Suivez-nous

Fintech

Comment Nickel a pris à contre-pied les néo-banques

Alors que les néo-banques tentent de se démarquer sur le marketing, Nickel suit une tout autre stratégie, tournée sur un réseau unique.

Il y a

  

le

 
Compte Nickel
© Twitter / Nickel

Elle est française, détenue par BNP Paribas, mais n’a presque rien à voir avec Hello bank!, la banque en ligne du groupe bancaire. Nickel, qui a été créée en 2014, concurrence pourtant les néo-banques en France – et cela paie. Plus d’1,5 million de comptes ont été ouverts depuis son lancement – une preuve irréfutable que la pépite tient sérieusement tête aux leaders européens tels que Revolut et N26.

Pour asseoir sa position, Nickel a pris à contre-pied ses concurrents. Sur un marché pourtant déjà très concurrentiel, la néo-banque se différencie par sa méthode d’acquisition de clients : plutôt que d’offrir une souscription sur internet, l’idée originelle d’Hugues Le Bret et de Ryad Boulanouar était de s’appuyer sur un réseau de taille et visant presque tous types de population : les bureaux de tabac. Pour seulement 20 euros par an, les clients peuvent repartir de ces derniers avec un compte courant et une carte bancaire.

Nickel, l’outsider des néo-banques

Dans les 5 années à venir, les ogres N26 et Revolut visent chacun plus de 100 millions de clients dans le monde. Leur popularité est exponentielle et leur présence s’accroît dans de nombreux pays. Nickel pourrait presque paraître « tout petit ». Cependant, la néo-banque suit un tout autre trajet que ces établissements, qui ne misent que sur des souscriptions numériques.

La néo-banque se positionne comme un outsider avec un modèle bien à elle. Son réseau de plus de 5 740 bureaux de tabac devrait encore grossir, alors que près de 10 millions de personnes se rendent chaque jour dans ces kiosques. Sa stratégie et son client type restent inchangés – à savoir des personnes à faibles revenus, mais également des interdits bancaires et des sans domicile fixe. Depuis 2019, une nouvelle offre baptisée Nickel Chrome s’est intégrée à la gamme de Nickel pour ratisser plus large.

Un modèle rentable à exporter

Le 26 novembre dernier, Nickel a présenté son plan stratégique « pour la France et l’International ». C’était la première fois que l’établissement prenait officiellement la parole sur ses perspectives à l’étranger, alors que les rumeurs s’intensifiaient sur son déploiement en Italie.

Finalement, ils sont pas moins de 7 pays européens à avoir été sélectionnés par Nickel. Elle vise 4 millions de clients pour 2024, et débutera par une ouverture en Espagne avec le réseau de buralistes Once, très présent sur le territoire. Ensuite, le Portugal, la Belgique, l’Italie et l’Autriche suivront. Les futurs pays où la néo-banque envisage de s’étendre n’ont pas encore été évoqués.

En 2019, Nickel a augmenté sa croissance de plus de 30 %. Son modèle « a atteint le seuil de rentabilité grâce aux synergies réalisées avec sa maison mère dans les achats, la gestion des risques, la conformité, les services informatiques ou encore la cybersécurité », pouvait-on lire dans le rapport d’une étude Xerfi publiée en fin d’année dernière, et relayé par Challenges.

Découvrir Nickel

La prospérité du modèle passera donc par sa dimension internationale. Mais Nickel compte aussi offrir un service plus complet pour ses clients déjà conquis. Marie Degrand-Guillaud, la directrice déléguée de Nickel, avait d’ailleurs déclaré dans un communiqué qu’elle souhaitait « être le compte principal de nos clients. C’est déjà le cas pour 60% d’entre eux ». Un beau moyen de commencer 2020 sur les chapeaux de roues.

4 Commentaires

4 Commentaires

  1. David dunon

    11 février 2020 at 15 h 20 min

    bonjour je voudrais savoir pourquoi certains organismes comme vattenfall n’accepte pas nickel donner moi une réponse ou eclairer nous les clients de nickel

  2. Patrick

    11 février 2020 at 22 h 39 min

    J’aime bien le concept de Nickel.
    Au moins, nous avons affaire à un être humain devant nous. Quelqu’un avec qui on peut parler.

  3. Laidet

    12 février 2020 at 3 h 14 min

    Pourquoi les opérateurs téléphoniques ne prennent pas le RIB nickel.

    • Cyrille

      13 février 2020 at 3 h 30 min

      Bonne question 👍🏻

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *