Supermarmite, pour partager ses petits plats (et plus si affinités)

Pour créer un énième réseau social thématique aujourd’hui, il faut avoir une foi en acier trempé dans son projet, ou le fonder sur la mise en place d’une idée apportant un service concret à ses utilisateurs. La cuisine à domicile ayant le vent en poupe en ce moment, et la bonne bouffe restant l’un des

Pour créer un énième réseau social thématique aujourd’hui, il faut avoir une foi en acier trempé dans son projet, ou le fonder sur la mise en place d’une idée apportant un service concret à ses utilisateurs. La cuisine à domicile ayant le vent en poupe en ce moment, et la bonne bouffe restant l’un des sujets de prédilection des français, il se pourrait que Supermarmite ait visé juste.

Supermarmite est un site qui permet aux particuliers de partager leurs petits plats entre eux, moyennant (ou pas) contrepartie financière. Le principe est simple : si vous avez quelques talents culinaires et une tendance maniaque à toujours mitonner des petits plats pour douze alors que vous n’êtes que trois, il en reste, forcément. Plutôt que stocker vos superlasagnes dans le congélo qui déborde, faites-en profiter les autres. Après vous être inscrit sur Supermarmite, il vous suffira de compléter un petit formulaire fournissant les indications sur le plat réalisé, le nombre de parts, sa description, et enfin l’heure et le lieu où il sera disponible chaud bouillant à point, et le tout sera publié sur le site.

Ceux qui passent dans le coin et qui ont un petit creux pourront alors vous retrouver sur la version mobile du site grâce à la géolocalisation, et viendront sonner à votre porte pour récupérer le frichti contre un peu de monnaie.

Le web et la cuisine : rien de tel pour créer du lien (cliquable).

Mais Supermarmite ne se limite pas à être une simple plate-forme de vente de petits plats entre particuliers gourmands : le site propose également de nombreuses fonctions communautaires comme les actualité en temps réel via Twitter, une page Facebook comptant déjà près de deux-mille fans, la possibilité de s’identifier avec Facebook Connect, ainsi que des idées recettes.

Une très bonne idée, qui ne fonctionnera que si l’offre est assez conséquente (et donc si une masse importante de membres motivés est inscrite), mais dont le succès reposera également sur la confiance : celle de publier son adresse privée en première page d’un site pour les cuistots en herbe, et celle de déguster un repas préparé par un(e) inconnu(e) dans des conditions d’hygiène également inconnues. Pour cela le site a mis en place un système d’évaluation de la qualité de ses membres par l’attribution d’une note moyenne sur 10 indiquée par les internautes. Un moyen nécessaire pour éviter les déconvenues (et les intoxications alimentaires), espérons que cela soit suffisant.

Une opportunité peut-être aussi également pour des personnes douées en cuisine qui souhaitent « semi-professionnaliser » leur activité en se faisant un nom sur la plate-forme, à l’image des vendeurs sur eBay qui ont fait d’une activité occasionnelle un vrai job à plein temps et leur principale source de revenus, à cela près que quand on parle de restauration viennent s’ajouter toutes les questions liées aux normes sanitaires.

Un concept à rapprocher de Live My Food, qui propose à es membres de s’inviter à partager leurs repas à domicile, et non pas juste à les retirer.

Réseau social + cuisine = Facecook ?


Nos dernières vidéos

11 commentaires

  1. Avec toutes ces émissions qui passent a la tv : Master chef , un diner presque parfait , top chef , et j’en passe , ils ont choisis le bon moment pour lancer ce concept. Reste a voir si les utilisateurs seront prêt à communiquer leur adresse personnel , je suis dubitatif …..

  2. Dans le même esprit, connaissez vous MyCuisinier ?
    Ce n’est pas du partage de plat, mais du partage de savoir et / ou proposition de service. Tout cuisinier amateur ou professionnel peut proposer ses services dans la cuisine à domicile, cours de cuisine, traiteur etc… En tout cas je crois très fort à la composante cuisine + réseau + web !

    Quand au projet supermarmite il a débuté lors d’un « startup weekend » à Telecom paritech il y a quelques mois je crois bien…

  3. Bonne idée, reste à savoir si ca la mayonnaise va prendre avec les utilisateurs lambda. C’est bien beau de faire des sites hyper communautaires à la Facebook, mais il y a déjà des newsgroups, forums, blogs, …

    En tout cas bonne chance!

  4. Mouais. ça sent le réchauffé tout ça.
    Je prends les tendances du moment, je rajoute un peu de web social, je mélange … et hop c’est prêt! A table!
    Sérieusement, les gens font à manger pour eux ou pour leurs amis. Ils préparent la bonne quantité. S’il en reste, c’est à la marge, sauf évènement exceptionnel genre méga anniversaire de ouf où personne n’a rien mangé mais ça n’arrive pas tous les jours.
    Et puis il faut aussi avoir confiance dans la qualité, l’hygiène, la conservation, ce qui est loin d’être acquis.

  5. Bonjour,
    Je doute aussi du concept:
    – pour l’hygiène … quand on voit ce que les inspections donnent dans les restaurants, je n’ose pas imaginer ce qu’ils pourraient trouver chez des particuliers.
    – parce que l’on donne son adresse perso
    – parce que finalement, quand vous avez des restes vous les mangez le lendemain et donc les gens qui seront inscrits ne seront que des semi-pro … et donc je me demande même si ce n’est pas de la concurrence déloyale pour les restos si ca venait a bien marcher.
    Bref, je n’y vois pas un grand avenir en dehors du buzz.

  6. Merci pour cet article, il tombe à pic.
    Perso, contrairement à certains avis, je crois beaucoup à ce nouveau système de cuisine, et ma soeur développe déjà le concept dans son coin depuis plus d’un an en proposant des dégustations chez elle. Elle est d’ailleurs en train de monter un vrai projet personnel là-dessus. Si en plus elle peut s’appuyer sur ce genre de réseau pour se faire connaître, c’est génial.

  7. Pourquoi pas ?! Je trouve que cette nouvelle tendance culinaire et ce retour aux racines et à la simplicité sont de bonne augure ! Vive la cuisine !

Répondre