[détox] De la BD numérique et de vrais conseils de libraires sur Sequencity

Site spécialisé dans la BD et les mangas avec plus de 18000 œuvres disponibles, Sequencity propose aussi de nombreux conseils de libraires afin d’améliorer l’expérience de lecture des amateurs de bande dessinée.

On entend souvent parler du désamour du public (français) pour le livre numérique. La part du livre numérique grand public dans le marché français de l’édition est de 3,5%, soit 85 millions d’euros selon la dernière étude GFK. Pourtant, les ventes de livres numériques continuent d’augmenter (source Le Monde) et représentent d’ailleurs le seul segment ayant subi une forte progression (plus de 13%) par rapport à l’année 2015.

La raison principale de la faible percée du livre numérique dans l’hexagone est due à deux facteurs : l’attachement des français au papier et le coût encore trop élevé des livre numériques, un phénomène que nous avons déjà eu l’occasion d’aborder, confirmé par Antoine Dreyfus, responsable marketing tablettes et liseuses chez Amazon Europe : « bon nombre de lecteurs trouvent l’écart de prix insuffisant et non justifié entre le papier et le numérique ».

>> Retrouvez tous nos articles de la série [detox]

Cependant, cette non-attirance pour le livre numérique n’empêche pas certaines startups d’innover et de chercher à le démocratiser. L’une de ces startups est Sequencity, un site spécialisé dans la BD et les mangas qui intègre les conseils des libraires et propose un large choix de lectures. Entretien avec Denis Lefebvre, co-fondateur de la startup.

Le plus large choix de BD numérique

Presse-Citron : Qu’est-ce que Sequencity ?

Sequencity est une librairie numérique d’un genre très particulier. Quand le lecteur accède à notre site www.sequencity.com ou à nos applications Android et iOS, il se voit à la fois proposer :

  • l’offre de BD numérique française la plus large, avec pas loin de 20 000 BD, Manga et Comics à lire sur tout smartphone, tablette et ordinateur.
  • chaque semaine : une cinquantaine de nouveautés, des BD gratuites et des promos pouvant aller jusqu’à -90% du prix normal, sur des offres décidées avec les éditeurs.
  • mais aussi et surtout un ensemble de services qui fait toute la différence de Sequencity par rapport à ses concurrents, et qui permet à l’utilisateur d’être guidé efficacement vers sa prochaine lecture : il peut lire les avis de véritables experts (des libraires ayant des librairies physiques un peu partout en France, en Suisse et en Belgique), parcourir au sein de leur profil des sélections thématiques, et même leur poser des questions via un système de messagerie, pour obtenir des conseils personnalisés. Sur Sequencity, nous ne laissons pas le lecteur seul face à l’exhaustivité du choix. S’il ne sait pas quoi lire, ou simplement pour croiser des avis, nous lui offrons un service de conseil humain et qualifié, où les libraires de métier sont valorisés et jouent un rôle essentiel.

P-C : Quel est votre business model ?

L’achat sur Sequencity se fait pour l’instant à l’acte, par tome et par chapitre (dans le cas de certains Mangas), et bientôt aussi par série. L’intérêt de la BD numérique est qu’elle est vendue en général entre -30% à -50% du prix papier, avec par exemple des Lucky Luke ou des Boule et Bill à 5,99€ par tome, des Mangas tels que Naruto ou One Piece à 4,99€, et des Comics type Spider-Man ou Avengers plutôt vers les 9,99€. Cela permet notamment de tester certaines séries à moindre coût, puis de se laisser tenter par la suite en numérique (avec l’avantage d’emporter sa bibliothèque partout avec soi) ou en papier (vous pouvez vous géo-localiser sur notre carte pour identifier les librairies physiques les plus proches de chez vous).

Nous ne proposons pas encore l’achat de BD papier, mais vu nos partenariats avec ces librairies physiques, nous devrions à terme le proposer à travers eux. Toutefois, le développement de nouvelles offres commerciales va principalement se focaliser chez nous autour de la BD numérique.

Pour revenir sur la question du modèle économique, Sequencity touche une commission de la part des éditeurs sur chaque livre numérique vendu – plus de 80 éditeurs dont Glénat, Delcourt, Dupuis, Dargaud, Casterman, Panini et bien d’autres. Puis nous redistribuons une part de notre commission aux libraires qui ont suscité des ventes de par leurs conseils. Ainsi, plus ils sont actifs sur la plateforme et plus ils ont des chances de gagner. Nous réfléchissons actuellement à des modèles d’incentive encore plus poussés, pour que le serious game que nous avons développé pour eux soit complet, de l’administration à la rémunération.

