Facebook Live : diffusion d’un viol collectif, 40 témoins, 0 appel à la police…

Voilà une information qui s’y elle est avérée par la justice, rabaissera un peu plus la note empathie de l’humanité. Un viol collectif présumé aurait eu lieu à Chicago et la scène aurait été filmée en direct sur le réseau social Facebook. Le plus glauque de l’histoire étant que 40 spectateurs ont visionné la scène et qu’aucun n’a pris la peine d’appeler la police.

Facebook lance Live Map

Une jeune fille de 15 ans aurait été violée par 6 hommes alors qu’elle était partie faire des courses. Sa mère inquiète de ne pas la voir revenir à la maison avait prévenu la police, mais ce n’est que le lendemain, qu’un membre de la famille tombe sur les terribles images et que la police retrouve la jeune fille. Un adolescent du quartier à qui l’on aurait montré la vidéo, aurait reconnu la victime et aurait été prévenir sa famille.

Un viol collectif en direct et personne ne prévient la police

A ce sujet, Reginald King l’oncle de la victime a déclaré à la presse : « C’est une des choses les plus courageuses que j’ai jamais vu un enfant faire. Il y avait des adultes qui ont vu ça, et aucun d’eux n’a trouvé moyen de dire ‘Hé, je dois appeler quelqu’un’ ».

La police de Chicago a déclaré à la presse : « le service de police de Chicago avance bien dans l’identification de personnes concernées dans l’attaque du 10e district. Des auditions en cours, mais pas de suspects formellement identifiés pour l’instant ».

Facebook qui a supprimé la vidéo dès qu’elle a été portée à sa connaissance par les autorités américaines a indiqué : « Facebook a une équipe qui répond 24 heures sur 24 aux signalements de vidéos en direct inappropriées dès qu’ils arrivent, dit l’entreprise. Un spectateur peut interrompre un flux en direct si une violation des normes de la communauté de Facebook a lieu, et il suffit d’un signalement pour que quelque chose soit vérifié. Cela signifie que si une seule personne parmi la quarantaine qui ont vu la vidéo de la fille attaquée [avait agi], la vidéo aurait pu être supprimée plus tôt ».

Facebook Live : la meilleure manière de mettre l’horreur à la portée de tous…

Le service de vidéo en direct est de plus en plus utilisé pour ce genre de crimes, car les auteurs éprouvent une certaine jubilation, à savoir qu’ils sont vus. Rien qu’à Chicago, c’est la quatrième affaire ces derniers mois impliquant le service de Facebook. On se souvient de cette histoire d’une personne handicapée torturée en direct ou encore de ce meurtre d’un bébé de 2 ans en Live… par sa mère.

Un peu partout dans le monde, des vidéos de crimes, de fusillades, d’agressions, de viols, de tentatives de suicide, etc. se répandent sur la toile. Certains diront « ce n’est pas nouveaux », sauf que depuis l’apparition des vidéos en direct, il ne s’agit plus uniquement de vidéos, mais bel et bien d’actions en train de se commettre et qu’il est possible de les stopper. Entre voyeurisme macabre et manque d’empathie collectif, très souvent peu de gens réagissent immédiatement, voire pas du tout comme dans le cas de cette affaire.

Source


Nos dernières vidéos

Un commentaire

  1. MarsAttaque on

    La Justice Américaine devrait condamner illico les 40 « témoins » de ce viol, pour non assistance à personne en danger. Et Facebook devrait mettre en place un système qui bloquerait direct tout contenu inapproprié. Plus ça va et plus le monde part vraiment en couilles totale. Faut vraiment être un sacré pervers, atteint sérieusement psychologiquement pour aimer regarder un viol, ou torturer une personne ou un animal, ou pire encore un meurtre.

Répondre

Send this to a friend