Suivez-nous

Tech

Droits d’auteur : Quand une IA permet de berner le Content ID de YouTube

Des chercheurs de l’université du Maryland ont créé une IA capable de tromper le Content ID de YouTube, ce bot chargé de repérer les vidéos sous copyright.

Il y a

le

YouTube excuses
© Unsplash / Szabo Viktor

Récemment, la discussion sur le droit d’auteur était au cœur de l’actualité avec l’adoption par l’Union européenne d’une directive controversée. L’article 13 de cette législation demande notamment aux plateformes qui diffusent des vidéos de vérifier si celles-ci ne violent pas de droit d’auteur.

Cette mesure est particulièrement sensible pour YouTube, qui représente une grande partie du marché de la vidéo. Le site n’a d’ailleurs pas attendu l’instauration de ce nouveau règlement pour passer à l’action. Depuis 2007, son outil baptisé Content ID vérifie la plupart des vidéos postées pour voir s’il trouve des correspondances avec des œuvres originales soumises au copyright.

Une guerre IA contre IA menée sur YouTube

Néanmoins, une expérience menée par des chercheurs de l’université du Maryland vient poser un sacré défi au bot de YouTube. Les algorithmes qu’ils ont créés sont parvenus à tromper Content ID qui n’a pas su reconnaître des chansons postées pourtant protégées par le droit d’auteur.

Les scientifiques ont repris le tube de Stevie Wonder, Signed, Sealed, Delivered ainsi que la chanson TiK ToK de Kesha. Ils y ont appliqué une subtile modification qui vise à ce que le son obtenu trompe le Content ID de YouTube, tout en restant parfaitement reconnaissable par les humains. Le résultat est une empreinte digitale unique pour ces deux chansons de sorte que l’IA de la plateforme n’y a vu que du feu.

Petit bémol dans cette réussite, il ne nous sera pas possible de vérifier sur pièce le résultat : « En raison de la législation sur le droit d’auteur, nous ne pouvons pas partager les versions originales ou modifiées des chansons protégées par le droit d’auteur », expliquent les chercheurs.

Si cette expérience reste relativement anodine, les scientifiques veulent surtout alerter sur l’impact de leurs découvertes à l’avenir. Cette possibilité, pour une IA, d’en tromper une autre pourrait en effet avoir des conséquences fâcheuses. Les auteurs citent notamment l’exemple des panneaux de signalisation qui pourraient tromper les voitures autonomes. Prendre conscience de ces risques de manipulation et du fait que les algorithmes ne sont pas infaillibles semble déjà être un grand pas.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests