Suivez-nous

Auto-Moto

Voitures électriques, un bruit qui court…

Le son – ou l’absence prétendue de bruit – produit par les voitures électriques devient un sujet dont on parle. Mais de quoi parle-t-on exactement ?

Il y a

le

diagramme sonore
© Pixabay

Après le bruit et la fureur, le silence ? Depuis près d’un siècle nos sociétés, largement organisées autour du développement de l’automobile, ont appris à vivre dans un bruit permanent, essentiellement produit – en tout cas c’est ce que l’on pense – par les moteurs à explosion des voitures. Les citadins le savent et en payent un lourd tribut, puisque l’une des principales préoccupations lors du choix d’un lieu de résidence reste la pollution sonore et les moyens de s’en prémunir, en ayant notamment recours à tous les moyens disponibles d’isolation phonique.

Puis est arrivée la voiture électrique, et avec elle – en bonus à la fin des émissions de C02 lors de son utilisation – cette promesse de silence. C’est en tout cas comme cela que certains constructeurs nous la vendent. Ce qui pose problème, de plusieurs façons.

Le mirage de la voiture électrique silencieuse

Tout d’abord, éliminons le petit mensonge du fameux silence de l’électrique. S’il est vrai que le moteur d’une voiture électrique n’émet que très peu de bruit, c’est oublier un peu vite que les émissions sonores d’un véhicule en mouvement sont loin de se limiter au seul bruit de son propulseur. Il faut ajouter dans le mix sonore de nombreux autres éléments, comme les bruits de roulement de la gomme sur l’asphalte, mais également les bruits aérodynamiques (surtout perceptibles de l’intérieur de l’habitacle il est vrai). C’est la raison pour laquelle les manufacturiers de pneumatiques travaillent sur des dessins et des textures plus silencieux, et que certains pneus sont moins bruyants que d’autres.

En fait c’est surtout à basse vitesse, généralement en-dessous de 30 kilomètres par heure, que la différence se fait sur le bruit émis par une voiture électrique par rapport à une thermique, donc généralement en milieu urbain. Au-delà de 90 km/h et à plus forte raison à 130 sur autoroute, une voiture électrique est probablement aussi bruyante qu’une bonne berline thermique de gamme équivalente avec un moteur récent, si possible non diesel. Voire plus. Pourquoi ? Parce-que pour optimiser l’autonomie des batteries, les constructeurs peuvent jouer sur le poids et donc sacrifier certains points d’isolation phonique afin de gagner quelques précieuses dizaines de kilogrammes, qui seront autant de kilomètres en plus avant la recharge. C’est ainsi par exemple qu’une Tesla Model 3 n’est certainement – de par ses bruits de roulement moins bien filtrés – pas beaucoup plus silencieuse à 130 km/h qu’une berline thermique de catégorie et de prix équivalent. Voire pas du tout.

Le bénéfice acoustique de l’électrique est donc surtout perceptible en ville. Ce qui est évidemment une bonne chose pour tous les riverains, mais toute médaille a son revers. Et le revers du silence de l’électrique se situe dans la sécurité. L’homme est ainsi fait qu’il se repère et se dirige autant par son ouïe que par sa vue. Et ceci même lorsqu’il porte un casque audio qui le prive de tout signal sonore… Le silence de l’électro-propulsion devient donc un danger en-dessous de 30 km/h. Il nous faut donc nous adapter à cette nouvelle donne en changeant nos comportements, et je peux confirmer pour avoir roulé quelques années en hybride puis aujourd’hui en électrique – et me faire parfois engueuler par des piétons parce-que ma voiture n’était pas assez bruyante, ce qui avouons-le est quand même assez surréaliste – qu’il y a un peu de boulot. Aux États-Unis,  la NHTSA, l’agence fédérale chargée de la sécurité routière indique que le risque de collision entre une auto électrique et un piéton est 19 % plus important qu’avec une voiture thermique.

Le bruit, un enjeu de sécurité

Le changement de comportement concerne autant les électro-automobilistes que les piétons. Les premiers doivent avoir constamment à l’esprit qu’on ne les entend pas en ville, et donc adapter leur conduite et leur vitesse à cette donnée, car même dans une Zone 30, respecter la limitation de vitesse ne suffit pas : il faut anticiper le possible surgissement d’un piéton qui va subitement descendre du trottoir et traverser sous vos roues parce-qu’il ne vous aura pas entendu. Les deuxièmes doivent aussi changer leur comportement dans ce sens, puisque le B.a.-ba de la sécurité consiste normalement à regarder avant de traverser, et pas seulement à se fier à ce qu’on entend (ou pas en l’occurrence)…

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle certains constructeurs ont doté leurs modèles électriques d’un émetteur de son artificiel qui se déclenche automatiquement à basse vitesse. C’est le cas de Renault avec la Zoé et son buzzer de soucoupe volante que l’on dirait tout droit sorti de la vieille série Les Envahisseurs, que l’on peut toutefois moduler ou couper. Il se dit que Tesla y viendrait dans une prochaine mise à jour. Espérons qu’avec le côté facétieux du constructeur californien on ait droit à des sons plus sexy, voire qu’il soit possible de les choisir ou de les fabriquer soi-même, sans être obligé de passer par ce genre de transformation assez improbable au rendu de jeu vidéo.

