Suivez-nous

Auto-Moto

Volkswagen remplace son responsable informatique après les bugs du logiciel embarqué de l’ID.3

Volkswagen, empêtré dans les difficultés avec le logiciel d’exploitation de la nouvelle ID.3 électrique, démet son directeur de l’informatique de ses fonctions, pourtant membre du conseil d’administration du groupe.

Il y a

  

le

 

Par

Christian Senger VW
© Volkswagen

Chez les constructeurs automobiles historiques, la transition vers le numérique est en route depuis plusieurs années, mais il semblerait que pour certains, les résistances internes au sein de l’encadrement d’une industrie vieillissante deviennent rédhibitoires.

Une industrie qui depuis quelques années est bousculée comme elle ne l’aura peut-être jamais été depuis le premier choc pétrolier, mais pour d’autres motifs. L’arrivée de Tesla, notamment, en vilain petit canard, puis les nouvelles normes environnementales, remettent en question une à une toutes les strates et process d’un secteur certes extrêmement concurrentiel, mais qui s’était quand même quelque peu assoupi sur ses vieilles habitudes.

En fait, tout est à revoir, à repenser. Des méthodes de production aux circuits de distribution (internet vs. concessions), en passant par la communication (internet et VR vs. salons et showrooms). Et surtout il faut répondre à cette triple injonction : produire des voitures intelligentes, connectées et qui ne polluent plus. Ajoutez à cela la transition à marche forcée vers l’électrique, et vous avez tous les éléments d’un cocktail qui pourrait complètement déstabiliser une industrie.

Heureusement, les constructeurs, qui sont aussi parfois dirigés par des gens intelligents, et qui surtout disposent encore de gros moyens et d’une puissance commerciale inégalée, sont capables de réagir, et ils le prouvent. Mais cela ne se fait pas sans quelques dégâts collatéraux, et notamment humains.

Christian Senger, Directeur du Logiciel du Groupe Volkswagen vient de l’apprendre à ses dépens. Alors que le géant allemand s’apprête à lancer son premier modèle 100% électrique de nouvelle génération (après la e-UP et la e-Golf), bâti sur une plateforme inédite dédiée à l’électrique, la VW iD.3, la direction du groupe, dont il est pourtant membre du conseil d’administration, a décidé de se passer de ses services.

Pourtant, Christian Senger n’est pas n’importe qui. Considéré comme l’un des esprits les plus compétents chez Volkswagen, l’ingénieur a dirigé le développement de la série ID électrique, avec laquelle Volkswagen entend faire son entrée dans la mobilité électrique. Depuis mars 2019, il était responsable de la Car.Software.Org. Derrière ce terme se cache le projet le plus ambitieux du groupe VW : une suite de logiciels qui doit être étendue à environ 10 000 employés afin de développer un système d’exploitation propriétaire pour tous les modèles de voitures de l’ensemble du groupe VW.

Volkswagen-ID3

La nouvelle VW ID.3 électrique

Que lui est-il reproché exactement ? Peut-être de n’avoir pas intégré assez rapidement l’idée qui prévaut désormais dans le groupe, qui consiste à considérer qu’une voiture est un ordinateur sur roues, et que tout doit être pensé et conçu avec cette nouvelle matrice en tête.

Or, Car.Software.Org est tout en haut de l’agenda d’Herbert Diess, le Président du Directoire du groupe. Pour le patron de VW, cette unité est une clé centrale pour le développement du groupe Volkswagen. Jusqu’à présent, le développement de logiciels n’a pratiquement pas joué de rôle, dix pour cent seulement du code utilisé provenant de l’entreprise. La plupart du temps, VW utilise des logiciels de fournisseurs automobiles tels que Continental, Bosch ou le groupe coréen LG. Les logiciels étaient auparavant considérés comme un mal nécessaire. Mais l’industrie est en train de changer. La voiture sera un smartphone sur quatre roues, prêche le PDG Diess. En plus de la batterie, Tesla fait du logiciel un élément central de sa gamme de produits. Constamment connectée à Internet, la voiture envoie et reçoit des données en permanence.

« Tesla construit la voiture autour d’un ordinateur. Nous, nous essayons de mettre un ordinateur dans la voiture. »

Cette déclaration d’un cadre du groupe Volkswagen illustre le retard pris par la marque, alors que l’on a eu vent d’un fiasco dans le système d’exploitation informatique de l’ID.3, ayant déjà retardé les premières livraisons, même si ses premières fonctionnalités semblent plutôt prometteuses.

Avec la Car.Software.Org, Volkswagen veut créer les conditions pour que la part des logiciels dans le groupe dépasse 60 % d’ici 2025. Cela permettrait à VW de regrouper en interne des parties importantes de son expertise en matière de logiciels.

Christian Senger n’est pas le seul à faire les frais d’une importante restructuration en cours au sein du groupe, d’autres cadres ayant déjà été remerciés ou mutés dans une grande valse dont les multinationales ont le secret.

Il sera remplacé par l’actuel patron d’Audi, Markus Duesmann. Ancien directeur de BMW, cet homme de 50 ans dirige Audi depuis avril, et il est également responsable du développement technologique dans tous les domaines au sein du conseil d’administration du groupe Volkswagen. Le nouveau dirigeant veut rendre le développement plus rapide et plus ciblé. La création d’un système d’exploitation uniforme restera une priorité absolue, même après le remplacement de Christian Senger.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

1 commentaire

1 Commentaire

  1. frederic E

    14 juillet 2020 at 19 h 27 min

    sauf que Duesmann est tout sauf à sa place.
    C’est un ingénieur « classique », spécialiste renommé des moteurs thermiques et qq’un qui disait il y a qq mois que l’avenir ne passait pas que par l’électrique mais aussi le thermique via les nouvelles générations de moteurs diesel et essence.
    C’est pas le bon bonhomme . Comme PDG d’Audi, ça allait , chez BMW ça allait mais chez Car.Software.Org by Volkswagen il n’est pas à sa place.
    Chez Volkswagen, le problème a un nom et un visage, Hebert Diess qui n’a pas la stature ni même les compétences pour faire évoluer VW vers une production faite à 50% de VE.
    il ne faut pas oublier ce qui s’est passé le mois dernier au conseil de surveillance . Il a été démis de ses fonctions de patron de VW et il a sauvé de justesse sa tête et sa place de patron du groupe allemand. il est d’ailleurs plus ou moins surveillé ou conseillé par des membres du board de VW Group.
    Il a du faire des excuses quasi publiques (comme un gosse puni) devant tous les membres… il ne lui manquait que la fessée et le bonnet d’âne
    Au delà du Dieselgate et du bazar monstre qui en a suivi dans le monde de l’automobile, on constate qu’il n’a pas la carrure d’un Winterkorn.
    Pourquoi vient t-il de se séparer de l’excellent Maïer qui dirigeait Skoda et qui, en 5 ans, a fait gagner Skoda sur tous les plans ?
    Senger était dans l’ombre mais je pense qu’il n’est pas le seul fautif dans ce « binzz » électro-informatique, je pense qu’il faut remonter aux sources , c’est à dire à la conception de la plateforme MEB qui est en fait la transposition de principes pour le thermique vers l’électrique ce qui n’est pas la meilleure chose à faire.
    Tesla a procédé dans l’autre sens et s’en sort bcp mieux et ce depuis la Model S c’est à dire pas loin de 10 ans
    Il fallait un coupable autre que Diess qui reste le grand patron, il a été trouvé et mis dehors
    Pas sur que la nouvelle solution soit meilleure !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests