Suivez-nous

Fintech

La fintech Mooncard lance une carte de paiement premium, la Mooncard X

La fintech française lance Mooncard X, avec plus de services et d’assurances, pour faciliter la gestion financière des entreprises.

Il y a

  

le

 
Mooncard X
© Mooncard

Elle s’est fait connaître comme un antidote à la gestion des notes de frais des entreprises. La fintech française Mooncard lance cette semaine une nouvelle carte de paiement appelée Mooncard X. Elle viendra compléter son offre qui était limitée à une seule formule, pour ainsi attirer des entreprises à la recherche de services étendus sur leurs cartes bancaires.

Lancée il y a trois ans, Mooncard travaille actuellement avec 2 000 entreprises, telles que Air France, Vinci, Cora ou encore la fintech Linxo. Elle s’appuie sur une offre couplant un outil de gestion numérique et une carte de paiement. 2020 sera une année de prise de maturité, et la Mooncard X est en le premier volet.

Que propose la fintech française Mooncard ?

Si la France est en retrait sur le marché des néo-banques pour particuliers, sa présence dans la fintech n’est pourtant pas en recul. Elle s’attire aujourd’hui de gros investissements, notamment grâce à Lydia, mais aussi au sein des solutions bancaires pour professionnels comme avec la néo-banque Qonto.

Malgré son anglicisme, Mooncard est bien né en France. Sa position actuelle – qui n’est pas encore très claire – ne lui accorde pas la même couverture médiatique que la néo-banque d’Alexandre Prot. Pourtant, elle développe depuis trois ans une solution qui a conquis de nombreuses entreprises. Grâce à son outil de gestion informatisé et sa carte de paiement, elle permet aux professionnels de pouvoir automatiquement générer des notes de frais lorsque les salariés effectuent des achats liés à l’entreprise.

Mooncard fait partie de ces nouvelles startups à profiter des avantages du numérique pour rendre la vie plus simple aux pros. « Notre priorité est de nous attaquer à toute la charge mentale le quotidien de l’entreprise » nous explique le co-fondateur de Mooncard Tristan Leteurtre. Son combat principal ? L’URSSAF, alors que 36 % des redressements sont causés par ces frais professionnels.

Pour mettre fin à ce fléau, la startup a imaginé un produit permettant de mettre fin aux fichiers Excel remplis manuellement. En même temps, sa solution de carte permet aux salariés de pouvoir séparer leur compte pro, et ainsi éviter de devoir avancer des frais et subir des attentes de remboursements, parfois interminables.

Une nouvelle carte premium chez Mooncard

En 2019, Mooncard a levé 5 millions d’euros auprès d’Aglaé Ventures et Raise Ventures. Avec ce nouvel investissement, la fintech vient de lancer une nouvelle formule de carte de paiement. Elle s’appelle Mooncard X et vient compléter l’offre classique qui coûtait 15 € par utilisateur par mois. Elle ajoute des plafonds étendus, une nouvelle couverture d’assurance, ainsi qu’un assistant personnel optimisé pour les besoins d’urgence d’une entreprise.

Sur la partie assurance, la Mooncard X propose des remboursements d’appareils mobiles (volés ou cassés) jusqu’à 500 € par an, un matériel informatique garanti pendant deux ans (jusqu’à 2 000 € par an) mais surtout une garantie transport (retard et annulation) jusqu’à 2 000 € par an. En plus de ses couvertures classiques pour les voyages, son partenariat avec Allianz offre à la Mooncard X ces différentes couvertures supplémentaires. Elles semblent surtout viser les petites et moyennes entreprises, et leurs dirigeants en vue de ses plafonds.

L’assistant personnel se tourne lui aussi vers les besoins des dirigeants de PME. Il propose un service de conciergerie pour les réservations de vols et d’hôtels, et approfondie son support en permettant de réserver des salles de réunion dans une ville étrangère, mais aussi contacter au plus vite une personne baby-sitter ou un plombier en cas de problème de dernière minute. Des services qui ne sont pas retrouvés chez les banques traditionnelles et les banques en ligne.

Vers de nouveaux services et fonctionnalités

Pour le moment, le marché français est une aubaine pour Mooncard. Son offre plaît, et la startup enregistre une croissance de plus de 200 %. Mais 2020 marque une nouvelle étape. L’Europe est dans le viseur, même s’il est encore difficile de comprendre quelle voie prendra Mooncard dans le paysage fintech. « Nous travaillons à la possible ouverture de bureaux européens, où nous sommes déjà via nos clients internationaux », nous a affirmé Tristan Leteurtre.

Verra-t-on la startup française prendre le pas de Qonto, et devenir une néo-banque pour professionnels ? La question se pose, tant elle est partagée avec la décision d’être davantage un fournisseur de technologies revendant sa solution à d’autres établissements bancaires. « 2020 sera probablement l’année de nouveaux services et fonctionnalités autour de la carte ». Un développement à suivre.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *