Les restaurants s’installent chez vous avec Appetise

Stephen Leguillon, Steve Barnes et Velin Djidjev arrivent avec leur projet Appetise venu tout droit de leurs études en Angleterre. L’idée vient encore une fois d’une envie simple : alors qu’ils voulaient commander des pizzas, ils se sont rendus compte qu’ils n’avaient pas de menus et que le plus simple serait de le faire en ligne : Appetise est né.

Stephen Leguillon, Steve Barnes et Velin Djidjev arrivent avec leur projet Appetise venu tout droit de leurs études en Angleterre. L’idée vient encore une fois d’une envie simple : alors qu’ils voulaient commander des pizzas, ils se sont rendu compte qu’ils n’avaient pas de menus et que le plus simple serait de le faire en ligne : Appetise est né.

appetise

L’année d’après, ils lancent un premier site qui s’appelle E-resistible.co.uk avec rapidement 16 restaurants partenaires autour du campus de leurs études. Tout s’enchaîne vite et E-resistible comptait alors plus de 800 restaurants partenaires au Royaume Uni et en Irlande.

Tout juste installer en France et intégrant l’ESCP à Paris, Stephen Leguillon décide de se lancer dans son pays natal avec un site nommé Appetise (ex E-resistible). La nouvelle version s’est ouverte il y a un peu plus d’un mois avec une bonne surprise puisque Appetise compte déjà plus de 35 restaurants partenaires.

Le service permet de commander en ligne et de pouvoir consulter directement les menus et c’est une véritable success story que l’on peut voir dans les deux pays. L’équipe française est maintenant constituée de 5 personnes, même si le service est pour l’instant limité à Paris.

La valeur ajoutée, par rapport aux autres sites concurrents, réside dans les restaurants sélectionnés et proposés. Appetise propose des restaurants qu’ils ont eux-mêmes testés et vont même aller jusqu’à proposer les meilleurs plats des restaurants. Le business model repose quant à lui sur la prise d’une commission sur chacune des ventes effectuées mais payées par le restaurant et non par les clients.

Même si le lancement ne date que d’un mois, ils ont déjà réussi à obtenir plus de 400 clients inscrits (bien sûr, loin des 55 000 clients en Angleterre) et prévoient déjà une levée de fonds. Le pendant anglais s’est ouvert avec un seul prêt de 50k£ pour 800 restaurants partenaires avec une croissance d’un par jour, parions maintenant sur la même réussite avec Appetise en France.


Nos dernières vidéos

9 commentaires

  1. pierre_sc on

    L’idée est bonne, mais pas nouvelle par contre 😉 on a Domadelis chez nous (Lyon, Valence et St Etienne) depuis 3 ou 4 ans qui bosse aussi avec quelques resto et ça change des pizzas en effet 😉 par contre, pas de paiement en ligne (enfin, je crois pas) !

  2. Je ne suis pas sûr de saisir la valeur ajoutée par rapport à d’autres entreprises plus anciennes qui livrent les plats de différents restaurants…mis à part peut-être le business model.

  3. Pingback: Les restaurants s’installent chez vous avec Appetise « L'info "Autrement" cftc hus

  4. Merci pour l’article Louis et Presse Citron!

    @Edwin – On pousse la qualité des restaurants avec lesquels nous travaillons. Il y a beaucoup d’autres choses dans la pipe line pour réinventer votre expérience de commande de livraison – restez en contact @AppetiseFrance, c’est pour bientôt 🙂

    @Pierre – On arrive dès qu’on peut dans les autres villes de France, avec les paiements en ligne!

  5. Tres bonne idee. Le business model n’est pas nouveau par contre. Ici a Shanghai, cela existe depuis une dizaine d’annees, toutes categories de restaurant confondues. Et ca fonctionne tres bien.

  6. Peu importe qu’ils arrivent ou pas les premiers, si leur service est mieux et qu’ils gagnent du terrain c’est tout bon. Google n’était pas le premier moteur de recherche, c’est pas « le premier » qui s’en sort le mieux à chaque fois, les autres qui suivent peuvent aussi s’inspirer (copier) le premier en corrigeant leurs erreurs.

  7. Pingback: Appetise sur Presse-Citron | Le Blog Officiel d'Appetise.fr

  8. Pingback: L’histoire de votre Patronage | Maddyness

Répondre