Google est prêt pour une attaque d’extra-terrestres

Si dans la création de services Google semble encore se fier à une sorte d’instinct du génie, avec plus ou moins de bonheur, la quatrième entreprise la plus riche du monde n’oublie pas pour autant sa responsabilité sociale, et organise les procédures se sécurité au petit poil.

Quand on préside aux destinées d’une boîte comme Google, on se doit d’anticiper l’imprévisible, car gouverner c’est prévoir n’est-ce pas ? Si dans la création de services Google semble encore se fier à une sorte d’instinct du génie, avec plus ou moins de bonheur, la quatrième entreprise la plus riche du monde n’oublie pas pour autant sa responsabilité sociale, et organise les procédures se sécurité au petit poil.

Ainsi son chef de la sécurité, Eran Feigenbaum, mentaliste et profiler à ses heures perdues, explique-t-il dans une interview à CIO comment divers scénarios sont imaginés et envisagés, et comment la firme de Mountain View y ferait face, notamment en appliquant une politique qui prépare ses employés au pire en anticipant leurs réactions.

Nous jouons plusieurs scénarios (« games ») ici. Une partie de notre plan de rétablissement après une catastrophe est d’imaginer que le pire est arrivé. Dans le scénario de l’an dernier, Google était attaqué par des extra-terrestres et la Californie rayée de la carte. Nous nous sommes demandés : Que faisons-nous ? Comment gérons-nous notre infrastructure ?

Eran Feigenbaum sait de quoi il parle : il n’est pas vraiment un nouveau venu dans le petit monde secret de la sécurité, puisqu’il occupait auparavant le même genre de poste chez PricewaterhouseCoopers, après avoir passé des années à concevoir et implanter des systèmes de cryptologie de commerce en ligne dans les plus grosses boîtes US et dans quelques agences gouvernementales.

> Lire aussi :  L’application Google Go peut maintenant lire des articles pour l’utilisateur

Le genre de gars qui a la ligne directe de Jack Bauer dans son répertoire (crypté).

(source)


16 commentaires

  1. Pendant que les clients de Google se demandent comment lutter contre l’inflation du CPC eux font des exercices d’évacuation en cas d’invasion d’E.T….

    Ah bah nous avons tous nos petits soucis….

    🙂

  2. Et le scénario suivant l’a-t-il prévu : les FAI français limite et la bande passante et la volumétrie des échanges en dehors de leur réseau ?
    Bien plus grave (*) pour le business model d’un Youtube qu’une attaque d’extra terrestres.

    db

    (*) Au sens de la gravité dans une analyse de risque : combinaison de la probabilité et de l’impact.

  3. ah ces américains 😀 en même temps la Californie rayée de la carte c’est honnête comme scénario! ils doivent avoir de sacrés PRA les mecs 😀

    sinon on dit toujours « chiffré » et pas « crypté » mais je pinaille

  4. Alors ils pensent vraiment chez Google que si il y avait une attaque extra-terrestre assez importante pour rayer un état de la carte le seul soucis des gens serait de pouvoir continuer a utiliser leur moteur de recherche préféré ?

    • @Puzzle : Google ce n’est pas qu’un moteur de recherche, ce sont aussi des millions de données, et notamment d’entreprises. Et puis si la Californie disparait ce n’est pas la fin du monde pour autant, donc Google fait face à ses responsabilités, quoi de plus normal ?

  5. Wep, c’est assez classique quand tu es assez gros, comme démarche, que d’avoir des plans de sauvegardes et de remise en état de marche rapide.

    Chez un grand constructeur au nord de Paris, suite au fait que le concorde se soit écrasé à juste qq km, on m’avait chargé de regarder ce qu’il faudrait faire si le coup suivant, c’était un airbus, et si c’était sur un des ateliers de prod… (1950 véhicules / jour…).

    Sinon, mes deux cents de casse couilles : on dit « chiffré » on dit pas « crypté ». (crypter, cryptage : nein)

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Chiffrement#.C2.AB_Chiffrement_.C2.BB_ou_.C2.AB_Cryptage_.C2.BB + Atilf.atilf.fr si besoin

  6. Pingback: Google est prêt pour une attaque d'extra-terrestres | Stratégie réseaux sociaux | Scoop.it

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.