D’ailleurs, que dit la loi à ce sujet ? Et bien la loi dit que les voitures trop silencieuses c’est mal, et qu’au lieu de sensibiliser les populations, il fallait s’empresser de créer une nouvelle réglementation pour que les voitures électriques se dépêchent de faire du bruit : une loi de l’Union Européenne impose l’installation d’un système de sonorisation sur ces véhicules, à partir du 1er janvier 2019 (2020 aux USA).

Du bruit au son, le nouveau terrain de jeu des constructeurs… et du cinéma

Mais le son automobile n’est pas qu’une question de sécurité ou de pollution auditive. C’est aussi bien autre chose. Quelque-chose qui parle peut-être moins à certains mais qui ne concerne pour autant pas seulement les bagnolards. Cette autre chose est liée de près à la légende de l’automobile : la signature sonore. Car si certaines voitures font du bruit, d’autres émettent un son, parfois reconnaissable entre mille. A tel point que certains conducteurs échangeraient probablement le coup de crayon d’un génie du design pour quelques décibels magnifiquement symphoniques, que ce soient ceux – rauques – du fameux flat-six de la légendaire Porsche 911, du rugissement d’une Ferrari ou du feulement feutré d’une bourgeoise Audi.

Au même titre qu’ils ont tous depuis quelques années créé et travaillé leur logo sonore, les constructeurs s’interrogent sur la voie à emprunter pour que leurs prochains modèles électriques émettent un son digne de ce nom, une musique toute en noblesse qui les éloigne de celui d’un vulgaire trolley-bus ou d’une voiturette de camping. Car il est encore ici question d’identité, de personnalité, d’histoire et aussi de marketing. Comment imaginer que l’on ne puisse pas distinguer à la première seconde et les yeux fermés une Porsche Taycan à cent-quarante mille euros d’une Renault Twizzy ou d’une Nissan Leaf ? Le constructeur de prestige allemand semble prendre le sujet très au sérieux puisque certaines images volées d’un prototype largement masqué (les faux pots d’échappement !) de son futur Taycan électrique en développement montrent, ou plutôt laissent entendre que l’engin émettrait un son spécifique, assez proche de ceux de ses autres modèles, en plus feutré, même si on ignore encore s’il est directement généré par le moteur ou par un dispositif acoustique (à écouter à partir de 3:50 sur la vidéo). Une voie intéressante qui devrait certainement rassurer les adeptes de la marque encore hésitants à franchir le pas du tout électrique.

Au cinéma aussi, la question du son des voitures électriques semble commencer à poser question. Vous imaginez un Mad Max, un Fast & Furious ou même un Bullit sans les hurlements de moteurs ? Impossible. Ce genre de films pour petrolhead perdraient immédiatement une grande partie de leur intérêt, et sombreraient même probablement dans le ridicule s’ils étaient tournés avec des voitures électriques. Alors, puisqu’il se dit que l’avenir sera électrique, comment faire ? Est-ce la fin des films de bagnole au cinéma ? Peut-être pas. A ce titre, le cas du dernier opus d’Avengers, Avengers: Endgame, est intéressant. Dans le cadre d’un partenariat en mode placement de produit, Audi a fourni a l’équipe du film son futur modèle sportif électrique, l’E-Tron GT, encore à l’état de concept-car, et qui ne devrait pas arriver sur le marché avant 2020. Problème : en vrai, la voiture ne fait pas de bruit. Qu’à cela ne tienne, Audi, en collaboration avec la production, a travaillé sur un générateur de son qui affirme le caractère de l’auto, et donc par identification, celui de Tony Stark. Selon nos confrères de Jalopnik, qui se sont émus de cette anomalie et ont questionné Audi sur ce point, « les cinéastes ont demandé un son pour une scène spécifique dans le nouveau film d’Avengers, un son qui soutenait activement la dramaturgie de la scène […]. Sur la base de cette demande des cinéastes, les experts d’Audi ont développé un son généré numériquement pour la voiture. Ce son a ensuite été développé en collaboration avec les experts sonores des cinéastes afin de s’intégrer parfaitement dans la scène. En plus de teaser la version de série de l’E-tron GT dans le film, Audi préfigure également le thème du son pour ses voitures électriques à venir. […] Le son qu’Audi a développé pour le concept E-tron GT dans le nouveau film Avengers n’est pas le son réel de la version de série de la série GT d’E-tron – qui sera produite en 2020. »

Alors, après le bruit et la fureur, bientôt le silence dans nos villes ? Peut-être pas totalement, le législateur y veille. Mais probablement un important chantier en vue pour les marques premium, qui n’entendent pas non plus laisser trop longtemps nos tympans et notre mémoire auditive vierges de leur empreinte. La nature a horreur du vide, dit-on. Il semblerait que l’homme ait horreur du silence, finalement.

11 Commentaires

11 Commentaires

  1. disonsle

    16 mai 2019 at 19 h 15 min

    Esprit limité pour l’auteur de l’article: un niveau sonore minimum est INDISPENSABLE pour les les malvoyants, signature sonore ou pas!!!

    • Eric

      16 mai 2019 at 20 h 59 min

      Je me demande comment ils font avec les vélos du coup ? (Et merci pour l’esprit limité, je fais des efforts pourtant)

    • Kenny

      17 mai 2019 at 6 h 19 min

      C’est bien être limité que de penser que ce sont les malvoyants qui traversent n’importe où et n’importe comment…
      En général c’est les premiers a utiliser correctement les passages piétons.

      Et rappelons le il n’a théoriquement pas besoin d’entendre le véhicule puisque si le conducteur n’est pas limité il est censé s’arrêter spontanément.

  2. Jimmy Cram

    16 mai 2019 at 19 h 38 min

    Un véhicule électrique fait du bruit, mais il est différent, forcément, d’un véhicule thermique, nous devons nous adapter à ces nouveaux bruits plus aigus et surtout faire attention en traversant une rue, le danger est plus proche.

  3. Isaac

    16 mai 2019 at 22 h 44 min

    Comme le fait remarquer l’auteur, tout cela n’est qu’un mirage. Les véhicules électriques existent depuis des décennies et sont toujours bruyants. Les autobus électriques ne sont pas moins bruyants que les trolleybus utilisés depuis bien longtemps. Les trains électriques sont également loin d’être silencieux, même s’ils le sont plus que d’antiques trains Diesel. Les trains Diesel modernes sont également très silencieux.

  4. Thibault

    16 mai 2019 at 22 h 52 min

    ou peut-être… peut-être le principe même de voiture électrique est un mirage.
    il faut arrêter de se leurrer, les véhicules de demain ne ressembleront pas à ceux d aujourd’hui. le passage a l électrique ne se fera pas avec les formats actuels.
    il n y aura déjà pas assez de ressources pour le faire et on en profitera pour réduire la taille des véhicules, remettre en cause la possession des véhicules multiplaces (l obsolescence rapide des batteries aidera)
    et in fine la part de tout ca dans le budget.
    en gros, l industrie automobile est morte, les gens n accepteront pas de suivre ce modèle sans en profiter pour le remettre en cause.
    et si ca se maintient, peut être que ce sera au pétrole pendant encore un bon moment. mais low cost, ce qui signifie la mort des industries occidentales.
    et si l etat peut pas taxer l électricité .. il n encouragera pas soyez certains.
    je prend le pari que comme toutes ces chimères pas si écologiques éoliennes etc mourront de leur belle mort. un jour on en entendra plus parler et personne se souviendra de tout le battage qui a été fait à ce sujet. on passera a autre chose, et c est tout. ce sera un aérotrain de plus.

    • Rochain

      17 mai 2019 at 9 h 35 min

      Ici comme souvent… Beaucoup d’affirmations sans fondement et répétées comme par un perroquet.
      Serge Rochain

  5. Fournier

    17 mai 2019 at 0 h 19 min

    A vive les normes au lieu d’éduquer les gens correctement c’est plus facile d’imposer de nouvelles normes horrible ! Dans ma rue une Zoé fait plus de bruit que notre 108 trois cylindres à moins de 30km/h franchement je suis très heureux que ma model 3 ne possède pas de bruiteur ! C’est n’importe quoi là où en ville tout le monde rêve du silence nos dirigeants font l’inverse bravo ! Ils devraient plutôt imposé des klaxonnes de courtoisie comme dans les bus comme ça un petit ding ding non agressif et pas de bruiteur automatique pollueurs de silence !

  6. Kenny

    17 mai 2019 at 6 h 16 min

    Quand on pense que ça fait 30 ans qu’on pourrait fermer ses portières sans bruit, mais qu’on le rajoute au nom du marketing… Oui il paraît que le bruit évoque la qualité a nos oreilles….

    Aurons nous dans 30 ans encore des bruits de moteurs pour flatter notre égaux ?

  7. Rochain

    17 mai 2019 at 10 h 06 min

    Quand on aborde de tels sujets à la limite du moindre intérêt pour étaler un tel fromage, c’est qu’on commence à manquer d’arguments pour discréditer le VE
    Serge Rochain

  8. Alex

    17 mai 2019 at 13 h 59 min

    Pour travailler sur le sujet, cette réglementation européenne est en passe de changer. Cela a été annoncé mainte fois il suffit de chercher un peu. Les voitures électriques (et thermiques d’ailleurs) devront toutes être équipées de détecteur de cyclistes et de piétons à partir de 2022. Le mécanisme devra être capable d’activer le signal sonore à l’intérieur et à l’extérieur du véhicule. Le signal sonore ne sera donc pas actif en permanence mais que dans les situations dangereuses. Enfin, le système pourra aller jusqu’à arrêter le véhicule à la place du conducteur en dernier recours. Tout cela sera enregistré par une boîte noire, comme sur les avions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests