Suivez-nous

Réseaux sociaux

Non, Donald Trump n’a pas le droit de vous bloquer sur Twitter

Une cour d’appel américaine a confirmé que le président des États-Unis, Donald Trump, n’était pas en mesure de bloquer ses détracteurs sur Twitter selon son bon vouloir.

Il y a

le

Donald Trump mot de passe
Donald Trump © Wikimedia Commons

Il a été confirmé que Donald Trump ne pouvait pas bloquer qui il voulait sur Twitter juste parce qu’il en avait envie, ce qu’il avait pourtant fait en 2017.

À l’époque, l’organisation en faveur de la liberté d’expression, Knight First Amendment Institute, avait déposé une plainte en indiquant que le président des États-Unis avait bloqué sept personnes sur le réseau social. En conséquence, ces personnes, à l’exemple d’un professeur en sociologie, d’un policier ou d’un comédien, n’étaient plus en mesure de voir le contenu partagé par Donald Trump.

Donald Trump et son administration pourraient faire appel

Ce jour, la cour d’appel a prononcé son verdict sur le sujet, déclarant que Donald Trump ne pouvait pas agir de la sorte, car cela était en opposition avec la liberté d’expression. Pour la magistrate, répondre et exprimer son avis sous les tweets du président des USA fait partie de l’exercice de cette liberté, si bien que celle-là ne peut pas être entravée. De la même façon, celle-ci a évoqué la « discrimination d’opinion », une pratique à laquelle l’homme politique ne peut donc pas se plier.

Dans le jugement d’une trentaine de pages, la cour d’appel rend son verdict, spécifiant à ce sujet : « Le premier amendement ne permet pas à un responsable gouvernemental qui utilise un compte sur les réseaux sociaux pour toutes sortes de raisons officielles d’exclure, dans le cadre d’un dialogue en ligne par ailleurs ouvert, des personnes exprimant des opinions avec lesquelles ce responsable ne serait pas d’accord ».

Néanmoins, cette affaire peut encore continuer, puisque le président Donald Trump a la possibilité de faire appel à cette décision en saisissant la Cour suprême. Kelly Laco, une porte-parole du ministère de la Justice, a d’ailleurs indiqué : « Nous sommes déçus par la décision de la cour et explorons de possibles recours dans cette affaire ». Pour sa part, le Knight First Amendment Institute a déclaré que le jugement allait « aider à s’assurer de l’intégrité et de la vitalité des espaces numériques, qui sont de plus en plus importants dans notre démocratie ».

Pour rappel, Donald Trump est suivi par plus de 61,8 millions de personnes sur Twitter. Il est connu pour ses frasques récurrentes et son utilisation parfois excessive du réseau social.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

4 Commentaires

4 Commentaires

  1. anna-s

    10 juillet 2019 at 8 h 54 min

    Donc tous le monde peut le faire mais pas lui ?! On s’emmerde pour rien.

  2. max

    10 juillet 2019 at 10 h 01 min

    Boarf, si il est suivit que par 61,8 personnes ça va… (par contre, c’est qui la 0.8 personnes ?)

    • John Titor

      10 juillet 2019 at 13 h 49 min

      61.8 MILLIONS de personnes

    • Mickaël Kouassy

      10 juillet 2019 at 14 h 24 min

      Millions de personnes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Advertisement RED

Les tests