Suivez-nous

Objets connectés

Le nouveau propriétaire de Tile vend des données de géolocalisation

La bonne nouvelle, c’est que Life360 n’a pas l’intention de vendre les données provenant des produits et des services de Tile.

Publié le

 

Par

Balise Tile
© Tile

La société Tile, qui propose des balises similaires à l’AirTag pour la localisation des objets, a annoncé au mois de novembre son acquisition par Life360. A priori, cette acquisition permettra aux balises Tile d’être mieux armées pour faire face à la concurrence de l’AirTag.

En effet, Life360 est une société qui propose une app permettant aux membres d’une famille de partager leurs géolocalisations. Et récemment, Life360 a également finalisé l’acquisition de Jiobit, une entreprise qui propose des traceurs GPS pour les enfants.

En d’autres termes, en intégrant Life360, Tile intègre une offre complète, ce qui, a priori, augmentera sa compétitivité par rapport à Apple. Mais le problème, c’est qu’en ce qui concerne la confidentialité, Life360 gagne de l’argent en monétisant les données de géolocalisation des utilisateurs de son application.

La vente de données de géolocalisations a généré 16 millions de dollars pour Life360 en 2020

Cet aspect du modèle économique du nouveau propriétaire de Tile a été mis en lumière il y a quelques jours par un article publié par The Markup. En effet, pour fonctionner, l’app de Life360 a besoin des données de géolocalisation des utilisateurs. Et cela est d’ailleurs mentionné dans les petits caractères.

« Vos données de localisation peuvent être partagées avec des partenaires à des fins de détection de crash, de recherche, d’analyse, d’attribution et de publicité sur mesure », peut-on lire dans l’avertissement.

Cité par The Markup, Chris Hull, le PDG de Life360, indique qu’il est possible de désactiver ce partage de données avec des tiers, et que des millions d’utilisateurs l’ont déjà fait. De plus, ces données sont dé-identifiées, ce qui signifie que les infos comme les noms d’utilisateurs, les adresses e-mail, ou encore les numéros de téléphone ne sont pas partagées.

Par ailleurs, conformément à la loi américaine, Life360 ne vend pas de données correspondant à des utilisateurs de moins de 13 ans.

Quoi qu’il en soit, le modèle économique de Life360 reste préoccupant. The Markup a interrogé deux anciens employés de l’entreprise, ainsi que d’anciens employés de courtiers en données qui travaillent avec celle-ci.

Et selon le site, « l’application agit comme une lance à incendie de données pour une industrie controversée qui a opéré dans l’ombre avec peu de garanties pour empêcher l’utilisation abusive de ces informations sensibles. »

« […] l’application vend des données sur la localisation des enfants et des familles à environ une douzaine de courtiers en données qui ont vendu des données à pratiquement tous ceux qui souhaitent l’acheter », lit-on également dans cet article.

Par ailleurs, Life360 serait même l’un des principaux fournisseurs de données de géolocalisation pour l’industrie.

De son côté, Chris Hull a indiqué qu’il n’est pas en mesure de confirmer cela. « Nous considérons les données comme une partie importante de notre modèle commercial qui nous permet de garder les services de base de Life360 gratuits pour la majorité de nos utilisateurs, y compris des fonctionnalités qui ont amélioré la sécurité des conducteurs et sauvé de nombreuses vies », a-t-il néanmoins ajouté.

La bonne nouvelle, néanmoins, c’est que Life360 n’a pas l’intention de vendre les données provenant des produits Tile. La société ne vendra pas non plus les données provenant des traceurs et des services Jiobit.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Dernières news

Les meilleurs forfaits

Les tests