Connect with us

Auto-Moto

Victime d’un accident, un client de Tesla poursuit la marque pour argumentaire de vente « manipulateur » sur l’autopilot

Propriétaire d’une Tesla Model S, Shawn Hudson poursuit l’entreprise après que son véhicule a percuté de plein fouet une voiture garée sur le côté de la route. Le conducteur met l’Autopilot en cause.

Il y a

le

Tesla Model S Autopilot
© Tesla

Shawn Hudson raconte qu’il était au volant de sa Tesla, dont il avait activé l’Autopilot pour « se détendre pendant son trajet », son véhicule a fait une embardée pour s’écraser « soudainement, et sans aucun avertissement » contre une Ford Fiesta garée sur la voie. Il indique qu’il roulait à près de 120 kilomètres à l’heure. Le conducteur a choisi de poursuivre Tesla, jugeant que l’entreprise a surestimé les capacités de son Autopilot.

Tesla Model S accident

© Shawn Hudson

L’Autopilot (encore) remis en question

Les termes de la plainte indiquent que « Grâce à une campagne de marketing nationale omniprésente et à un argumentaire de vente délibérément manipulateur, Tesla a fait croire aux consommateurs que l’Autopilot peut ‘transporter des passagers à la vitesse de l’autoroute avec un minimum d’intervention et de surveillance’ ». Le conducteur a également confié que la façon dont Tesla mettait l’Autopilot en avant l’avait amené à croire que sa Model S pouvait se déplacer sur l’autoroute avec un minimum d’intervention humaine.

> Lire aussi :  Miracle, Tesla gagne enfin de l'argent !

En effet, Hudson indique qu’il s’est rendu chez un concessionnaire Tesla il y a environ un an afin d’en savoir plus sur l’Autopilot. Selon les documents évoquant la poursuite, « Le représentant des ventes de Tesla a rassuré M. Hudson qu’il lui suffisait, en tant que conducteur du véhicule, de placer occasionnellement sa main sur le volant et que le véhicule ‘ferait tout le reste’ ». Néanmoins, cette description parait erronée, Tesla ayant toujours indiqué à ses clients qu’ils se devaient de rester vigilants tout en gardant le contrôle du véhicule.

Pour sa part, l’avocat de Hudson, Mike Morgan, n’a pas hésité à déclarer, lors d’une conférence de presse : « Si cela avait été quelque chose de plus important qu’une Ford Fiesta, il ne serait pas ici […] Hudson est devenu le cobaye de Tesla pour qu’il expérimente son véhicule entièrement autonome ».

Tesla a envoyé un email à Ars Technica en indiquant, entre autres qu’elle n’a « aucune raison de croire que le pilote automatique a mal fonctionné ou fonctionné autrement que prévu ».

> Lire aussi :  Tesla veut convaincre ses employés de tester le pilotage automatique

Si le bien fondé de cette plainte semble être avéré, Elon Musk semble tout de même se poser la question dans certains cas. En effet, un rapport interne daté du mois d’août attesterait qu’au moins deux tiers des plaintes de la NHTSA contre la compagnie sont fausses. Pour le fondateur de Tesla, celles-ci sont souvent du même type, comme s’il s’agissait là d’actions coordonnées de détracteurs souhaitant faire du tort à l’entreprise. Entre autres, c’est l’Autopilot qui est régulièrement remis en question, car souvent accusé d’être à l’origine d’accidents.

Source

2 Commentaires

2 Commentaires

  1. Max

    31 octobre 2018 at 19 h 00 min

    Le type n’a pas de figure … Il sait très bien qu’il faut rester vigilant.
    J’ai fait 120000 Km tout en Autopilot sans aucun problème !!!
    Une Tesla ça se mérite, c’est pas pour les Mongols.

  2. Alexandre

    1 novembre 2018 at 20 h 22 min

    Heureusement que les avions ne volent pas avec des pilotes automatiques développés chez Tesla…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests