La fin du journalisme ? (non non mais bon…)

Avec l’avènement des blogs et la croissance exponentielle des ventes de photophones (sans même parler des visiophones), on finit fatalement par se poser la question de l’avenir du journalisme de reportage traditionnel. Aujourd’hui chacun d’entre nous peut se transformer instantanément en reporter, comme en attestent les différentes vidéos prises avec des téléphones lors des attentats

Avec l’avènement des blogs et la croissance exponentielle des ventes de photophones (sans même parler des visiophones), on finit fatalement par se poser la question de l’avenir du journalisme de reportage traditionnel.
Aujourd’hui chacun d’entre nous peut se transformer instantanément en reporter, comme en attestent les différentes vidéos prises avec des téléphones lors des attentats de Londres.
Les citoyens se retrouvent de fait au coeur de l’évènement – malgré eux – et deviennent des relais d’information de prermier rang. C’est bien ou pas bien ? Je ne sais pas.
Il y en a en tout cas qui ne posent pas la question, puisque vient de se créer la première agence photo dédiée aux particuliers, ciblant clairement les possesseurs de téléphones-appareils-photos.
Le principe est ultra-simple : vous prenez une photo d’un évènement avec votre photophone, vous avez un scoop photo : vous vous inscrivez sur Scoopt et vous monnayez votre cliché.
Maintenant, on peut se poser la question de la crédibilité du « citoyen-journaliste », mais qui sait : c’est peut-être Madame Michu qui va lever le prochain Watergate ?


Nos dernières vidéos

5 commentaires

  1. La crédibilité du citoyen journaliste ne peut etre qu au pire au moins egale a la credibilité de beaucoup de journaliste salarié …

  2. J’aurai voulu etre un artiste… lalalla….c’est juste l’avènement de la StarAc de l’info. On y gagne en curiosité mais en qualité (analyse) c’est bien moins sur….

  3. Oui mais ce que je trouve intéressant quand même c’est le fait que la technologie permette une démocratisation incroyable des médias, mais également de beaucouip d’autres moyens techniques, comme par exemple la production musicale.

  4. Alors cette fameuse "démocratisation" des "techniques" sans le "savoir" ou l’apprendre est elle bénéfique pour le Public

Répondre