Suivez-nous

Réseaux sociaux

Facebook va étiqueter les publications des médias d’État

L’entreprise de Mark Zuckerberg prévoit également d’interdire les publicités de ces pages.

Il y a

  

le

 
Facebook
© William Iven /Pixabay

Facebook est depuis quelques mois l’objet de nombreuses critiques concernant les publicités politiques. L’entreprise a en effet décidé d’adopter une position très libérale en la matière. Elle se refuse à intervenir ou à les censurer, et ce même si elles contiennent des éléments trompeurs et mensongers sur une personne ou des faits. La firme affirme faire confiance en la liberté d’expression et au débat démocratique afin d’analyser et de rectifier les discours politiques. Cela vaut aussi pour les récentes déclarations de Donald Trump qui ne sont pas censurées sur Facebook, tandis que Twitter a choisi de les modérer.

Le réseau social semble toutefois décidé à agir de manière beaucoup plus ferme en ce qui concerne les médias contrôlés financièrement et éditorialement par un État. La plateforme a annoncé qu’elle allait prochainement étiqueter chacune de leurs publications pour informer ses utilisateurs. Leurs publicités sont également interdites sur Facebook aux États-Unis.

Facebook prend des mesures contre les risques d’interférence

Pour repérer ces organisations, l’entreprise dit avoir collaboré avec 65 spécialistes des médias. Elle s’appuie sur des critères tels que la provenances de leurs revenus, leur structure de gouvernance, leur ligne éditoriale et leur niveau de transparence.

Facebook n’est pas le premier géant du web à prendre ce type de disposition. On sait par exemple que YouTube prévient ses utilisateurs lorsque des chaînes sont financés par des organisations étatiques.

Depuis 2018, la firme de Mark Zuckerberg tente de réagir au scandale de Cambridge Analytica en prenant de nombreuses mesures contre la désinformation et les risques de manipulation électorale. Elle collabore avec plusieurs médias dans le but de vérifier les nombreuses informations qui circulent sur la plateforme. Les faux comptes sont aussi régulièrement supprimés afin de contrer l’interférence de puissances étrangères. Enfin, l’entreprise collabore avec des universitaires pour mieux comprendre comment les fausses nouvelles deviennent virales et mieux les contrer.

Facebook
Par : Facebook, Inc.
3.7 / 5
103,6 M avis
1 commentaire

1 Commentaire

  1. Patrick Huet

    6 juin 2020 at 10 h 57 min

    Super !
    Reste à faire la même chose maintenant en étiquetant les publications qui, sous d’autres noms, dépendent en fait de l’OMS ou de la Fondation Bill Gates, ou encore de ces grands labos dont on parle ces temps-ci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À la une

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests