Suivez-nous

Tech

Uber évoque une « fraude » pour ne pas payer les 179 millions de dollars à Google

Uber assure avoir été victime d’une fraude, une stratégie qui vise à se dédouaner de payer un montant conséquent à Google, au détriment de son ancien ingénieur Anthony Levandowski.

Il y a

  

le

 
Uber accident
© Wikimedia Commons / Dllu

Au début du mois de mars, la justice a finalement tranché en donnant raison à Google dans une affaire qui l’opposait au constructeur Uber. Toutefois, celle-ci n’est pas encore terminée, car il faut encore déterminer qui va mettre la main à la poche. Et autant dire qu’Uber ne semble pas prêt à payer 179 millions de dollars à Google.

Accusé d’avoir débauché des employés alors que son contrat l’interdisait, Anthony Levandowski a collaboré avec plusieurs anciens de Google pour développer une startup dédiée aux véhicules autonomes. En plus d’avoir volé des documents confidentiels à la firme américaine, l’ingénieur a vendu la jeune pousse Otto à Uber avant de commencer à travailler avec la société de VTC.

Plaider une fraude pour faire payer Levandowski

Google a traîné l’affaire en justice, si bien qu’il a été décidé qu’Uber devrait s’acquitter d’une somme de 179 millions de dollars. Un accord d’indemnisation a été signé, mais Uber a rapidement fait savoir qu’il ne souhaitait pas payer. La société américaine s’était défendue en indiquant : « la question de savoir si Uber est responsable en dernier ressort de cette indemnisation fait l’objet d’un litige entre la société et Levandowski ».

Uber est récemment revenu sur cet argument en déclarant qu’Anthony Levandowski était coupable d’une « fraude », ce qui a poussé la firme à faire annuler l’accord après la condamnation de l’ex-employé. Pour la firme, ce dernier a été annulé « parce qu’il avait été obtenu par la fraude de Levandowski, y compris sa dissimulation frauduleuse des faits allégués dans l’acte d’accusation ».

Selon la société de VTC, elle n’a donc pas à régler les 179 millions de dollars réclamés par la justice et Google. Le fait qu’il y ait fraude libérerait effectivement Uber de toute obligation de payer une partie ou la totalité de la facture. Cette réaction fait suite à la décision de Levandowski de se retourner contre Uber, début avril.

La justice n’a pas encore tranché pour déterminer qui devra régler ce montant, ou du moins la partie la plus conséquente.

De con côté, Levandowski a également plaidé coupable de vols de secret à Google il y a un mois, si bien qu’il risque également plus de 10 ans de prison et 250 000 dollars d’amende.

Uber
Par : Uber Technologies
4.2 / 5
7,5 M avis
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Partenaire : Samsung

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests