Suivez-nous

Objets connectés

Le FBI craint que les sonnettes connectées soient utilisées contre les forces de police

Elles peuvent représenter une aide utile lors des enquêtes mais aussi, dans certains cas, les freiner.

Il y a

  

le

 
Amazon Ring
© Ring

Ce n’est un secret pour personne : avec ses sonnettes connectées Ring, Amazon a décidé de travailler main dans la main avec la police américaine. La société a fait don de ses appareils à plusieurs forces de l’ordre au niveau local. On sait par ailleurs qu’environ 400 départements de police se sont associés à Ring dans tout le pays. Ce partenariat est très utile et permet aux policiers d’accéder aux images nécessaires à leurs enquêtes, sans aucun mandat. Ils doivent toutefois obtenir l’accord des utilisateurs pour les visionner.

Des dispositifs souvent pointés du doigt

En apparence, cet appareil connecté est donc une aubaine pour les autorités mais ces systèmes peuvent également se retourner contre elles. C’est en tout cas la crainte exprimée par le FBI dans des documents internes qui ont été rendus public par The Intercept. En voici le principal enseignement :

La plupart des appareils connectés contiennent des capteurs et des caméras, qui génèrent une alerte ou peuvent être accédés à distance par le propriétaire pour identifier l’activité dans et autour de la propriété de son possesseur. S’ils sont utilisés pendant l’exécution d’une enquête, les suspects potentiels pourraient être informés de la présence du policier à proximité.

De plus, la sonnette connectée peut capturer une image de l’agent en mission. Cela peut donc s’avérer dangereux si un malfaiteur parvient à retrouver son identité et décide de s’en prendre à lui. Le FBI a d’ailleurs recensé plusieurs exemples durant lesquels des personnes ont été prévenues d’une enquête en cours grâce à leurs sonnettes.

Ce n’est en tout cas pas la première fois que les dérives potentielles de ces dispositifs sont signalés. En juillet dernier, nous vous parlions de cette étude menée par des chercheurs de l’Université Queen Mary de Londres et de l’Académie chinoise des sciences. Ils affirment que ces outils peuvent fournir à des hackers un moyen de vérifier si un logement est occupé, dans le but de venir plus tard le cambrioler.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les meilleurs forfaits

Les tests