur profit exclusif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests