Suivez-nous

Réseaux sociaux

Présidentielle US : sur Twitter, les bots influent sur la campagne électorale

À seulement quelques jours des élections, une étude dresse un état des lieux fort inquiétant.

Il y a

  

le

 
Donald Trump Twitter
© Pixabay / GDJ

Le constat est loin d’être nouveau : des millions de bots sont présents sur Twitter et sur les autres réseaux sociaux. Certains sont inoffensifs voire très utiles, tandis que d’autres sont au contraire nuisibles et participent aux efforts de désinformation déployés par certains acteurs malveillants. La recherche est loin d’être unanime sur l’impact exact de ces derniers. Des scientifiques estiment qu’il s’agit d’un très grand danger et qu’ils accélèrent la diffusion de fausses informations. Mais pour d’autres, leur influence réelle est à relativiser.

Certains bots républicains relaient les théories de QAnon

Une nouvelle étude vient justement de paraître à ce sujet. À seulement quelques jours d’élections cruciales aux États-Unis, elle s’est concentrée sur la campagne électorale à travers 240 millions de tweets publiés entre le 20 juin 2020 et le 9 septembre de cette même année. Les chercheurs de l’University of Southern California (USC) ont donc tenté de dresser un panorama complet des bots politiques sur Twitter.

Une constatation cruciale s’impose d’emblée. Ces derniers jouent un rôle crucial dans la formation des bulles de filtre, cette zone de confort et de proximité idéologique dans laquelle les algorithmes des réseaux sociaux ont tendance à nous enfermer. Les comptes automatiques retweetent en grande partie des messages d’utilisateurs de Twitter humains. Et des humains partagent à leur tour des retweets de bots, en formant une sorte de boucle.

D’autres conclusions sont également marquantes. Ainsi, les bots qui relaient des opinions conservatrices seraient quatre fois plus nombreux que ceux qui partagent une idéologie de gauche. Les bots républicains partagent justement dans une proportion bien plus importante des théories conspirationnistes telles que QAnon.

Enfin, les scientifiques confirment que ces comptes automatisés sont parfois utilisés par des puissances étrangères qui tentent d’influer sur le cours de l’élection. La Russie et la Chine sont souvent citées mais de nouvelles puissances recourraient aussi à ces pratiques parmi lesquelles le Ghana, le Nigéria, l’Arabie Saoudite, ou encore la Turquie.

Twitter
Par : Twitter, Inc.
4.5 / 5
17,1 M avis
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les meilleurs forfaits

Les tests