P-C : Quand on parle de BD en ligne sur le marché français, on pense à vos concurrents Izneo et YouScribe. Sur quels aspects vous différenciez-vous d’eux ?

Pour YouScribe, la réponse est assez simple : ils proposent moins de 3 000 BD (dont une bonne partie de BD patrimoniale) là où nous en comptons déjà près de 20 000. Ils sont de toute façon sur un modèle économique assez différent du nôtre, et beaucoup plus généraliste.

Izneo en revanche est un concurrent plus frontal, et qui dispose du même niveau de catalogue que nous. En outre, ils se sont lancés dès 2010, soit près de 5 ans avant Sequencity. Nous sommes donc dans une position de challenger, en valorisant nos éléments différentiants. L’un de ces éléments est bien sûr la curation humaine dont nous venons de parler, et qui fédère une communauté d’experts. Mais c’est aussi et surtout la qualité même de la technologie derrière Sequencity qui fait toute la différence, son ergonomie optimisée, intuitive, mise au service d’une expérience inédite d’achat et de lecture.

Je vais vous donner un exemple : nous sommes les seuls (d’un point de vue mondial et pas seulement en France) à proposer le feuilletage intégral des livres avant achat. En cliquant sur n’importe quelle couverture, et sans même avoir eu besoin de créer de compte, vous accédez à un aperçu complet du livre, et vous pouvez le feuilleter en intégralité pour vous en faire une première idée, évaluer son « épaisseur », son contenu, et toutes ces informations que l’on perçoit sans même s’en rendre compte lorsque l’on tient un livre papier entre ses mains. Vous pouvez alors lire gratuitement les premières pages, et vous laisser tenter en l’achetant, si l’histoire vous plaît.

Sequencity est truffé de fonctionnalités de ce type, qui rendent son utilisation facile et confortable : reprenez d’un clic vos lectures là où vous les aviez laissées, profitez de différents niveaux de zoom dans la lecture, achetez jusqu’à 3 livres sur notre app iOS sans avoir à créer de compte, et bien plus encore. Plus classique, la lecture hors-ligne est bien sûr également proposée sur nos applications.

Et ce n’est qu’un début. Car nous pensons que pour s’imposer en France, la BD numérique doit être portée par une technologie performante, à l’instar du marché US qui s’est développé de manière fulgurante sous l’impulsion d’un acteur innovant (atteignant $90M en 2015, alors que les marchés papier US et FR ne sont pas si éloignés que cela).

Ce que vous voyez aujourd’hui sur Sequencity n’est que la partie émergée de l’iceberg, et nous travaillons en souterrain à des fonctionnalités bien plus innovantes, à travers des programmes d’aides à l’innovation dont nous sommes lauréats. Nous collaborons ainsi aux côtés de plusieurs laboratoires de recherche pour travailler au futur de la lecture de BD numérique.

Sélections et notes de lectures par des experts de la BD

P-C : On voit une différence notable au niveau du nombre de BD et mangas proposés. Comment fonctionne l’obtention des droits de diffusion numérique sur ces ouvrages ?

Pour le dire simplement, il existe différents moyens de contractualiser : soit avec les éditeurs en direct, soit avec des diffuseurs ou des distributeurs, qui eux-mêmes sont en charge des catalogues numériques d’éditeurs, et centralisent leur diffusion. Sur Sequencity, nous avons les trois cas de figure, et même quelques auteurs auto-édités. Nous disposons de 98% de l’offre de BD numérique française disponible, mais bien sûr nous souhaitons réussir à convaincre les 2% restants, et au-delà d’aider les éditeurs indépendants qui ne l’ont pas encore fait à franchir le pas du numérique.

Nous disposons également de catalogues en langue étrangère, principalement en anglais. Les Comics sont uniquement en VF pour le moment, et leur distribution a impliqué un accord préalable des éditeurs US auprès des éditeurs français qui les traduisent, comme avec les éditeurs japonais pour les Mangas.

P-C Vous vous associez avec de nombreux libraires qui prodiguent des conseils aux lecteurs. Avez-vous eu des retours des utilisateurs par rapport à ce concept ?

Nous constatons que 20% des achats sur Sequencity se font sur la base de la recommandation des libraires, à travers les sélections et les notes de lecture qu’ils mettent en avant sur leurs profils dédiés, et que nous relayons à tous les niveaux (page d’accueil, moteur de recherche, réseaux sociaux, newsletters…).

