Aux Etats-Unis, les jeunes préfèrent les SMS à une rencontre physique

Cette conclusion d’une étude concernant les adolescents est, il faut l’avouer, un peu effrayante… Et pourtant, les chiffres parlent d’eux-mêmes, un tiers des ados préfèrent les SMS à une rencontre physique.

Aux Etats-Unis, les jeunes préfèrent les SMS à une rencontre physique

D’une courte tête pour le numérique

C’est une étude qui se révèle particulièrement surprenante et qui devrait générer un grand lot de réactions. Elle a été réalisée aux Etats-Unis par l’organisation Common Sense Media sur des jeunes adolescents. Le premier chiffre qui surprend concerne donc la méthode préférée de communication entre les jeunes.

Pour 35% d’entre eux, c’est le SMS qui est privilégié. La rencontre en face à face arrive seulement en seconde position avec 32%. Si l’écart reste faible, c’est la progression par rapport à 2012 qui surprend le plus. Dans la précédente édition, les adolescents préféraient se rencontrer pour 49% d’entre eux contre 33% pour les messages.

Surtout, ce chiffre actuel est complété par les réseaux sociaux (16%), la vidéo (10%) et le téléphone (5%). Résultat, plus des deux tiers des adolescents privilégient désormais le virtuel, plutôt que le réel pour leurs échanges. Si les adolescents veulent des forfaits SMS illimités il y a sans doute une raison puisqu’ils envoient pour 51% d’entre eux au moins un SMS par heure. 21% le font « en continu ».

L’importance des réseaux sociaux

Les réseaux sociaux sont aussi omniprésents chez les jeunes avec 81% les utilisant. 70% reconnaissent même les consulter plus d’une fois par jour. Un chiffe qui n’était que de 34% en 2012. Le leader est Snapchat (63%) devant Instagram (61%) et Facebook (43%). 89% des adolescents possèdent aussi un smartphone contre seulement 41% à l’époque de la dernière étude. Toutefois, ils sont conscients que réseaux sociaux et smartphones nuisent à l’attention qu’ils portent aux gens autour d’eux. Une prise de conscience sans doute salutaire.

Attention toutefois, impossible de ne pas noter le biais qui transparaît dans la méthode sélectionnée pour cette étude. Elle a été réalisée auprès d’un échantillon de 1141 jeunes âgés de 13 à 17 ans, du 22 mars au 10 avril. La méthode de collecte des données interroge, car l’étude a été faite en ligne. Difficile donc de savoir si cela concernait vraiment de façon identique tous les jeunes.

Source 1

Source 2


2 commentaires

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.