Suivez-nous

Tech

Un groupe lié au gouvernement iranien a tenté de pirater des responsables politiques américains

Selon Microsoft, des centaines de comptes appartenant à des journalistes, des hommes politiques et des responsables gouvernementaux américains ont subi une attaque informatique l’été dernier.

Il y a

  

le

 
iran
© Unsplash / Ashkan Forouzani

La présidentielle de 2020 approche et elle s’accompagne de craintes liées à de possibles tentatives d’intrusions étrangères dans la campagne. L’annonce faite par Microsoft n’est pas de nature à apaiser les peurs. Le géant de la Tech affirme en effet qu’un groupe de hackers liés au gouvernement iraniens a tenté, l’été dernier, de pirater 241 comptes mails Office 365. Des velléités d’autant plus sérieuses que les boîtes en question appartenaient des hommes politiques, des responsables gouvernementaux ou encore à des journalistes couvrant la politique internationale. Des Iraniens résidant sur le territoire américain ont également été pris pour cible.

De nombreux motifs d’inquiétude pour la future campagne

L’attaque a finalement globalement échoué puisque seules quatre adresses ont été compromises. Selon Microsoft aucune d’entre elles n’appartenaient à des politiques américains. Dans sa communication, l’entreprise de Bill Gates a tenu à préciser que les attaques n’étaient pas très sophistiquées sur le plan technique, ce qui expliquerait leur échec relatif. Méfiance cependant, ce groupe dénommé Phosphorus, serait extrêmement motivé et prêt à « investir des ressources significatives pour parvenir à ses fins. »

Il semblait en tout cas nécessaire au groupe de Seattle de communiquer au public cette tentative : « Il est important que nous – les gouvernements et le secteur public – fassions preuve de plus de transparence au sujet des attaques par les États-nations et des efforts de perturbation de notre processus démocratique », a précisé le Tom Burt, vice-président de la sécurité corporative de Microsoft.

Après les nombreuses interférences de la Russie dans les précédentes campagnes, cette révélation est en tout cas un signal d’alerte supplémentaire pour les États-Unis. Ces tentatives de déstabilisation pourraient passer par des campagnes de manipulation ou de désinformation en ligne. Comme nous vous en parlions récemment, les machines à voter, qui pourraient être facilement piratées depuis l’étranger, sont également un très sérieux motif d’inquiétude.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests