Qwant : le bilan du moteur de recherche Made in France

Près de six mois après la version officielle et un an après la première version beta, Qwant révèle quelques chiffres.

qwantIl y a bientôt six mois, Qwant se révélait au grand public. S’annonçant comme un moteur de recherche Made in France, le jeune service web a dès le début récolté les critiques. Il a notamment été accusé de n’être qu’un agrégateur de résultat (à coup d’API) tandis que d’autres y trouvaient une certaine ressemblance avec l’interface du service québécois Gool.li.

Mais quoi qu’il en soit, Qwant a passé l’année et a publié quelques chiffres. Si vous vous demandiez combien de français sont allés sur Qwant, vous n’aurez pas de réponse. En revanche, on sait qu’en 2013, 507 millions de requêtes ont été saisies sur le moteur de recherche. 60 % des utilisateurs seraient revenus après une première visite et le taux de rebond du site aurait été de 13.53 %. Et enfin, le temps moyen passé par un visiteur est de 5 minutes et 36 secondes.

Un buzz… puis plus rien

Qwant a surtout fait le buzz lors de son lancement officiel, au mois de juillet. Puis, le service a été plutôt discret puisqu’on en a peu entendu parler sur les sites et blog tech de l’Hexagone. Mais on aura tout de même observé quelques optimisations du « Google français », comme le lancement du carnet de note.

On remarquera tout simplement que ce fameux « carnet de note » s’inspire un peu des formats blog/réseaux sociaux puisqu’il y a un système de « follower » qui permet de suivre les notes de quelqu’un.

qwant 2

Pour 2014, Qwant a quelques ambitions. Tout d’abord, améliorer les produits existants (optimisation de son « carnet de note » et recherches avancées). Mais le service Made in France compte également lancer une « boite mail sécurisée » pour cette année.

Une solution anti-Google ?

En l’état actuel des choses, non. Après avoir testé le moteur de recherche quelques jours, je suis vite revenu chez Google (et DuckDuckGo). La pertinence des résultats n’étant pas la même. Et de toute manière, Qwant veut plutôt se positionner comme un « moteur de recherche de découverte ». Aussi, pour chercher des choses précises, ce n’est pas toujours pratique.

Source : blog.qwant.com

Invité
14 janvier 2014

Perso je suis fan des carnets. Ayant toujours collectionné les images, je me contentais d’un « enregistrer sous », puis maintenant j’ai opté pour les carnets de Qwant.
Il parait qu’on va aussi avoir des outils très sympas pour web techos comme un moteur de code source.

Invité
14 janvier 2014

Sans parler de la version mobile de Qwant disponible sur m.qwant.com qui va monter en puissance durant toute l’année 2014. Qwant est un projet passionnant qui réserve beaucoup de bonnes surprises !

A suivre de très près…

Invité
14 janvier 2014

Mouais, en tout cas, à ce jour les résultats web restent les même que ceux de Bing…

Invité
Letre
14 janvier 2014

J’utilise toujours DDG en premier lieu et lorsque les résultats ne me suffisent pas je demande à Google mais dans 80% des cas DDG me satisfait très bien :)

Invité
Sahuro
14 janvier 2014

Ben moi je le trouve pas mal du tout ce moteur de découvertes ! Je l’utilise quotidiennement depuis quelques mois et j’ai crée mes beaux petits carnets de notes.
L’idée me semble bonne et j’ai hate de voir leur webmail.

Invité
Pine
14 janvier 2014

Je soutiens Qwant également et il commence a avoir de la gueule, je me suis habitué à consulter leurs hot trends par catégories ;)
Il devient interessant même s’il y a probablement encore beaucoup de travail.

Sinon, à quoi un moteur de code source ? Cela a été repris comme moi c’était top mais je vois pas trop l’intéret…

Invité
Ann O'Nyme
17 janvier 2014
Invité
Ann O'Nyme
17 janvier 2014

http://presse.lemoteur.fr/ j’ai envie de dire à la place!

Invité
20 janvier 2014

Les boutons G+ on disparus chez moi en cour de journée. Divorce avec le géant ? ou juste quelques travaux…

 
Lire les articles précédents :
La Syrian Electronic Army harcèle Microsoft et s’explique

Microsoft a encore une fois été pris pour cible par la Syrian Electronic Army. Le groupe s’explique sur ses actions.

Fermer