Suivez-nous

Fintech

Revolut dévoile ses résultats financiers sur l’année 2019

Dans son rapport annuel, les pertes de la néo-banque ont triplé pour atteindre plus de 100 millions de livres sterling.

Il y a

  

le

 
Revolut monnaie
© Presse-citron.net

Revolut choisit la voie de la transparence. Dans un rapport déposé à la Companies House en ce jour, l’établissement londonien a dévoilé ses résultats financiers sur l’année 2019. De quoi comprendre en détail la situation de la néo-banque.

Son statut de banque « challenger » ne trompe pas. Revolut est avant tout une startup et cela se retrouve dans ses chiffres. En 2019, ses pertes étaient très lourdes, à 106,5 millions de livres sterling. Comparé à 2018, c’était déjà 3 fois plus élevé, révélateur d’une entreprise en perpétuel investissement et dont le modèle d’affaires n’est pas encore rentable.

En revanche, Revolut compte passer dans le vert avant la fin de l’année, comme la néo-banque l’a toujours indiqué depuis l’année dernière. Pour cela, il faudra encore qu’elle arrive à se relever de la chute de la consommation de ses clients durant le confinement. Selon son rapport de 2019, les revenus des clients progressaient de 180 %, une tendance qui ne se retrouvera pas aussi élevée cette année.

Coup d’œil sur la pandémie

Forcément, la publication des résultats financiers 2019 ne prenait pas en compte les conséquences de la crise sanitaire du premier semestre 2020. Mais Revolut a tout de même abordé le sujet dans la presse. « Les restrictions sur la capacité des clients à effectuer des voyages et d’autres dépenses peuvent avoir un impact négatif sur la capacité de Revolut à générer des revenus » expliquait la néo-banque dans son rapport, avant d’ajouter au sujet de la pandémie que « la croissance du service bancaire numérique a ralentie ».

Durant les longues semaines du mois de mars et avril, Revolut avait pris l’habitude de tenir au courant la presse et ses clients. Il publiait des études sur les conséquences du confinement sur la consommation. La néo-banque expliquait à quel point la consommation était importante pour son modèle d’affaires. La plupart de ses revenus proviennent des taux d’interchange lors de l’utilisation des cartes bancaires.

Moins d’encours que chez Starling

Dans son rapport annuel, Revolut a noté que ses 10 millions de clients à la fin 2019 détenaient un peu plus de 2,36 milliards de livres sterling en tout, rapportant à un encours de 236 £ par compte.

Ce résultat est inférieur à celui enregistré en 2018, où l’encours moyen était de 265 £. À l’image de l’utilisation du compte courant de la néo-banque comme compte secondaire, et loin derrière son concurrent Starling où les clients détenaient en moyenne 950 £ en décembre 2019 et jusqu’à 1 500 £ au mois de juillet 2020.

Pour réussir à augmenter la somme déposée sur leurs comptes, les néo-banques travaillent en général sur des outils du quotidien repris du modèle traditionnel. Il y a deux semaines, par exemple, la néo-banque Monese annonçait aux utilisateurs français qu’ils pouvaient maintenant générer un IBAN local, en FR, au lieu de l’identifiant britannique victime de discrimination à l’IBAN.

Chez Revolut, la stratégie est un peu différente. Le but est de poursuivre le développement d’outils et fonctionnalités propres aux nouveaux acteurs de la fintech. Sur l’application, les utilisateurs sont de plus en plus nombreux à détenir des actifs tels que des cryptomonnaies, des actions, de l’or ou de l’argent.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *