[Facebook] La volonté de Waze de rester en Israël pourrait compromettre l’acquisition

Si l’acquisition de Waze semblait déjà presque bouclée en fin de semaine dernière, la volonté de la start-up de rester en Israël bloque les négociations.

Qui dans la salle a déjà refusé un chèque de 1 milliard de dollars ?

C’est le retournement de situation de ce début de semaine. Nous apprenons que les négociations entre Facebook et Waze ne sont absolument pas terminées puisqu’il reste encore un point critique à régler.
En effet, si Facebook a une grande expérience dans l’acquisition de start-ups (pour arriver au nombre de 36), elle va appliquer le même modèle aux sociétés étrangères :

  • Fin des activités dans le pays d’origine
  • Une partie des employés intègre les équipes de Facebook à Menlo Park

Waze souhaite rester en Israël

Les fondateurs de Waze (Ehud Shabtai, Uri Levine et Amir Shinar), ainsi que son CEO (Noam Bardin) restent inflexibles : ils ne souhaitent pas quitter leur centre de développement en Israël ainsi que leur centaine d’employés.
Le quotidien économique israélien Calcalist a appris que ce sont deux semaines de négociations intensives qui viennent de s’achever et aucune des parties ne semble prête à céder.
Pour Facebook, le déménagement des équipes de Waze dans son QG de San Francisco reste une condition sine qua non à l’accord.

Pendant ce temps-là, une partie des investisseurs de Waze fait pression pour que le deal soit finalisé au plus vite.

Si ces nouvelles vont faire plaisir à de nombreuses personnes (et notamment certains commentateurs de Presse-citron qui avaient manifesté leur déception à l’annonce de l’acquisition), je reste persuadé que Facebook serait en mesure de proposer de belles choses en associant ses forces à celles de Waze.

Nous vous tiendrons évidemment informés de l’évolution de cette affaire.

(source)


11 commentaires

  1. Ah ! des manants qui s’opposent au Dieu Facebook ?

    Bah, c’est vrai que j’aurai du mal à refuser un chèque de 1 Milliard de dollars. Même un simple Million me suffirait. Mais force est de constater que le petit jeu des négociations est un jeu d’imbéciles :
    le gagnant est toujours celui qui reçoit le chèque…
    Alors pourquoi faire traîner les choses ?
    Parce que derrière, les 100 employés seraient probablement jetés au moment d’intégrer Facebook ?
    Bah, j’y crois pas.
    Pour moi, c’est juste un jeu pour faire cracher un peu plus Facebook.

  2. @Valentin : mais oui, exactement. Quand on te fait cracher 1 (millier, million, milliard, brouzouf, copec,…), alors on peut te faire cracher 1,1 voire 1,2 sans te faire sourciller 🙂
    En plus, à ce niveau là, c’est plus du poker que des affaires maitrisées : on parle de potentiel d’évolution et de valeur potentielle.
    Que du virtuel. Alors dans ce cas là : 1 milliard = 1,1 milliard. D’accord ?

  3. Je comprends tout à fait, j’aime mon pays et je tiens à y rester pour vivre. C’est assez dingue d’imposer d’aller aux Etats-Unis, tout le monde ne veut pas avoir à parler l’anglais et subir leur culture.

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Presse-Citron 2005 - 2018 | A propos | Contact | Site hébergé par Cognix Systems | Informations sur les cookies