Suivez-nous

Tech

En France, il y a 18 banques mobiles pour 2,6 millions de clients

Les banques mobiles ont le vent en poupe ! Un trio de tête se distingue dans cette course à la taille critique.

Il y a

le

Banque mobile Revolut
© Revolut

Une étude publiée au mois de juillet par le cabinet de conseil KPMG fait le point sur le marché de la banque mobile dans l’Hexagone. Pour le moins que l’on puisse dire, c’est que ce segment de la finance enregistre une croissance phénoménale. En deux années, le nombre de clients français des néo-banques a été multiplié par 3,5 pour atteindre les 2,6 millions d’utilisateurs à la fin du mois de juin.

Comptes actifs dans les banques mobiles

© KPMG

Un trio de tête se distingue

Alors qu’elles sont déjà 18 banques mobiles à se partager le marché français, KPMG précise que seule une minorité ont atteint une taille critique. Sur la première marche du podium, le compte bancaire « sans banque » Nickel (propriété de BNP Paribas) cumule bientôt 1,4 million d’utilisateurs, suivi de près par N26 avec ses 900 000 clients annoncés au courant du mois d’août. En troisième position, on retrouve la britannique Revolut qui aurait atteint les 550 000 utilisateurs dans l’Hexagone, et plus de 4 millions de clients en Europe.

On appréciera également de voir que l’écosystème français de la fintech est très actif : Sogexia, Qonto, Morning, Max, C-Zam, Manager.one, Orange Bank, Shine ou Xaalys se positionnent plutôt bien sur un marché pourtant hautement compétitif. En concurrence directe, on retrouve également quelques banques en ligne, à l’instar de Hello bank! ou encore Boursorama, qui a lancé sa carte Ultim pour rivaliser avec N26 et Revolut auprès des voyageurs réguliers. Depuis la sortie de la publication KPMG, on a vu un autre acteur de taille se lancer sur ce créneau : La Poste, avec Ma French Bank.

néo-banque

© KPMG

Une course à la taille critique

Dans un marché très saturé, il est probable qu’un certain nombre de ces banques mobiles disparaissent dans les années à venir. Mikaël Ptachek, responsable de la practice Fintech chez KPMG, analyse de manière lucide : « Il est peu probable que nous comptions encore 18 acteurs à un horizon de cinq ans. Il va y avoir un mouvement de consolidation. Mais cela s’effectuera au bénéfice des utilisateurs ».

Stéphane Dehaies, associé KPMG France en charge de l’activité business transformation banque, explique que toutes ces banques mobiles n’ont pas pour objectif d’atteindre la rentabilité sur le court terme. Leur « objectif est d’atteindre une taille critique pour ensuite proposer des services complémentaires générateurs de valeur ». Pour le moment, N26 se contente d’offrir un compte associé à trois cartes bancaires (N26, N26 You et N26 Metal). La pépite allemande peut compter sur le soutien fidèle d’investisseurs qui lui ont permis de lever 683 millions de dollars depuis ses débuts.

Si N26 recense aujourd’hui 3,5 millions de clients à travers l’Europe, elle ambitionne d’atteindre à terme les 100 millions de clients à travers tous les continents pour devenir la plus grande banque (mobile) du monde. Elle bénéficie d’ailleurs d’une licence européenne qui lui permettra facilement d’offrir les produits bancaires que l’on retrouve dans les banques traditionnelles.

Coûts des différentes banques

© KPMG

Stéphane Dehaies rajoute à juste titre : « ces acteurs ne pourront être rentables et donc confirmer la pérennité de leur business models que lorsqu’ils auront la notoriété et la confiance requise auprès des consommateurs pour développer des nouvelles offres spécifiques ou de cross-selling [vente croisée, ndlr] ». Si N26 compte 900 000 utilisateurs en France, une étude menée par la banque en question a montré que 80% des français n’en ont pourtant jamais entendu parler. Même elle devra donc renforcer sa notoriété pour continuer à se développer.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

3 Commentaires

3 Commentaires

  1. kergad

    24 août 2019 at 18 h 33 min

    Il faut le faire ! publier un article (même nain) sur pareil sujet sans citer ING…

    • Sam

      24 août 2019 at 20 h 11 min

      Quel rapport ? ING c’est pas une néo-banque, c’est une banque en ligne classique. Tu bosses pour eux ou quoi ?

      • kergad

        24 août 2019 at 22 h 18 min

        Client simplement. J’ai confondu. Ta remarque finale est en trop.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À la une

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Advertisement RED

Les tests