C’est donc déjà significatif de l’intérêt et de la confiance que les lecteurs portent à la parole de ces experts. Lire les avis d’un parfait anonyme sur une fiche Amazon n’a bien évidemment pas du tout le même poids. Tout est question de légitimité dans la recommandation de tiers : soit parce qu’il s’agit d’un proche, soit parce qu’il est reconnu dans sa capacité de conseil. C’est le pari que nous faisons et qui différencie d’emblée Sequencity de ses concurrents.

Si vous lisez les avis d’utilisateurs sur nos apps, vous verrez que le rôle des libraires est régulièrement plébiscité : « un vrai plus », « ça donne une touche plus humaine », « on est loin des suggestions automatisées et on se réjouit de découvrir de petites merveilles ! », etc.

« Nous souhaitons aider les éditeurs indépendants à franchir le pas du numérique »

P-C : Parmi vos partenaires, on retrouve le réseau national Canal BD qui regroupe de nombreuses librairies. Êtes-vous en relation avec l’ensemble du réseau ? Chaque libraire peut-il mettre un coup de cœur sur Sequencity ?

Nous localisons sur une carte les 105 librairies du réseau Canal BD pour permettre à nos utilisateurs d’identifier les librairies BD les plus proches de chez eux. Mais les libraires du réseau ne tiennent pas tous un profil dédié de recommandation sur Sequencity, loin de là. Nous privilégions de toute façon l’activité, et non pas l’exhaustivité de ces profils. Certains sont plus actifs que d’autres, et nous travaillons comme je le disais à ajuster notre modèle économique pour le rendre encore plus incitatif auprès des libraires.

Les libraires Canal BD ont donc le choix d’ouvrir un profil dédié, comme c’est le cas pour certains d’entre eux, ou d’être représentés au sein du profil commun « Canal BD », qui regroupe tous les autres, et où sont publiés des avis de libraires issus du Canal BD Magazine.

Il reste à préciser que nous ne demandons aucun coût d’entrée ou de maintenance aux libraires pour disposer d’un profil dédié sur Sequencity. Si certains sont intéressés, qu’ils n’hésitent pas à nous contacter !

Lire sur ordinateur, tablette et smartphone

P-C : Le plaisir de lire une BD est-il différent sur papier et sur tablette ?

Je dirais qu’il existe 3 catégories de bandes dessinées :

  • celles qui n’ont à vrai dire aucun intérêt en numérique, où le livre est un objet esthétique et où fond et forme forment un tout indissociable, comme Building Stories de Chris Ware (Delcourt) : la version papier est alors définitivement à privilégier. Idem pour des ouvrages particulièrement soignés dans leur impression, tels que Souvenirs de l’Empire de l’atome (Dargaud), ou offrant des expériences sensorielles particulières, comme Jim Curious, Voyage au cœur de l’océan (éditions 2024) – bien que l’on imagine volontiers une adaptation numérique de cette œuvre, à lire avec des lunettes 3D, à l’instar du roman graphique S.E.N.S. qui a été adapté en exploitant la réalité augmentée.
  • celles qui ont autant d’intérêt en papier qu’en numérique, où le livre en tant qu’objet n’apporte pas de valeur ajoutée particulière : tantôt le prix réduit du livre numérique feront pencher en sa faveur, tantôt on privilégiera une version papier que l’on sait vouloir garder dans sa bibliothèque. Certains utilisateurs nous ont même confiés découvrir en numérique, puis acheter en papier les albums qui les ont le plus marqués, pour pallier le manque de place sur leurs étagères. La lecture en haute définition, que nous commençons à proposer (comme par exemple sur Lastman), peut aussi apporter un plus dans la lecture sur écran, avec des niveaux de zoom permettant d’aller voir dans les plus petits détails du dessin.
  • et enfin les bandes dessinées qui ont davantage d’intérêt en numérique, qui existent d’ailleurs exclusivement en numérique, et qui feront toute l’attractivité de la BD numérique dans les années à venir. Voyez par exemple la bande défilée Phallaina sur iOS et Android, qui se scrolle au doigt telle une fresque avec des effets visuels et sonores incroyables. Une vraie expérience immersive sur smartphone et tablette, qui ne verse pas dans la tentation du jeu vidéo ni de la vidéo, mais qui maintient bien l’utilisateur dans une posture de lecteur, au point de lui en faire oublier toute différence de support. Depuis près de 20 ans, nombre de créations ont vu le jour sur le web, réinventant les codes de la narration en faisant appel au scrolling vertical (cf. Le Long Voyage de Boulet), au TurboMedia (conçu comme un « PowerPoint réinventé par les auteurs » selon Balak, l’un des fondateurs de Turbo interactive), et à d’autres procédés. Mais pour que ces créations trouvent leur modèle économique en étant distribuées partout, sur toutes les plateformes de vente en ligne et non plus seulement sur des apps natives coûteuses ou des sites web isolés, il faut qu’elles puissent être techniquement supportées par le standard de l’édition numérique (l’ePub). C’est un travail de longue haleine sur lequel Sequencity collabore activement. Avec pour objectif de proposer au plus grand nombre de nouvelles formes de narrations visuelles, et une valeur ajoutée réelle aux côtés des BD simplement numérisées, pour une offre complète et complémentaire.

P-C : Quelles sont les prochaines étapes du développement de Sequencity ?

À plus court terme, notre objectif principal est de développer Sequencity d’un point de vue commercial, en ne cessant bien évidemment de l’enrichir de contenus et de fonctions qui satisferont toujours plus les amateurs de bande dessinée.

Après avoir rendu la plateforme accessible sur un site web, une application iOS puis une application Android, nous aboutissons en effet à une v1 de Sequencity, regroupant une communauté toujours plus large de 10 000 utilisateurs inscrits à ce jour.

Pour aller à présent chercher le grand public, nous allons nous appuyer sur des partenariats stratégiques que nous sommes en train de mettre en place, tout en levant parallèlement des fonds. Je ne peux malheureusement pas vous en dévoiler plus, et j’invite les lecteurs de Presse-Citron à nous suivre sur nos pages Facebook / Twitter pour être tenus informés de l’ensemble de nos actualités !

P-C : Quelles sont les BD que vous conseilleriez aux lecteurs de Presse-Citron ?

Comme le concept chez nous est de laisser la parole aux libraires pour qu’ils livrent leurs coups de cœur, je vous invite à naviguer au sein de leurs profils dédiés.

Et j’appuierai plus particulièrement sur l’un de mes propres coups de cœur récents : Le Port des Marins Perdus (Glénat), en laissant la librairie Expérience (Lyon) vous en parler : « 19e siècle, un équipage découvre sur une plage du Siam un jeune matelot inconscient. Ce dernier n’a aucun souvenir de ce qui a pu lui arriver, ni même d’aucun autre évènement de sa vie. Amnésie totale. Ou presque… Il se nomme Abel. Le jeune homme rentre en Angleterre avec l’équipage qui l’a recueilli. Au pays, les rencontres qu’il fera et les lieux qu’il côtoiera éveilleront en lui des souvenirs qui ne semblent pas lui appartenir. Plus de 300 pages qui renferment autant d’aventures et de rebondissements que de finesse et de poésie. Si vous aimez les histoires de marins et d’aventure à la Louis Stevenson, allez-y. Si vous aimez simplement les récits intenses et absorbants, les lectures qui ne s’oublient pas, allez-y encore plus. »

Vous pouvez d’ailleurs feuilleter ce magnifique album tout en crayonné !

Pour ceux que ça ne tente pas, il y en a pour tous les goûts sur Sequencity, parmi les séries les plus connues :

  • BD franco-belge : Blake et Mortimer, Largo Winch, Gaston Lagaffe, Astérix…
  • Manga : Naruto, Dragon Ball, One Piece, Death Note, L’Attaque des Titans…
  • Comics : Walking Dead, Iron Man, Deadpool, Les Gardiens de la Galaxie…

Tout comme le livre numérique, la BD numérique trouve aussi sa place dans le paysage culturel à condition d’adapter les offres et les innovations aux attentes des passionnés comme des néophytes. Un service comme Sequencity permet ainsi d’avoir accès à une quantité stratosphérique de bandes dessinées numériques à moindre coût (grâce à des promotions régulières ou des offres à petit prix), voire gratuitement puisque le service propose régulièrement des BD du moment à découvrir, comme ce mois-ci avec Thorgal, Valérian ou encore Les Nombrils.

Et vous, vous préférez collectionner les BD numériques ou numériser des BD de collection ? Allez, à dans 15 jours !


Nos dernières vidéos

Un commentaire

  1. J’ajouterai à l’argument du prix concernant le peu de vente de livres électroniques le problème des DRM qui restent d’actualité chez la plupart des éditeurs.
    Je n’achète personnellement que des epub sans DRM, ce qui reste rare (merci Bragelonne de ne pas prendre vos clients pour des voleurs ! ^^)

Répondre