Connect with us

Actualités

YouTube démonétise des vidéos anti-vaccination

La controverse sur la vaccination n’est pas nouvelle, que ce soit sur le web ou lors de débats oraux plus classiques. À tel point que YouTube a décidé de sévir contre les contenus publiés sur la plateforme qui décrient cette avancée scientifique considérable.

Il y a

le

YouTube
Photo de Christian Wiediger

Imaginez être un publicitaire travaillant pour une grande marque liée à la santé et choisissant YouTube pour mettre en avant ses produits ou ses services. Imaginez maintenant que votre campagne soit diffusée juste avant une vidéo ayant un avis négatif très tranché sur la méthode de la vaccination. Vous n’aimeriez pas être associé à cette position, loin de toute neutralité, n’est-ce pas ?

Alphabet a également mené quelques réflexions sur le sujet, qui ont finalement amené la firme à démonétiser purement et simplement les créateurs les plus virulents. Ce n’est pas la première fois que cette question se pose auprès des géants du web : Facebook est aussi passé par là il y a quelque temps.

YouTube agit contre les anti-vaccins

Comment la réaction du service dirigé par Susan Wojcicki se présente-t-elle ? C’est simple : non seulement les publicités ne sont plus diffusées sur les chaînes en question (parmi lesquelles VAXXED TV, LarryCook333 ou encore iHealthTube), mais des informations pour éveiller les consciences sont également diffusées à côté des vidéos.

Un lien vers la page Wikipédia traitant de la controverse sur la vaccination peut aussi être affiché, aux côtés de données précises concernant des épidémies de rougeole, de rubéole et d’oreillons qui ont fait la une à cause de leur dangerosité. De quoi rassurer les plus sceptiques, et répondre à la problématique rencontrée par les annonceurs, tout en suivant l’exemple de Pinterest.

Comment s’informer ?

Selon un porte-parole de YouTube, ce sont les directives définies par le site qui régissent la politique de monétisation. Et son algorithme étant régulièrement épinglé par la critique pour ses défauts, le voici donc qui se met à jour en conséquence.

Il existe des sites spécialisés pour en savoir plus sur la vaccination, tels que celui édité par l’Organisation mondiale de la Santé. Naviguer sur Internet n’est pas sans risque, et il est important de bien croiser ses sources lorsque l’on cherche à en savoir davantage sur un domaine aussi vaste.

Source

10 Commentaires

10 Commentaires

  1. Patrick

    23 février 2019 at 20 h 17 min

    Et pourquoi ne pas interdire les publicités pour les vaccins contenant de l’aluminium – puisque c’est notamment la présence de ce métal qui cause problème dans les vaccins (et non la vaccination elle-même).

    Et pourquoi ne pas introduire un lien vers les sites traitant de ce problème d’aluminium dans les vidéos vantant la vaccination.

    Chacun a droit au principe de l’égalité.
    C’est valable pour les uns comme pour les autres.

    • Emmanuel Ghesquier

      23 février 2019 at 20 h 58 min

      Bonjour, il y a certainement plus de personnes souffrant de maux très graves, voire décèdent faute de vaccins, que de supposés pathologies (aucune relation de cause à effet n’a été effectuée dans le monde, malgré tout ce que l’on peut lire). Il est parfaitement compréhensible que Google prenne cette décision, car de plus en plus de personnes s’emparent de sujets pour les détourner en complot, sans avoir la moindre connaissance scientifique pour étayer leurs propos ou se basant sur des expériences pas toujours très fiables.

      L’aluminium est partout dans notre quotidien, si réellement sa présence est responsable des pathologies dont on l’accuse, ce qui est toujours à prouver officiellement, il est fort probable que ce ne soit pas les vaccins les responsables, vu le peu de fois où l’on se vaccine dans une vie. En revanche, on en retrouve dans les dentifrices, dans les déodorants, les voitures, le lait maternisé, l’eau du robinet, certains emballages alimentaires, etc… Des choses que nous utilisons quotidiennement et qui sont en contact avec la peau ou que nous ingurgitons.

      Les vaccins sauvent des centaines de millions de vie chaque année, il est irresponsable de chercher à ce que les gens s’en détournent, en évoquant l’aluminium ou des pseudos complots pharmaceutiques, c’est à cela que Google veut s’attaquer

    • iannick

      24 février 2019 at 1 h 39 min

      Parce que les gens doivent se vacciner, pas pour leur bien, mais pour le bien de tout le monde, car les vaccins, bien que pas anodins, tuent infiniment moins que les maladies qu’ils combattent. Car a cause de réfractaires, quelles que soient les raisons, des maladies continuent de prospérer et tuent, comme ces 2 criminels savoyards antivax qui ont réintroduit la rougeole au costa rica avec leur enfant pas vacciné

      • Jb

        24 février 2019 at 10 h 03 min

        Contraire aux droits de l’homme, tout simplement…

        • Emmanuel Ghesquier

          24 février 2019 at 17 h 26 min

          De quel droit de l’homme parlez-vous ?

          Du droit à prendre le risque consciemment de se frotter à une maladie pour tester sa réponse auto-immune et de courir aux urgences quand finalement  » j’ai pas envie de mourir, sauvez moi les médecins du complot, je suis trompé ! »…

          • Jb

            24 février 2019 at 17 h 35 min

            De quels droits de l’homme ? Il n’y en a pas 36… On ne peut vous obliger a prendre un traitement.
            Vous faites partie de ceux qui pensent que tous les gens qui ont un avis différents du votre sont bêtes ? Dans tous les cas, tout n’est pas blanc pour les vaccins, si vous le dites c’est que vous êtes impartial. Et on ne peut reprocher aux parents de se renseigner a propos de ce qu’on injecte a leurs enfants ; il faut avouer que tout n’est pas fait pour les rassurer.

  2. Patrick

    24 février 2019 at 12 h 26 min

    Bravo le discours des labos pharmaceutiques, diffusé à grande échelle par les gouvernements.

    Vous oubliez une chose :
    – Ce n’est pas la vaccination en tant que telle qui est critiquée, ce sont les adjuvants toxiques qui y sont intégrés.
    Notamment l’aluminium qui provoque la dégénérescence des cellules.

    Alors, lisez bien mon message avant d’avancer que je critique la vaccination.

    Je critique les adjuvants toxiques qui les composent.

    Par ailleurs : il y a eu 400 000 cas de rougeole en 1980. Et seulement 41 000 cas en 2018.
    Alors, prétendre comme le fait le gouvernement que nous avons une épidémie catastrophique (et qu’il faudrait tous qu’on se vaccine) est une fake news.

    Il est temps que les propos fallacieux des gouvernements soient aussi sanctionnés par les réseaux sociaux comme étant des fakes news.

  3. texmex

    24 février 2019 at 15 h 55 min

    Et comment est ce que ce n’est pas de la censure?
    A réfléchir avant de juger ceux qui désire par dessus tout la liberté de décider.

  4. Emmanuel Ghesquier

    24 février 2019 at 17 h 40 min

    Il me semble qu’il est assez facile de systématiquement taper sur le dos des gouvernements peu importe ce qu’ils font, même des campagnes de vaccination ! On tombe bien bas…

    C’est facile de tenir ce type de propos quand on se trouve en France à proximité d’un centre hospitalier peu importe où l’on vive dans le pays, les « Urgence » seront toujours là pour vous sortir d’une inconscience… Par contre voyager avec un enfant qui couve une maladie, la transmettre dans un pays dont les systèmes de soins sont défaillants, on ne parle pas des mêmes risques… Et il est bien question d’un taux de mortalité dans ce cas là.

    Des « adjuvants toxiques »… Wooww cela invite à se rendre à l’hôpital, les médecins seraient donc des Josef Mengele qui nous inoculeraient consciemment des produits toxiques… massivement… ok !

    J’espère pour vous que vous comptez aussi conseiller de cesser de manger dans les prochaines décennies, car des adjuvants il y en a à tous les niveaux dans l’agriculture pour que les produits phytosanitaires soient efficaces et pénètrent bien les plantes, ce sont des produits différents qui sont mélangés dans les systèmes d’épandage… Alors un adjuvant tous les 10 ans pour la piqûre de rappel, ou 5 fruits et légumes tous les jours ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests