Nouveau : vos vidéos valent peut-être quelque-chose sur YouTube

Nous parlions ce matin de la difficulté à rentabiliser un site comme Twitter, et des possibilités qui pourraient être offertes en termes de monétisation aussi pour les utilisateurs. Parallèlement aux annonces faites par Twitter sur de nouveaux services payants à venir, c’est YouTube qui prend l’avantage en annonçant sur son blog dédié aux programmes partenaires

Nous parlions ce matin de la difficulté à rentabiliser un site comme Twitter, et des possibilités qui pourraient être offertes en termes de monétisation aussi pour les utilisateurs.

Parallèlement aux annonces faites par Twitter sur de nouveaux services payants à venir, c’est YouTube qui prend l’avantage en annonçant sur son blog dédié aux programmes partenaires qu’il ouvre la possibilité à tous ses membres de gagner quelques brouzoufs avec les vidéos qu’ils publient sur YouTube.

youtubebizblog

L’idée est simple : si vous avez du contenu vidéo de qualité, original, à forte audience, et dont vous êtes l’auteur (ou dont vous détenez tous les droits), vous pouvez entrer dans le programme publicitaire YouTube/Google jusque-là réservé à quelques éditeurs privilégiés. Concrètement il s’agit d’afficher des bannières transparentes en bas des vidéos dans la zone de visualisation, comme on les voit fleurir de plus en plus, mais cette fois sur vos vidéos, avec un partage des revenus.

Pour cela il vous suffit de vous inscrire au programme Partenaire (en français dans le texte) de YouTube en complétant un formulaire, puis d’attendre que Google vous contacte pour finir de valider votre dossier.

Cette offre est réservée pour le moment aux internautes résidant dans les pays suivants : Allemagne, Australie, Brésil, Canada, Espagne, États-Unis, France, Irlande, Japon et Royaume-Uni, même si selon la source, le programme est pour le moment valable uniquement aux USA. Selon SiteCommunautaire, le programme tient compte du nombre d’impressions (nombre de fois où une vidéo est vue) contrairement à Adsense qui comptabilise le nombre de clics. Le montant du pourcentage qui vous sera reversé si vous êtes accepté dans le programme n’est pas précisé, et il sera intégré à votre cagnotte mensuelle Adsense si vous en avez une.

Probablement pas de quoi faire fortune, car il est certainement presque aussi difficile de faire un carton sur YouTube que de gagner au Loto, mais sur un malentendu ça peut marcher. Reste à savoir si cette possibilité va tirer la qualité vers le haut ou au contraire créer un appel d’air pour de la vidéo racoleuse conçue pour faire de l’audience, et donc ramasser le jackpot, ce que l’on pourrait en d’autres termes appeler l’effet TF1…

A lire aussi :


Nos dernières vidéos

48 commentaires

  1. Pour ma part je ne fait pas de vidéo sur youtube mais pour les gens qui buzz comme amandine du 38 et les autres ça peut être intéressant au moins leur buzz pourra leur rapporter de l’argent.

  2. @Zen_Gk
    j’ai tout de suite pensé à Amandine du 38 aussi. Comme quoi elle a marqué les esprits. Elle les aurait eut ses 300000 francs CFA.

  3. Chez nous, on a lancé une campagne pour un équipementier sportif et nous avons payé des users de daily pour qu’ils diffusent la vidéo. les « influenceurs » utilisés avaient bcp de vidéo de sport et bcp de suiveurs, jusque là ça score pas mal du tout 🙂
    Nous avons d’ailleurs des campagnes pour la rentrée qui vont méler des gens de daily/youtube, des blogueurs, des twitter users etc. Pour les marques tous les types d’influence sur internet sont interessants.
    Youtube arrive quand mm un peu tard là je trouve puisque c’était quand mm un bout du modele de métacafé au départ et que daily a déjà fait des propositions de rémunération à la vue à ses motions makers (je crois sans donner suite finalement)

  4. Ca va quand même devenir un dilemme d’aller voir les vidéos d’Amadine du 38 ou d’Isabelle Moreau puisque potentiellement, on les paiera pour ce buzz.
    A mon humble avis, loin de tirer vers le haut (même si, certainement, quelques talents pourront en profiter), c’est l’effet « je fais un truc débile pour buzzer » qui va agiter les masses…
    C’est toujours la même chose avec la popularisation des réseaux sociax, l’effet de masse diminue la valeur moyenne des individus. A ma connaissance, il n’existe pas de contre exemple.

  5. Pingback: Youtube : buzzez, remportez |

  6. Eric

    @GuAM : tu ne crois donc pas à la sagesse des foules 🙂
    Je t’avoue que moi non plus, de moins en moins. Je vois même l’inverse de plus en plus souvent…

  7. Qu’on y croit ou pas, il existe des études qui démontre que la popularisation (et pas seulement la démocratisation) des réseaux sociaux dévalorisent la valeur marketing mais aussi la qualité de contenu du réseau.
    Prends le meilleur exemple de tous, Facebook : Tu as dû connaître les débuts et tu connais aujourd’hui. C’est ça la popularisation.
    Alors, attaquez-moi pour me taxer d’élitisme si vous le souhaitez mais il n’en reste pas moins que l’appropriation par une élite valorise un réseau puis sa démocratisation auprès de toutes les couches de la population noit l’information intéressante.
    @Eric : il était pas plus sympa ton lectorat quand on n’était pas nombreux à venir ? Les commentaires n’étaient-ils pas plus constructif ?

  8. « tu ne crois donc pas à la sagesse des foules » -> Et pourquoi pas à la démocratie participative tant que tu y es ? Au fait que les seuls actionnaires d’une entreprise doivent être les salariés ?!?
    Il n’existe pas d’intelligence collective.
    Je vis personnellement dans un monde où si tu regroupe un assez grand nombre de personnes, même les plus civilisées, cela dégénèrera.

    @Nicolas : Comment cibles-tu maintenant les blogueurs influents ? Comment qualifier le lectorat des blogs à forte audience ? Comment une agence comme celle que tu diriges arrive-t-elle à convaincre des entreprises que le lectorat d’Eric (ou d’un autre) sera réceptif alors même que cette audience cible n’est pas celle visible qui commente, lasse des trolls, des haineux et de tout ce qu’est la popularisation (c’est mon nouveau mot, laissez-moi tranquille) ?

    Voilà, j’aillais écrire un billet chez moi mais j’ai tout dit ici en espérant que Nicolas et Eric m’entendront et me répondront, comme à l’ancienne (si j’étais plus agé, je dirais « comme au bon vieux temps »)!

  9. Eric

    @GuAM : c’est l’effet de bord souvent constaté et évoqué ici dans les commentaires, et je ne peux qu’abonder dans ton sens, sans faire insulte à la grande majorité des lecteurs de Presse-citron. Plus on est de fous moins on rit, et comme tu le dis on doit faire face à une minorité d’imbéciles qui polluent régulièrement les discussions et font baisser le niveau des débats. Moi-même je dois m’auto-censurer, et j’utilise un ton différent des débuts sur certains sujets, j’arrondis les angles , je gomme les aspérités, d’une part pour ne heurter personne (j’ai du mal encore parfois :-)) mais aussi pour me protéger. Ce qui n’empêche pas certains rageux de se répandre ailleurs s’ils se sentent frustrés de ne pouvoir répandre leur haine librement ici : là clairement on est dans l’inverse de la « sagesse des foules » : appelons cela la connerie des meutes.
    J’ai un bel exemple en cours si ça t’intéresse 🙂

  10. @Rom1 : Merci pour le lien
    @Eric : Je suis le « buzz ». Les mots sont durs mais n’y a-t-il pas un fonds de vérité sur la façon dont « l’influence » fonctionne ? (je ne parle pas de toi spécifiquement). Nicolas pourrait répondre mais j’ai quand même l’impression que bcp de blogueurs deviennent des divas qui font un peu n’importe quoi pour peu d’argent. J’ai au moins deux exemples en tête, un blogueur pro (pas toi) et un étudiant sans respect pour ses études…

  11. Eric

    @GuAM : oui, sauf que justement le buzz en question est une parfaite démonstration du fait que son auteur se trompe complètement de cible. Il démontre aussi que l’on peut déclencher un lynchage sur de fausses affirmations et des contre-vérités, et que les abrutis qui le suivent et applaudissent à sa superbe prose ne savent même pas de quoi ils parlent et ce qu’ils applaudissent exactement. C’est intéressant à observer comme phénomène d’ignorance de masse : le chef mord et la meute aboie sans réfléchir. Superbe exemple de manipulation pour faire sa pub. C’est ça aussi le web : le crowdsourcing de la bêtise.

  12. Chez muzicosphère c’est beaucoup mieux… Les vidéos permettent de gagner une guitare 🙂 Comment ça je fais de l’auto-promo?? 😀

    Concernant Youtube, je me demandais quand ils allaient proposer cela! Reste que je suis persuadé qu’ils ont des fonctionnalités qui sont largement monétisables via la cible entreprises (en particulier)! Plus qu’un an ou deux avant qu’ils n’aient totalement verrouillé le secteur vidéo internet (à l’image de la maison mère: Google a dit « Internet c’est moi »… Youtube dira « la vidéo sur internet c’est moi… Et pis c’est tout »), après ils pourront monétiser à tout crin, amha.

  13. version corrigée dslé il est 1h15 ^^
    @guam oui il existe du crowdsourcing intelligent, même s’il faut reconnaitre que certains sites internet lancé uniquement sur ce Business Model comme Cambrian House ont fait faillite (non du fait de soumissions d’idées débiles mais dans la difficulté à valoriser les bonnes idées d’ailleurs).

    Si tu as lu le billet pour moi il y a deux chemins extrêmes pour utiliser le crowdsourcing :

    – soit tu recherches dans la foule de la disponibilité : l’idée c’est que tu sais que sur web tu pourras trouver 1 000 000 de personnes prêtes à travailler gratuitement ou très bon marché pour toi durant 5 min

    => dans ce cas il faut que tu découpes les taches que tu souhaites sous traiter en petites tâches simples (quasi un néotaylorisme ^^ ) et que tu mettss en place un système de contrôle,modération, notation etc…

    =>Un exemple caractéristique de cette pratique est celui de reCAPCHA.net ou de http://www.mturk.com/mturk/welcome

    – soit tu recherches la compétence et là il y a deux visions possibles:

    => tu considères que la somme des contributions permettra de créer quelques choses de biens
    ex : http://www.crowdspirit.com

    => ou bien tu considères que parmi là foule il y aura une personne compétente, une personne qui a déjà rencontré le problème et travailler dans son coin à mettre en place une solution :
    ex : http://www.innocentive.com/ un site où des entreprises ou des universités déposent un problème et offre une forte somme à celui qui donnera la réponse

    Dans un cas comme dans l’autre il ne s’agit pas d’être naïf ou utopiste mais de tenter de mettre en place des systèmes réfléchis permettant de tirer le meilleur partie des contributions de la foule des internautes et de tenter d’établir des systèmes de redistribution de la valeur à même de pérenniser ces systèmes tout en assurant la continuité des contributions.

    Des solutions hybrides basées sont bien sûr envisageable, elles peuvent notamment prendre la forme de concours comme le fait par exemple wilogo.

    Pour moi à mesure que les technologies permettront à tout un chacun de créer des contenus de qualité où à professionnaliser leurs autres formes de contributions une redistribution de la valeur s’opèrera…

  14. Pingback: Twitter Trackbacks for Gagnez de l'argent avec vos vidéos YouTube | Presse-Citron [presse-citron.net] on Topsy.com

  15. @Guam : la relation avec les entreprises passent surtout par des agences. Les agences ont une réflexion qui est assez claire : les consommateurs de mes clients sont sur internet, je dois les trouver là où ils sont. Et là où ils sont dépend de leur age, de leur centre d’interet etc. Aujourd’hui tout le monde veut communiquer sur les blogs et les réseaux sociaux et profiter de tout ce trafic pour se faire connaitre. Donc si je veux toucher des mecs entre 18 et 35, profil technophile qui sont capable d’acheter le dernier iPod, je vais communiquer sur Presse-Citron.
    Le coté Diva existe bien sûr, on dit bcp de mal d’Eric ces temps-ci mais il faut savoir la vérité :
    Eric ne blog que s’il a une loge personnelle
    Eric ne blog que si dans cette loge il y a un bol avec un nombre impair de M&M’s bleu
    Eric ne blog que si le cuir du canapé de sa loge est en croute de Lama du Pérou
    Eric n’a pas les photos de ses amis qui apparaissent sur son téléphone portable mais leur RIB

    Non soyons sérieux 😉 il y a quelques casse noisette, mais la plupart sont content parce qu’ils sont invités à des évènements qui les intéresse et qu’on les paye bien pour les choses qu’on leur demande qui on espère les intéresse aussi 🙂

    Disons que de plus en plus la concurrence est rude donc ceux qui se prennent pour ce qu’ils ne sont pas risquent de vite en redescendre 🙂

    A la question comment définit-on un influenceur, ça dépend de plusieurs choses :
    – est-ce un blogueur ? si oui dans quel thématique ? Quel est le plus connu de la thématique ? Quel est le trafic du plus connu ? Où situer les autres et arriver à déterminer un classement d’influence
    – si c’est un twitter user ou youtube ou daily, on va se poser les mêmes questions.
    Par exemple pour choisir les comptes daily que nous avons fait bosser pour notre dernière opé, ils devaient contenir un maximim de vidéos de foot, avoir totaliser plusieurs centaines de miliers de vues et être actifs.
    Pour chaque demande on va déterminer pour un client qui sont les relais d’audience (les influenceurs) les plus à même à donner de la visibilité à un annonceur.

    Pour la partie « buzz » qui est évoquée, on le sait, peu de blogueurs vérifient et croisent leur source (c’est pour ça qu’ils ne sont pas journalistes) et sur twitter c’est pire, alors pour organiser un fake, une fatwa, ou de la désinformation de masse, ce sont les outils parfaits où tout le monde reprend n’importe quoi.

  16. Pingback: Monétiser ses vidéos | Julien BOSSELUT

  17. Merci Nicolas pour ces précisions !
    Sur la partie « buzz », j’ai surtout l’impression que ce qui fonctionne le mieux, ce sont les lynchages. En dehors de quelques vidéos virales (comme la dernière de MSI), on ne retient sur Twitter que du négatif.
    Maintenant, il est vrai que pour une entreprise, il serait assez facile de communiquer sur cet outil pour submerger d’information une audience particulière, à condition de drainer une large audience active. C’est pourquoi je crois moyennement à l’impact d’un compte Twitter « officiel » pour une marque qui vend des produits (en revanche, c’est l’eden pour les fournisseurs de services comme Free par exemple).
    Un des relais que pourraient utiliser ces firmes, c’est de fournir des contenus divers (vidéos, articles de sources diverses et réputées, présentations sur des sujets qui attirent leur cible, etc.) et les envoyer à des Tweeters à large audience pour qu’ils les lancent sur un temps déterminé à leurs followers, sans flooder. Du tweet sponsorisé en quelque sorte.
    Cela suppose un énorme travail de veille pour l’entreprise afin de récolter les articles intéressants et pertinents. De plus, difficile pour le blogueur de faire son boulot en 140 caractères s’il doit préalablement afficher « [TweetPublicitaire] » dans son message…
    Imaginez que vous ayez un produit dont les critiques sont unanimement bonnes mais dont le buzz n’a pas pris (car les spécialistes de votre sujet n’ont pas une audience assez large). Il vous « suffit » alors de distiller ces sources via des comptes comme @pressecitron, @Korben,…) pour éventuellement relancer la chose. La première opération de faire du copnso chez des blogueurs de niche ne vous coutent pas cher et la seconde phase de spread de l’info sur les gros compte non plus car le blogueur « influent » n’est qu’un canal de distribution de l’information, il n’a aucun travail à fournir. Cela permet de plus de faire connaître des blogs précieux qui n’ont pas forcément la visibilité qu’ils devraient avoir (de la philantropie en somme).
    Je suis personnellement inscrit au service d’Hellotipi (Hellotipi Partner) que je trouve très bien car il n’est pas trop invasif mais hélas, il n’affiche pas clairement que c’est de la pub.

    PS : Nicolas, je viens de me rendre compte que mon dernier billet sur les blogueurs et billets sponso dont tu es à l’origine n’a pas été publié. Ce sera fait d’ici la fin de la semaine, cette fois c’est promis.^^

    @Eric : Voilà un billet qui a bien pris alors que c’était pas gagné à la base et qui, de mon point de vue, a une réelle valeur ajoutée 😉

  18. @guam : dell vend des kilos d’ordis via son compte twitter, mais bon la France n’est pas mure.
    Par rapport à ta réflexion sur le négatif ça me rappelle une phrase en école de journalisme : « un chien qui mord un postier ça n’interesse personne, mais si un postier mord un chien… » 🙂
    merci pour le billet pas de soucis j’ai vu que tu étais en vacances 😉
    Je trouve que tu évoques un point intéressant : la montée en charge. Aujourd’hui les campagnes se font au bazooka la plupart du temps mais pour certaines opérations nous recommandons une montée en charge pour faire naitre un buzz, voir comment il prend et le soutenir avec des gros influenceurs, ça fait partie des techniques 🙂

  19. Eric

    @GuAM : pour Tweet sponsorisé, afin de gagner de la place il faudrait un acronyme en deux lettres genre TS comme pour RT
    Ravi que cette discussion te plaise, si tu cherches bien il y en a plein d’autres comme ça par ici 🙂

  20. @Eric : « TS » pose un problème, madame Michu et pas mal de ses compatriote ne comprendront pas cet acronyme. Ou alors, juste mette « Pub ».
    Bon ok, je me réabonne au flux RSS de ton blog, histoire de venir polluer tes commentaires de temps en temps. En même temps, quand il y a 150 comms pourris, j’ai pas le courage de regarder et en plus, je sais que je ne serai pas forcément lu. Alors que là, je sais que je suis lu car j’ai un petit boost d’audience en provenance de ce billet chez moi ^^

  21. loool guam petit profiteur :p
    Pour la dénomination vu qu’on en parle… moi je préconiserais trois lettres : PUB
    au moins c’est clair non ? qu’en pensez-vous ? que seriez vous prêts à mettre ?

  22. ah bah ça tombe bien que tu dises ça j’ai un rdv à 17h où je devrais en savoir plus notamment par rapport à un de nos échanges concernant tes talents artistiques 🙂 la suite au prochain numéro 🙂

  23. @nicolas : Profiteur ou pas, je fais 50 visiteurs de plus que ma moyenne hier et à peine plus aujourd’hui a priori.
    Sinon, si j’étais « influent », je pense que « Pub » m’irait aussi. De toute façon, avec le cadre légal, les choix sont restreints.

  24. Sur youtube la technique pour avoir de l’argent c’est Vagex.

    C’est vachement connu aux etas unis
    http://bit.ly/l6ahNh

    Inscription puis ensuite lecture de la methode sur le site.

    Au mieux (et là c’est au sens large), c’est du 6-7€ par mois

  25. Vous voulez prendre le contrôle de YouTube ?
    Avoir beaucoups de vues, de j’aime et de subscribers ?
    Ou encore avoir des FAV et des commentaires ?
    C’est facile avec ce logiciel : http://bit.ly/l6ahNh !

    Vous pouvez allouer des crédits (gagner gratuitement !) et les placer sur vos vidéos et ainsi avoir autant de vues et j’aime que vous le souhaiter !

    Une technique à prendre ou à laisser !

  26. mais dit donc pourquoi les plus riches ont du mal à partager chacun 10$? svp faites comme bill gate de grace! loool.
    ATTENTION!!! véritable ressource et de débouchées et seulement avec http://www.comptapole.com gagner plus que de l’argent!!!
    A vrai dire youtube à interet à alargir ce réseau là pour découvrir d’autres vidéos-boosters
    Alors de grace permettez aux internautes d’etre riches de meme pour leur temps sur vos sites car c’est grace à eux que des sites brillent de leur célébrité! orh pko! nian bè nan!

  27. Je viens de tenter le coup en postant la vidéo de présentation de mon Site, certains ont trouvé la combinie, sur un site Web à forte audience, de mettre l’auto play sur leurs vidéos, afin que leur trafic devienne un clic.

  28. bonjour
    tout d’abord merci pour ces astuces que vous nous communiquer
    ma question est la suivant: comment faire pour publier une video sur youtube en vu de gagner de l’argent pour quelqu’un qui reside en belgique?
    Merci d’avance.

Répondre