Facebook oblige certains de ses employés à utiliser des téléphones Android

Les employés de Facebook aiment l’iPhone. Et c’est (un peu) un problème.

Facebook Twitter LinkedIn YouTube Vine Tumblr réseaux sociaux application pixabay réseau social

Il y a quelques jours, j’évoquais l’instauration chez Facebook des « 2G Tuesdays ». Tous les mardis, les employés du réseau social ont l’occasion d’expérimenter la 2G et donc de comprendre comment les produits de l’entreprise sont utilisés dans les marchés émergents, où la 2G est encore très utilisée mais où le numéro un des réseaux sociaux compte de très nombreux nouveaux inscrits. Et par ailleurs, les 2G Tuesdays n’est pas la seule initiative de ce genre que Facebook a lancé en interne.

En effet, durant une conférence avec des journalistes, le chief product officer de Facebook, Chris Cox, a révélé qu’il a déjà obligé un certain nombre de membres de son équipe à remplacer leurs iPhone par des appareils sous Android. Visiblement, dans la Silicon Valley, les gens préfèrent les produits Apple. Chris Cox a lui-même expliqué que si on donne le choix aux gens, ils préféreront l’iPhone.

Facebook n’a pas une dent contre Apple (bien que Mark Zuckerberg ait déjà taclé Tim Cook). Mais aujourd’hui, Facebook compte pas moins d’un milliard et demi d’utilisateurs. Et nombreux sont ceux qui utilisent le système Android et non iOS, en particulier dans les marchés émergents. L’idée est que les employés de Facebook puissent plus facilement repérer les bugs sur l’appli Android, mais aussi « vivre la même expérience que celle de la plupart des utilisateurs ».

La conférence a permis à Facebook d’évoquer  son engagement à être encore plus présent dans les marchés émergents. D’ailleurs, le numéro un des réseaux sociaux a déjà lancé une version « Lite » de son application Android sur laquelle les informations se chargent plus vite et qui est moins gourmande en data. Il y a également Internet.org (ou Free Basics), dont l’application permet aux utilisateurs de certains opérateurs dans les pays concernés d’accéder gratuitement à Facebook et à quelques services essentiels. Mark Zuckerberg en parle comme d’un 911 du web.

(Source)


Nos dernières vidéos