Suivez-nous

Actualités

Trump vilipende Apple pour avoir refusé de déverrouiller l’iPhone de criminels

Sur Twitter, Donald Trump s’attaque à Apple dans le cadre de « l’affaire Pensacola ». Le Président américain tacle l’entreprise pour avoir refusé de déverrouiller les iPhone de criminels présumés.

Il y a

  

le

 
iphone trump apple
© Unsplash / Youssef Sarhan

Donald Trump s’est une fois encore illustré sur son terrain de jeu favori : Twitter. Dans le cadre de l’affaire Pensacola (attaque terroriste contre une base de Floride), il s’en est pris au géant californien, l’accusant de ne pas apporter d’aide suffisante.

Nous aidons Apple tout le temps sur le COMMERCE et tant d’autres problèmes, et pourtant, ils refusent de déverrouiller les téléphones utilisés par les tueurs, les trafiquants de drogue et d’autres criminels violents. Ils devront intervenir et aider notre grand pays , MAINTENANT! RENDONS SA GRANDEUR A L’AMERIQUE !

Suite à l’attentat de Pensacola, les autorités ont demandé à Apple de déverrouiller les iPhone des suspects, protégés par mots de passe. Mais lundi 13 janvier 2020, le procureur général William Barr affirmait que l’entreprise n’avait pas fourni « d’assistance substantielle » pour déverrouiller les deux iPhone d’un tireur présumé.

La réaction d’Apple ne s’est pas faite attendre. Lundi soir, elle répondait qu’elle avait fourni des gigaoctets d’informations aux autorités mais qu’elle ne pouvait en donner davantage. La raison : elle refuse de construire une « porte dérobée » ou un logiciel spécifique pour donner un accès trop élevé aux données.

Données personnelles : le sujet sensible

Ce n’est pas la première fois qu’Apple se retrouve au cœur d’une telle affaire. En 2016, après la fusillade San Bernardino (14 morts), le ministère de la Justice demandait à l’entreprise de l’aider à accéder aux données de l’iPhone de Syed Farook, auteur de l’attentat. Face à son refus, le FBI avait fini par déverrouiller le téléphone grâce à un vendeur privé non identifié.

Pourtant, Apple fournit régulièrement des informations aux autorités. Depuis 2013, elle a répondu à plus de 127 000 demandes, peut-on lire sur son site officiel. Début 2020, un responsable de la confidentialité expliquait que des équipes travaillaient 24 heures sur 24 pour collaborer avec les instances judiciaires.

Le pouvoir d’influence de Tim Cook

Depuis l’arrivée de Donald Trump au pouvoir, le PDG d’Apple use de toute son influence pour obtenir ses faveurs. Et ça marche ! En septembre 2019, Tim Cook annonçait que son usine texane continuerait de fabriquer ses Mac Pro, ordinateurs vendus plusieurs milliers de dollars. Si les ventes représentent moins de 1% des revenus d’Apple, ce choix reste symbolique puisqu’il s’inscrit dans la politique de Trump (America first). Néanmoins, ce dernier a sans doute permis à l’entreprise de conserver ses profits.

Dans la guerre commerciale qui oppose les Etats-Unis à la Chine, Donald Trump assurait (en juillet 2019) qu’Apple ne bénéficiait pas de traitement de faveur. Pourtant, Trump lui a octroyé des exemptions douanières ce qui lui permet de consolider sa croissance. Car, selon le cabinet d’analystes Loup Ventures, « le groupe aurait subi une baisse de 25% de ses bénéfices américains » nous expliquent nos confrères de Capital. Entre Tim Cook et Donald Trump, c’est du donnant-donnant. Et le Président américain n’a pas manqué de le rappeler.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests