Suivez-nous

Fintech

Le paiement mobile français prépare sa défaite, dépassé par Apple et Google

Paylib, le service de paiement mobile, va disparaître pour les clients de la Banque populaire et de la Caisse d’Épargne.

Il y a

  

le

 
Paylib Banque Populaire
© Presse-citron.net

Il était né en 2013 et avait rassemblé la plupart des banques françaises. Le projet Paylib, qui visait à proposer une application pour que les Français puissent se mettre au paiement mobile depuis leurs smartphones vient d’essuyer un premier abandon. La Caisse d’Épargne et la Banque populaire, du groupe BPCE, supprimeront le service à partir du 16 juin prochain pour les nouveaux clients, et au 20 septembre, l’ensemble des clients ne pourront plus passer par Paylib pour régler un achat.

Le paiement mobile est loin de ne pas être populaire et en pleine croissance, mais force est de constater que l’application française s’est fait dépasser par la popularité des géants présents sur le marché, avec en tête, Apple Pay. Si l’application d’Apple avait elle aussi connu des difficultés par le passé, elle est arrivée à s’imposer, et gagner la confiance de ses utilisateurs.

Paylib Paiement Mobile

Les banques qui ont soutenues l’application de paiement mobile Paylib © Presse-citron.net

Acteurs technologiques VS acteurs bancaires

En sortie de crise, les fintech des nouveaux services de paiement dématérialisés ont le vent en poupe. Il faut dire que l’épidémie a accéléré de façon significative l’usage des nouveaux outils bancaires depuis nos smartphones, jusqu’à se montrer parfois indispensables. Le paiement mobile pur et dur n’est pas en retrait, et malgré l’usage prédominant d’Apple Pay, l’application fintech la plus téléchargée en 2019 en France n’est autre que Google Pay, l’alternative au paiement mobile pour les utilisateurs Android, populaire en particulier chez les banques en ligne et les néo-banques.

En revanche, un problème se présentera pour les clients de la Caisse d’Épargne et de la Banque populaire, si aucune nouveauté n’arrive ces prochains mois dans l’offre. En effet, les deux banques ne proposent toujours pas la compatibilité de leurs cartes bancaires avec les portefeuilles numériques de Google Pay, la seule alternative à Paylib pour les utilisateurs qui ne possèdent ni un iPhone ni un Samsung (Samsung Pay).

On imagine bien que les choses rentreront vite dans l’ordre, avec l’arrivée de Google Pay dans le groupe BPCE. Ces trois dernières années, les deux établissements bancaires auront fait de la résistance pour appuyer une application de paiement mobile française qui aurait pu connaître un grand avenir. Malheureusement pour Paylib comme pour beaucoup de nouveaux services financiers, les clients ont préféré faire confiance aux acteurs technologiques plutôt qu’aux acteurs bancaires.

En Afrique, le coronavirus accélère la transition vers les paiements mobiles

3 Commentaires

3 Commentaires

  1. Jean

    12 juin 2020 at 19 h 33 min

    Les français sont quand même vraiment incompréhensibles. Ils râlent contre StopCovid sous prétexte de respect de la vie privé, ils râlent tout le temps contre les GAFAM et qu’est-ce qu’ils font, ils filent leur numéro de carte bancaire à Goggle et Apple pour que ces 2 acteurs sachent tout de leur vie privée. Et après ils s’étonneront de recevoir des pubs sur des sextoys ou des couches Confiance parce qu’un jour ils auront fait un achat dans un sex shop ou une para-pharmacie. Jamais Google, Apple, Facebook, Microsoft, etc … n’auront mon numéro de CB et jamais je ne payerais avec une application qui ne serait pas une application appartenant à une VRAIE Banque en qui on peut avoir confiance car elle est contrôlée.

  2. Phil

    12 juin 2020 at 23 h 19 min

    Il faut préciser que seul Paylib sans contact est concerné, BPCE continuera a distribuer Paylib entre Amis, la solution de paiement par virement via un numéro de téléphone.

  3. Bernard

    14 juin 2020 at 13 h 14 min

    j’en ai rien à faire de laisser mon numéro de carte bancaire à Apple. Aux US, les consommateurs sont défendus par les tribunaux au travers par ex., d’une class action. J’en AI BÉNÉFICIER en tant que citoyen français. Donc je sais de quoi je parle. En France, l’échec des banques en ligne/neobanqyes/ fin tech qui perdent du fric par millions, vient du fait que toutes ses solutions sont franco françaises. Essayez s’ouvrir un compte en ligne en France quand vous résidez ailleurs qu’en France. C’est impossible. Et paylib c’est rien d’autre que cela: une App de m.., pour banques subventionnées par le contribuable français. L’échec était prévisible et n’a rien d’étonnant. Un jour les hommes politiques français se réveilleront et se rendront compte qu’il n’y a plus de banques françaises. Comme beaucoup d’autres savoir faire d’ailleurs. La seule chose qui. e part pas de France c’est la connerie et l’incompétence des hommes politiques français.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *