Suivez-nous

Sciences

Un trou noir inédit détecté à 7 milliards d’années lumières de la Terre

La fusion de deux trous noirs a permis la découverte d’un trou noir de masse intermédiaire, une première dans l’histoire de l’astronomie, qui ravit les chercheurs. 

Il y a

  

le

 
trou-noir
© Science

La découverte remonte à mai 2019, mais l’étude des données n’a été publiée que cette semaine tant la tâche est complexe. Deux trous noirs ont fusionné il y a 7 milliards d’années, donnant naissance à un trou noir encore plus grand, d’environ 140 fois la masse du soleil. Cette découverte est particulière pour le monde scientifique, il s’agit du premier trou noir de masse intermédiaire détecté à ce jour. Il a pu être repéré grâce aux observatoires LIGO et Virgo, basés respectivement aux États-Unis et en Italie.

Les ondes gravitationnelles, qu’est-ce que c’est ?

Ils sont spécialisés dans la détection d’ondes gravitationnelles. Depuis 2015, ils ont réussi à en repérer plus de soixante. Elles sont la signature d’un évènement cataclysmique, qui a déformé l’espace et le temps. Pour expliquer aux novices, les ondes gravitationnelles sont aux trous noirs et à l’univers ce que les vaguelettes d’un lac seraient après le jet d’une pierre. Dans ce cas précis, la pierre étant la fusion des deux trous noirs, et la vague du lac, quatre légères oscillations remarquées par les capteurs de l’observatoire LIGO.

Mais ces légères ondulations de l’espace-temps ont permis aux chercheurs de remonter jusqu’à la fusion de deux trous noirs de 66 et 85 masses solaires. Cette fusion a donc donné naissance à un autre tour noir, encore plus grand, d’une taille inédite.

Un trou noir de masse intermédiaire

Si ses 142 masses solaires ne font pas de lui le plus ridicule des trous noirs, il ne s’agit pas non plus, du plus gros d’entre tous. Au contraire, des trous noirs super massifs de plusieurs millions de masses solaires, c’est quelque chose de bien connu dans le monde scientifique. Et la seule image qui existe d’un trou noir est justement celle de l’un d’entre eux.

Mais dans ce cas précis, les scientifiques semblent avoir mis la main sur un trou noir d’une toute nouvelle catégorie. Il s’agit d’un trou noir de masse intermédiaire. Il s’agit du « chaînon manquant » dans la compréhension des trous noirs, d’après Salvatore Vitale, professeur au MIT au sein du projet d’observation LIGO.

Avec cette découverte, les chercheurs espèrent pouvoir confirmer la théorie selon laquelle, les trous noirs super massifs se forment par l’accumulation et la fusion de multiples petits trous noirs, et donc également de trous noirs de masse intermédiaire. Cette théorie à « l’avantage de donner une explication simple à la création des trous noirs super massifs, qui sont le réel point d’intérêt de la communauté scientifique.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À la une

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests