Connect with us

Réseaux sociaux

Facebook savait pour l’ingérence russe depuis… 2014

Facebook savait depuis longtemps déjà que la Russie se servait du réseau social à des fins politiques de façon massive. Sans avoir agi pour autant…

Il y a

le

Des documents gênants pour Facebook

Bon honnêtement, ce n’est plus vraiment une nouveauté. Facebook a un vrai problème. Il ne serait pas faux de parler de réseau sous influence. Véritable terrain de jeu des propagandistes de tous bords, étatiques ou non, l’entreprise de Mark Zuckerberg a longtemps joué la carte de l’ignorance.

Parmi les 1,5 milliard de comptes qui ont été supprimés récemment, on peut penser sans prendre de risques qu’une part conséquente avait des visées politiques. On pourra désormais demander à Facebook pourquoi rien n’a été fait avant.

En effet, des mails internes saisis au sein de l’entreprise américaine Six4Three par le Parlement britannique a révélé que des ingénieurs de Facebook étaient au courant du problème depuis 2014. L’un d’entre eux avait même tiré la sonnette d’alarme en octobre 2014. A l’époque selon lui, des adresses IP russes accédaient à trois milliards d’informations par jour.

Instant confession pour Facebook

Le député Damian Collins a donc interrogé Richard Allan, un vice-président de Facebook.

Si les adresses IP russes extrayaient d’énormes quantités de données de la plateforme (…) était-ce signalé ou juste caché sous le tapis ?

La réponse de Richard Allan n’est pas vraiment convaincante. Il parle d’informations tronquées ou trompeuses. Facebook a toutefois reconnu dans un second temps la véracité de ces alertes dans un communiqué.

Les ingénieurs qui avaient signalé ces préoccupations initiales se sont ensuite penchés sur la question et n’ont trouvé aucune preuve d’une activité russe spécifique.

Il faudrait donc à présent se contenter de « circulez, nous n’avons rien trouvé » comme toute explication. Mais les choses pourraient être plus compliquées pour Facebook alors que des représentants internationaux (Argentine, Brésil, France, Irlande…) étaient présents pour l’occasion à Londres. Mark Zuckerberg ne pourra pas éternellement refuser de rendre des comptes.

Dans cette salle, nous représentons plus de 400 millions de personnes et le fait que votre PDG ne siège pas à ce fauteuil constitue une offense pour nous tous ici présents et, en réalité, pour nos concitoyens aussi.

Source

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests