Suivez-nous

Auto-Moto

Le Porsche Taycan sera doté d’un système de freinage différent de celui des autres voitures électriques

Porsche a opté pour un système de freinage régénératif qui tranche avec ce que l’on a l’habitude de voir sur les voitures électriques, mais qui est en phase avec l’histoire sportive de la marque.

Il y a

le

Porsche Taycan teaser
© Porsche

Un système de freinage régénératif original

Grâce à quelques indiscrétions glanées ici et là de sources fiables, le Taycan devrait être avoir des dimensions situées entre la Porsche 911 et la Panamera. Il serait plus court et un peu plus bas que cette dernière. On sait également qu’il propose une caractéristique originale dans sons système de récupération d’énergie à la décélération et au freinage. Alors que la plupart des voitures électriques enclenchent le système régénératif au lever de pied de l’accélérateur, celui du Taycan se déclenchera lorsque le conducteur appuiera sur la pédale de frein. En fait, le système régénératif agira comme une super-assistance au freinage, et interviendra sur les premiers millimètres de la course de la pédale de frein, de façon autonome, avant que les vrais freins ne prennent le relais. Un système qui permettra probablement de mieux maitriser le freinage, quand on sait que le puissant freinage régénératif équipant certaines voitures électriques ne plait pas à tous les conducteurs, qui préféreraient une réaction moins brutale. Autre point intéressant : les feux stop ne s’allumeront pas au lever de pied, contrairement à ce qui se passe sur certaines autres voitures électriques, parfois à l’insu de leur conducteur.

Un dernier teaser pour la route

Dernier round d’échauffement pour le Porsche Taycan, avec un petit teaser concocté discrètement par Porsche en mode « making of ».

Comme souvent dans ce genre de séquence, on ne voit pas grand chose, mais on en voit assez pour faire encore un peu plus frémir d’impatience ceux qui s’intéressent au sujet, fans de Porsche, ou simples observateurs attentifs de l’évolution de l’offre en matière de véhicules électriques.

La vidéo, tournée comme un making of d’une publicité à venir pour la future berline électrique de Porsche, laisse entrevoir quelques lignes et courbes de la bête, alors que la légende des photos extraites de ce tournage en intérieur explique les particularités de la captation d’images quand il s’agit de filmer une voiture.

Mais au-delà de ce petit bout de clip, c’est toute la genèse du projet Mission E, devenu Taycan, qui remonte en surface à trois jours de son lancement mondial simultané à Berlin, au Canada et en Chine. Si les mulets d’essais et de développement inlassablement et soigneusement camouflés ont fini par donner une idée assez précise des lignes et des proportions du Taycan, puis de ses performances (plutôt flatteuses, notamment dans sa capacité à garder toute sa puissance après de nombreuses sollicitations), et que l’intérieur a été officiellement dévoilé il y a quelques jours, on a encore un doute sur le look et les dimensions définitives du Taycan.

Force est de constater que si le Taycan est la déclinaison de série du Mission E, il n’en n’est pour le moment pas la réplique exacte, loin s’en faut. Même si les différences sont cosmétiques et nécessitent un regard averti, elles sont la parfaite illustration de cette bonne vieille maxime qui dit que le diable se cache dans les détails. On commence à avoir une idée assez précise de la ligne. Bien sûr celle-ci reprend le coup de crayon général du Mission E, mais si tout est identique, rien n’est pareil.

A tel point que certains se demandent si le désormais célèbre mulet noir n’est pas une fausse piste, et si les formes définitives qui seront dévoilées lors de la présentation de mercredi ne se rapprocheront pas davantage du concept Mission E présenté au salon de Francfort 2015. Un indice ? Si l’on observe en détail les images du clip, on peut voir que la carrosserie de la voiture semble très claire, dans un ton blanc cassé, qui est celui du concept-car Mission E originel. Ce serait en tout cas un joli coup de la firme de Stuttgart, même si nous pensons que la voiture qui sera dévoilée le 4 septembre sera très proche des exemplaires roulants déjà vus, et également des rendus déjà publiés par divers designers à partir des éléments devinés sur les mulets, et dessinés dans des versions dépouillées de leurs hideux camouflages, comme ceux proposés ci-dessous.

Taycan rendering

Rappelons que le Porsche Taycan devrait être commercialisé à partir de fin 2019 suite à un programme de pré-commandes (ou réservations) par internet ou chez les concessionnaires de la marque, et que cette berline sportive cinq portes et quatre places se positionnera sur le segment occupé aujourd’hui par la Tesla Model S. Pour le moment, on ne sait pas en revanche si le Taycan sera doté de fonctions avancées de conduite autonome.

Porsche n’a pas encore annoncé les caractéristiques définitives de la Taycan, bien qu’un ambassadeur de la marque ait confirmé le contenu d’un document obtenu par Automobile Magazine énumérant les caractéristiques de chaque version du Taycan. Selon ce document, la Taycan de base sera une propulsion arrière seulement, et elle sera équipée d’une batterie de 80 kWh. Il sera alimenté par un choix de moteurs de 240 kW (322 ch) et 280 kW (375 ch), et son prix se situera en-dessous des 90 000 dollars.

La variante de milieu de gamme du véhicule, la Taycan 4S, sera équipée d’une batterie de 96 kW et de moteurs électriques de 320 kW (429 ch) ou 360 kW (483 ch). Le prix du Taycan 4S débutera à partir de 90 000 dollars. Le Taycan Turbo, qui sera la version haut de gamme du véhicule dès son lancement, sera doté d’une batterie de 96 kWh, d’un moteur de 160 kW (215 ch) à l’avant et de 300 kW (402 ch) à l’arrière, soit une puissance totale de 617 chevaux. Le prix du Taycan Turbo devrait commencer autour des 140 000 dollars.

Au moment de son lancement officiel, le Porsche Taycan aura parcouru environ six millions de kilomètres d’essais.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

4 Commentaires

4 Commentaires

  1. Benoit

    2 septembre 2019 at 14 h 06 min

    Je suis assez sceptique sur ces 6 millions de KM. On me dit dans l’oreillette que c’est des esssais sur 4 ans. Pardon mais en 4 ans…la voiture a évolé, l’autonomie, le firmware tout tout alors est ce qu’on pourrait pas afficher des km de test sur une voiture finalisée pour esperer qqchose d’un peu fiable…

    • Eric

      2 septembre 2019 at 14 h 24 min

      C’est le chiffre officiel fourni par la communication de Porsche. Difficile de vérifier, mais ça ne me choque pas, les programmes de mise au point et d’essais de nouveaux modèles sont particulièrement intensifs, et Porsche fait partie des plus exigeants sur ce point. De plus ils se lancent dans une techno nouvelle pour eux, ce qui justifie énormément de roulage, et ils ne veulent pas faillir à leur réputation de grande fiabilité. Comme tu le dis ce programme s’est étalé sur 4 ans, rien d’anormal à ce que la voiture finale ne soit pas la même que les premiers mulets, mais que ce soit l’intégralité du programme qui soit prise en compte.

  2. fab izz

    3 septembre 2019 at 8 h 53 min

    Une ZOE a depuis son lancement un système de régénératif lié à l’appui frein (en plus du lever de pied d’accel). Quand on freine le freinage électrique agit, et ensuite le mécanique prend le relais si la demande de freinage est importante. Et en effet les stop s’allument sur un certain niveau de décélération, c’est réglementaire. Que cette décélération soit faite au lever de pied ou par appui frein. Si la Taycan ne régénère pas au lever de pied, la voiture est filante et il est normal que les stop ne s’allument pas.

    • Eric

      3 septembre 2019 at 11 h 24 min

      Merci pour ces précisions. Effectivement, l’allumage des feux stop au lever de pied est réglementaire à partir d’un certain niveau de décélération mais c’est difficile à doser. Sur Tesla par exemple, quand le frein moteur est réglé sur fort, le moindre lever de pied allume les stops (on le voit sur l’icône de la voiture en temps réel) et c’est parfois agaçant car on ne freine pas. Du coup les voitures derrière pensent qu’on a toujours le pied sur le frein au moindre ralentissement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Advertisement RED

Les tests