Suivez-nous

Mobilités Urbaines

Le Kick off : un petit vélo dans la Tech

Le vélo, solution d’avenir pour sauver la planète ou désastre écologique ?

Il y a

le

 

Hello Folks, c’est le Kick off, et si on parlait de vélo et des #fails de l’écologie ?

Posted by Presse-citron on Monday, April 8, 2019

L’info m’avait échappée, elle date de l’an dernier. Je suis tombé dessus au hasard d’un post sur Facebook et c’est carrément flippant. Connaissez-vous ces immenses cimetières de vélos en Chine ?

Ces dernières années, le vélo en libre-service a pris son envol en Chine, avec des douzaines d’entreprises de vélo en « free-floating » inondant rapidement les rues des villes de millions de bicyclettes de location aux couleurs vives. Cependant, la croissance rapide a largement dépassé la demande immédiate et a submergé les villes chinoises, où l’infrastructure et la réglementation n’étaient pas prêtes à faire face à une inondation soudaine de millions de vélos partagés. Les cyclistes ont commencé à laisser leurs vélos n’importe où ou à les abandonner, ce qui a eu très rapidement pour effet que les vélos se sont entassés et ont bloqué des rues déjà bondées.

Alors que les villes ont saisi des milliers de vélos abandonnés, elles ont agi rapidement pour limiter la croissance et réglementer l’industrie. De vastes piles de bicyclettes confisquées, abandonnées et cassées sont devenues un spectacle familier dans de nombreuses grandes villes. Certaines des entreprises qui se sont lancées trop tôt ont commencé à fermer leurs portes, on peut trouver leur énorme surplus de bicyclettes en train de ramasser la poussière dans de vastes terrains vagues.

Résultat : ces « casses » de millions de vélos abandonnés, il faut voir les images, c’est surréaliste. Ou comment une volonté politique d’inciter les populations à utiliser le vélo comme moyen de transport écologique s’est transformé en désastre écologique.

Un cas extrême qui nous rappelle que les meilleures intentions du monde peuvent avoir des conséquences totalement à rebours de l’effet recherché si une politique n’est pas réfléchie largement en amont. Dans d’autres secteurs, on sait que certains s’interrogent sur le démantèlement très coûteux des parcs d’éoliennes qui arriveront en fin de cycle, du coût écologique de la fabrication des panneaux photovoltaïques ou de la fabrication et du recyclage des batteries de voitures électriques, sans parler, plus près de nos vies quotidiennes, des pseudo-économiseurs d’eau qui nous incitent à faire couler notre douche deux fois plus longtemps ou des ampoules « basse consommation » qui coûtent un oeil et qui éclairent tellement mal qu’on n’a de cesse de multiplier les points d’éclairage dans nos intérieurs…

Alors, faut-il pour autant jeter le bébé avec l’eau du bain, renoncer au développement de ces offres alternatives de mobilités urbaines et les interdire purement et simplement comme le font déjà un peu bêtement certaines municipalités ? Peut-être pas. Il suffit de prendre le temps de réfléchir aux solutions, car il y en a certainement. Dans ce Kick off j’évoque quelques pistes, à vous de poursuivre la discussion en proposant vos solutions ou en nous disant ce que vous en pensez…

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests