Suivez-nous

Crypto-monnaies

Pourquoi Telegram tue dans l’œuf son projet de cryptomonnaie

Telegram a fait savoir qu’il abandonnait son projet de cryptomonnaie baptisé le Gram à cause de plusieurs désaccords avec les autorités de régulation.

Il y a

  

le

 
Telegram cryptomonnaie
© Telegram

Il y a un peu moins d’un an, la messagerie instantanée Telegram a fait savoir qu’elle se penchait sur un projet de cryptomonnaie. Peu avant le service, c’est Facebook qui avait levé le voile sur la Libra, une monnaie virtuelle qui avait aussi été confrontée à plusieurs problématiques dès son lancement.

De son côté, l’application russe prévoyait visiblement de déployer le Gram dès le mois d’octobre 2019, un lancement qui n’a finalement pas eu lieu.

« La participation active de Telegram à TON est terminée »

Le fondateur et PDG de Telegram, Pavel Durov a fait savoir que la cryptomonnaie ne verrait finalement jamais le jour. Dans un billet publié le 12 mai, il écrit à ce sujet de manière lapidaire : « J’écris ce post pour annoncer officiellement que la participation active de Telegram à TON est terminée ».

TON était la plateforme de blockchain qui aurait permis la mise en place de la cryptomonnaie décentralisée Gram et son accès via smartphone, il s’agit d’un système similaire à celui déployé par Facebook.

Cette décision fait suite à plusieurs conflits ayant opposé Telegram à la SEC (Securities and Exchange Commission), l’organisme américain en charge de la réglementation et du contrôle des marchés. En octobre dernier, celle-ci avait ordonné à la société de mettre fin à la vente de sa cryptomonnaie Gram dans le cadre de sa levée de fonds effectuée avant le lancement officiel du projet.

Toutefois, cela ne bloquait pas encore définitivement le déploiement de la monnaie virtuel alors que Telegram avait récolté plus de 1,7 milliards de dollars.

Dans son billet, le fondateur de Telegram indique qu’un tribunal américain a finalement empêché TON d’exister. Il explique : « Imaginez que plusieurs personnes mettent leur argent ensemble pour construire une mine d’or – et pour ensuite partager l’or qui en sort. Puis un juge vient le dire aux constructeurs de la mine : ‘Beaucoup de gens ont investi dans la mine d’or parce qu’ils cherchaient à faire des bénéfices. Et ils ne voulaient pas cet or pour eux-mêmes, ils voulaient le vendre à d’autres personnes. Pour cette raison, vous n’avez pas le droit de leur donner l’or’ ».

Il ajoute que le juge a « utilisé ce raisonnement pour statuer que les gens ne devraient pas être autorisés à acheter ou à vendre des Grams comme ils peuvent acheter ou vendre des bitcoins ». Le PDG de Telegram a aussi évoqué la dépendance des technologies de ce type aux USA, expliquant que le pays pouvait décider d’interdire la monnaie virtuelle aux États-Unis, mais aussi dans le reste du monde.

Pavel Durov a conclu son billet en mettant en garde les utilisateurs : « Vous pouvez voir – ou avez peut-être déjà vu – des sites utilisant mon nom ou la marque Telegram ou l’abréviation ‘TON’ pour promouvoir leurs projets. Ne leur faites pas confiance avec votre argent ou vos données. Aucun membre actuel ou passé de notre équipe n’est impliqué dans l’un de ces projets ».

Telegram
Par : Telegram FZ-LLC
4.2 / 5
5,7 M avis
1 commentaire

1 Commentaire

  1. mafiazo

    2 juillet 2020 at 2 h 57 min

    Gramfree fait ses ravages avec ca… il arnaque les gens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests