Suivez-nous

Internet

Trois escrocs au faux dépannage Internet dans le viseur de la justice

Trois chefs d’entreprises près de Lyon sont accusés d’escroquerie. Ils auraient extorqué 8.000 personnes par Internet en créant un faux support téléphonique, qui agissait un peu comme un ransomware…

Il y a

le

Ils arnaquaient les internautes via un faux support téléphonique

Plus de 2 millions d’euros pour les escrocs

C’est une très grosse escroquerie qui vient d’être mise à jour du côté de Lyon. Trois hommes ont été interpellés, puis mis en examen jeudi 31 janvier. Ce qu’ils avaient fait ? Ils avaient mis en place une escroquerie au faux support téléphonique.

A quoi cela correspond-il ? C’est une technique qui commence à être assez vieille et pourrait faire penser à une sorte de version moins évoluée du ransomware. L’ordinateur ou le navigateur est paralysé et un numéro de téléphone apparaît. Au bout du téléphone, une voix gentille explique  bien entendu comment débloquer l’appareil en le nettoyant. Une opération qui se révèle bien sûr plutôt chère.

Si beaucoup d’internautes ne seront pas victimes d’une telle escroquerie, les personnes âgées ou peu à l’aise avec les nouvelles technologies peuvent facilement en être victimes. Certains donnaient même le contrôle de leur machine et laissaient ainsi les escrocs récupérer des données personnelles. 8.000 Français auraient été victimes de cette affaire pour une somme totale de 2 millions d’euros.

Une unité spéciale pour les identifier

Ce sont les experts numériques du centre de lutte contre les criminalités numériques (C3N) qui ont pu les identifier. Les trois hommes ont été mis en examen pour escroquerie et blanchiment en bande organisée, ainsi que pour piratage informatique.

C’est la première fois qu’une poursuite est prononcée dans une affaire de ce genre malgré le fait qu’elle soit en place depuis longtemps. C’est grâce à la plateforme Cyber Malveillance, que les autorités ont pu comprendre l’ampleur du phénomène. C’est ainsi qu’un peu plus de 8000 plaintes ont pu être regroupées par le parquet de Paris, doté d’une compétence nationale. Les hommes ont été placés sous contrôle judiciaire.

Il convient de systématiquement se méfier dans ce genre de situation, car même si les ransomware ont moins eu de popularité en 2018, par rapport au cryptojacking, cela reste une vraie épée de Damoclès au dessus de chaque internaute.

Source

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests