Suivez-nous

Auto-Moto

Voitures électriques : Arnold Schwarzenegger viendrait-il de trouver son meilleur rôle ?

Terminator voudrait-il finalement sauver le monde ? En tout cas il a quelque-chose à nous dire sur la voiture électrique. A sa façon.

Il y a

le

Schwarzenegger
© Capture d'écran YouTube

Acteur un jour, acteur toujours. Arnold Schwarzenegger vient d’endosser un nouveau rôle, où il joue toujours les gros bras, mais d’une façon plutôt inattendue.

Dans une vidéo récente créée en collaboration avec Veloz, un organisme à but non lucratif dédié au développement de l’usage des véhicules électriques, Schwarzie reprend le rôle du personnage parodique Howard Kleiner, qu’il avait déjà incarné dans un autre sketch en 2014. Et c’est cette fois encore pour une bonne cause.

La vidéo, intitulée Kicking Gas, met en scène l’acteur, au visage barré d’une immonde fausse moustache et au crâne ornée d’une sorte de moumoute mulet derrière une fausse moustache, faisant la promotion des voitures à essence comme alternatives « supérieures » aux véhicules électriques. Lors de conversations plutôt animées avec des clients venus prendre des renseignements en vue de l’achat d’un véhicule électrique chez un concessionnaire automobile, Schwarzenegger tente d’expliquer – gestes larges et démonstrations à l’appui – pourquoi un véhicule équipé d’un moteur à combustion interne est une meilleure option qu’une voiture électrique. Une caricature entend parodier les vendeurs de bagnoles à l’ancienne comme nous en avons probablement tous rencontrés, et notamment ceux qui s’affichent vent debout contre la transition électrique avec des arguments parfois très spécieux.

Schwarzie – Musk, même combat (mais on ne voit pas de Tesla dans ce clip…)

Bien qu’il s’agisse d’une parodie, Kicking Gas insiste sur le fait que l’achat d’une voiture avec un moteur à combustion interne est assez ridicule si des équivalents électriques sont disponibles, fournissant les mêmes services, les mêmes performances et un plaisir de conduit identique. Des arguments également mis en avant par Elon Musk dans le passé, le PDG fournissant même une liste de véhicules électriques que les acheteurs de voitures peuvent acheter s’ils ne souhaitent pas acheter un Tesla.

Il est intéressant de noter que ce n’est pas la première fois que Schwarzenegger adopte le personnage de Howard Kleiner. En 2014, le personnage a également servi à recueillir des fonds pour After-School All-Stars, un programme national qui offre aux écoliers un mentorat gratuit, de l’aide aux devoirs et du tutorat aux élèves de ménages à faible revenu.

Dans une déclaration à Mashable au sujet de son récent sketch avec Veloz, le « Gouverneur » a noté que le film souligne la nécessité d’un changement vers des moyens de transport plus propres. « Nous devons nous débarrasser des combustibles fossiles aussi vite que possible, a-t-il dit. Peu importe la gravité du sujet, tout peut être traité sur un ton humoristique », faisant référence à ce mini-film Kicking Gas.

On sait qu’Arnold Schwarzenegger s’est engagé depuis plusieurs années dans la défense de l’environnement, après avoir notamment fondé en 2010 l’organisation non-gouvernementale R20, ayant pour objet de participer à la lutte contre le changement climatique. Certains pointeront le paradoxe puisque l’acteur gouverneur écolo est la personne qui a été à l’origine de la popularisation du fameux et atrocement polluant Hummer, ce SUV grand comme la moitié de la Suisse, dérivé des Humvee de l’armée américaine. Un engin qui est d’ailleurs au coeur du sketch dans cette vidéo, et qu’il s’était empressé de faire convertir à l’hydrogène. Depuis, l’ancien gouverneur californien n’a cessé de plaider pour les voitures électriques.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

6 Commentaires

6 Commentaires

  1. matrix1984@protonmail.com

    27 juin 2019 at 10 h 15 min

    Une bonne idée serait tout simple pour l’addiction aux automobiles, les représentants des états-nations pourraient donner un décompte pour 1 voiture en moins à vendre par mois du total des ventes maximales mensuellement par concessionnaires sur tous les états-nations.

    Ex.: Ventes mensuelles médiannes maximales calculées sur plusieurs années chez le concessionnaire Renault à Paris: 48 voitures vendues par mois sur un calcul de 10 ans
    1er mois : 47 voitures à vendre maximalement et pas une de plus.
    2e mois : 46 voitures à vendre maximalement, etc…
    3e mois: 45 voitures à vendre maximalement, etc…

    Cela aurait un impact sur la survente du marché automobiles, ça réduirait l’achat et la consommation du parc industriel automobiles d’une nation et ses dérivés ainsi l’état s’achèterait les moyens alternatifs emboîtant le pas pour ne cibler pas rater la cible de la diminution de GES(TGV – Train monorail – Autobus électrique ou à l’hydrogène)
    1 pierre, 2 coups

    Les voitures pour le futur, c’est soit moins de voitures et/ou soit de plus petites voitures et/ou moins de routes également et/ou des voitures propres seulement.

    Pour les camions, les détenteurs de permis doivent approuver qu’ils font un usage commercial seulement pour se le prémunir à défaut de se le voir refuser.

    Je ne suis pas certain que les personnes qui vont voir ce message examineront que ça fait un peu plus de sens ma définition que celle proposé à l’heure actuelle.

  2. tim

    27 juin 2019 at 16 h 39 min

    On parle bien du type qui roule en Hummer H1 ?

    • Courtois

      30 juin 2019 at 23 h 35 min

      Il l’a converti à l’hydrogène.

  3. EnzoMSFR

    27 juin 2019 at 18 h 32 min

    J’apprécie schwarzy et Elon Musk mais l’electrique n’est pas l’avenir tout simplement parce qu’on a pas assez de ressources poir les batterirmes, que ça pollue plus que le thermique à la fabrication et que si tout le monde se mettait à l’electrique, le réseau français ne tiendrai tout simplement pas
    Le perso de schwarzy à raison

    • CHL17

      12 juillet 2019 at 0 h 07 min

      Si tout le parc automobile français était électrifié du jour au lendemain, ces 40 millions de véhicules ne consommeraient que 10% environ de notre capacité de production soit à peu près ce qu’EDF exporte chaque année chez nos voisins. Nul besoin d’ajouter de nouvelles centrales, par contre il sera nécessaire de multiplier les bornes rapides et l’infrastructure de lignes d’alimentation. Mais aucun souci pour alimenter ces lignes. Concernant la pollution de la fabrication d’un VE, cette dernière est compensée dés que la voiture a parcouru 30000km en moyenne, donc ensuite c’est du bonus alors que le véhicule thermique lui pollue certes un peu moins au moment de sa fabrication mais continue à polluer et à dégager du CO2 durant toute sa vie.J’ajoute qu’une fois la voiture électrique mise à la casse, sa batterie sera utilisée pour une seconde vie dans le stockage stationnaire qui ne nécessite pas les mêmes performances. en fin de vie ultime, plus de 90% des composants de la batterie peuvent etre recyclés pour fabriquer de nouvelles batteries. On ne peut pas en dire autant des véhicules thermiques….Dernier point sur la rareté des composants d’une batterie lithium ion: Le Lithium est très abondant sur terre et le Cobalt également en tout cas plus le cuivre, donc aucun problème d’approvisionnement de matières premières. Ce sont les usines de production de batteries et non pas les matériaux qui manqueraient si tout le monde passait à l’électrique brutalement.

  4. matrix1984@protonmail.com

    28 juin 2019 at 3 h 25 min

    Des acteurs et politiciens, c’est du pareil au même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Advertisement RED

Les tests