L’inquiétant brevet de Facebook qui pourrait vous encourager à faire attention à votre liste d’amis

Si ce brevet est utilisé par Facebook, vous aurez intérêt à avoir des amis dont les scores de crédit sont élevés.

Amis réseau social pixabay

Les entreprises comme Google, Microsoft ou Facebook déposent de nombreux brevets, mais tous ne sont pas utilisés.

Et tout ce que l’on peut souhaiter, c’est que le brevet qui a récemment été délivré à Facebook (« Autorisation et authentification basée sur le réseau social de l’individu ») ne lui serve jamais.

En effet, dans un paragraphe du document, on peut lire ceci :

« Lorsqu’un individu demande un prêt, le prêteur examine les scores de crédit des membres du réseau social de l’individu qui est connecté à cet individu via un nœud autorisé. Si le score de crédit moyen de ces membres atteint le score de crédit minimum, le prêteur continue d’examiner la demande de prêt. Sinon, la demande est rejetée ».

Plus vous avez d’amis qui ont du mal à rembourser leurs prêts, plus cela serait risqué pour le prêteur de vous en accorder un, et inversement.

Dans un tel monde, on ne pourrait plus ajouter n’importe qui sur Facebook, n’est-ce-pas ?

La bonne nouvelle, c’est que comme je l’évoquais plus haut, il est fort possible que Facebook n’utilise jamais ce brevet ou du moins, pas la partie qui risque de vraiment fâcher ses utilisateurs (le brevet décris aussi un procédé qui peut aider à filtrer les spams et améliorer les recherches).

Cependant, le numéro un des réseaux sociaux n’est pas le seul à penser à utiliser les données provenant des réseaux sociaux pour évaluer les risques que peut encourir un prêteur en accordant un prêt.

Par exemple, comme l’explique le Wall Street Journal, l’entreprise californienne Neo Finance utilise le profil LinkedIn des gens pour déterminer la situation professionnelle et la qualité des connexions.

Et pire, comme l’expliquait mon confrère Axel, une société appelée Lenddo, qui propose des services pour les entreprises, scrute les contacts sur Facebook et si un mauvais payeur y est détecté, la personne est directement considérée comme non-recevable. « Avec Lenddo, vos clients peuvent utiliser leurs réseaux sociaux tels que Facebook, LinkedIn, Google, Yahoo et Twitter pour prouver leur identité et leur solvabilité », lit-on sur la page d’accueil de Lenddo.


Nos dernières vidéos

12 commentaires

  1. Pingback: Facebook 2 | Pearltrees

  2. Erwan GUILLLOU on

    Facebook ou le besoin inconscient de se sentir fliqué, même quand on tient à sa vie privée mais qu’on s’en fout finalement parce que Facebook, c’est nul mais on adore aller y perdre notre temps.
    Et puis Facebook, c’est pas comme si il nous poursuivait au-delà de Facebook …. si ? Ah bah merde.
    Dans la rue, dans le bus, sur internet, au travail et bientôt même là où l’internet n’existe, dans le ciel, dans l’espace … aux chiottes, dans les égouts, dans votre pot de nutellas … dans vos relevés bancaires et même dans la tête de votre banquier !

  3. Pingback: Facebook : et si les banques scrutaient les listes d’amis avant de prêter ? | NicoChagny.net

  4. Pingback: L’inquiétant brevet de Facebook qui pourrait vous encourager à faire attention à votre liste d’amis | ARI – Revue de web

  5. Ca va je suis rassuré. Ma liste d’amis FB, ça ne mange pas de pain. J’espere juste que ma banque n’ira pas lorgner du côté de mes playlist Deezer, j’ai bien peur que la musique que j’écoute compromette gravement mes chances d’obtenir un prêt.

  6. Pingback: Et si une banque vous refusait un prêt à cause de vos amis Facebook ? – Le Point | Canadian News Top In Google

  7. Pingback: Votre crédit bientôt refusé à cause de vos amis Facebook ? – Reveille toi

  8. Pingback: Exploitation des données personnelles : pourquoi le secteur financier vous like tant ? | Reputation VIP

Répondre